Interview Michel Moyrand - Municipales 2014 dimanche 2 mars 2014

Périgueux Les municipales 2014 à Périgueux avec comme candidats principaux : Antoine Audi, Jean-Paul Daudou, Michel Moyrand

Michel Moyrand fait ses comptes et parie sur la durée

Michel Moyrand reçoit dans son bureau avec fierté. Il faut dire que le lieu est confortable, la décoration heureuse avec, dans le fond, sortant leurs têtes d’un cadre, Léon Blum, Pierre Mendès-France et François Mitterrand. François Hollande, dans un autre cadre, est moins typique puisqu’il sourit, de toutes façons, dans tous les hôtels de ville. Au pied d'un mur enfin, une œuvre de Jean-Michel Linfort attend encore qu'on lui trouve une cimaise.

PériblogMichel Moyrand répond aux questions d'Alain Bernard. Tous deux engagent un dialogue un rien candide dans lequel le maire sortant résume son bilan [ Voir notre vidéo ci-dessous ] 10 février 2014 © William Lesourd

Je n’avais vu ce bureau qu’une fois, lors de l’inauguration de la mairie. Les Journées du patrimoine devraient en faire un must, même si à travers la fenêtre on distingue la belle fresque murale de Mimos*, peinte sur le mur dit Cobaty.

Le maire, cravate sobre mais conquérante, va-t-il parler de la nouvelle mairie dont le financement vient justement de faire l’objet, de sa part, d’un tract  rappelant une opération équilibrée à 8 millions entre recettes et dépenses  ?

* Belle de loin mais loin d'être belle dira Dominique Antony, peintre mural et l'auteur de la maquette du projet à qui on ne proposa pas d'intervenir au cours de sa réalisation. Il refusa de signer le mural, trouvant que celui-ci ne reflêtait pas fidèlement sa vision du sujet. Voir la double photo plus bas [ NDLR ].

[ voir aussi notre billet publié en 2010 concernant le mur Cobaty ] [ voir aussi les commentaires en bas de ce billet qui traitent du sujet de la perspective ]

Le vidéo-interview de Michel Moyrand (PS)

​Dans cette vidéo vous pourrez écouter l'intégralité de l'entretien que Michel Moyrand a donné à Périblog.
Cette vidéo est une seconde version. La première version qui a été depuis supprimée a eu 92 lectures​ à elle seule
10 février 2014 © William Lesourd

Le mur Cobaty

Périblog 2010 © Dominique Antony & William Lesourd

Jeu de dominos

Michel Moyrand se contente de citer les gros morceaux du patrimoine qui restent encore à négocier pour offrir des liquidités à la Ville, comme la maison Estignard rue Limogeanne, qui hébergeait les Bâtiments de France. De la même façon, rappelle-t-il, Castel-Peyssard, devenu un hôtel et un bistrot chic, logeait le secrétaire général de la préfecture. Beau cadeau municipal à l’État.

Il y a aussi à vendre la Daudie, l’ex-Direction du travail devenue Maison des associations et l’Office de tourisme pour des prix allant de 350  000 à 700  000 euros. Le plan patrimoine a déjà vu la vente de joyaux de la couronne comme la maison Bidanchon à Tourny, un ensemble à Ailhaud-Castelet, un autre à l'horticulture, rue Émile-Lafon, et la maison dite «  du diable  » à Antonne.

Le débat lancé par l’opposition sur le financement de la nouvelle mairie est aussi à la mesure des enjeux urbanistiques du jeu de dominos qu’il implique : ainsi les assos (comme on dit) quitteront le cours Fénelon pour l’ancienne mairie. Elles y cohabiteront avec le nouvel Office du tourisme, au prix d’un gros déménagement qui a déjà eu lieu pour CLAP (Culture, loisirs, animations Périgueux), parti à la Filature de l’Isle.

Mais le maire sortant croit en cette nouvelle distribution des cartes. Il n’est pas ébranlé par les critiques architecturales (comment réaménager l’ex-mairie ?) ou circulatoires (quid des places où se garer pour les autocars qui se rendront au nouvel Office de tourisme  ?) de l’opposition. Celle-ci a également lancé, depuis, de nouvelles polémiques d’ordre patrimonial assez inattendues sur les arènes de Vésone et la porte de Mars à réhabiliter. Quand la politique devient gallo-romaine, bonjour les gladiateurs  !

Aménagement encore : il aborde la question de la place Mauvard, pour laquelle, explique t-il, « on a inversé l’échéancier, puisque la suite des opérations, y compris l’installation de l’ascenseur extérieur, doit intervenir au cours du mandat suivant. » Il réaffirme aussi comme des priorités les quartiers Saint-Martin et de la gare à développer et les terrains du Sernam (un opérateur européen de transport et logistique) à aménager.

Commerce et droit au bail

Michel Moyrand défend également, sur nos questions, le commerce périgourdin « pas en si mauvaise situation, comparé à celui d’autres cités égales ». Il parle d’augmentation de l’offre commerciale et estime « qu'il n’y a pas concurrence, mais complémentarité avec le grand commerce de périphérie ». En revanche, il estime que, pour la reprise des commerces, « le droit au bail est souvent trop cher et qu’il faudrait prévoir de nouvelles dispositions ».

Pour les marchés du centre-ville, il souligne qu’ils répondent à des besoins à la fois de commerce et d’animation, et sont fondamentalement  sains. Question : et le fromage ? Allusion à de gros abus de prix et de qualité relevés en 2009 par une caméra cachée de France 2 et dont Périblog fut le premier en 2008 à parler. Sourire du maire  qui éjecta ces vendeurs peu scrupuleux de nos places de marché : « C’est vrai, j’ai envie de dire… sauf pour ce fromage là ! »

[ voir notre billet publié en 2009 sur les vendeurs de fromage excessivement cher qui sévissaient à Périgueux ]

Circuler et stationner

Pour la circulation et le stationnement, Michel Moyrand est moins triomphant. En attendant la navette ferroviaire et malgré le stationnement souterrain ou l’ouverture aux voitures de l'esplanade Badinter le samedi, il reconnaît un engorgement évident matin et soir. Mais il retourne habilement le débat en notant qu’avec 22  500 emplois, Périgueux est un pôle d’attraction quotidien forcément tumultueux en matière d’entrées, sorties et stationnements de véhicules. Il note cependant que les parkings souterrains de la ville (les deuxièmes plus abordables en France), ne sont que très rarement remplis. Exerceraient-ils une phobie chez les usagers ?

Et si l’on parlait sécurité ? Le maire se dit « non favorable à une vidéosurveillance à temps plein comme à Francheville, car cela ne ferait que déplacer le problème vers un autre lieu. » Mais il se demande si on ne pourrait pas « tester la vidéosurveillance limitée en nombre et mobile. »

Et l’éducation et la culture ? Le maire sortant se dit fier de l’effort accompli pour les écoles. Il réaffirme son mécontentement pour la surenchère bordelaise concernant le Salon du livre gourmand où , dit-il, « son ancien responsable, Édouard Cointreau, spécialiste international de la gastronomie, sera toujours le bienvenu » (à noter que CLAP – la structure d’animation dont nous avons parlé plus haut – vient d’envoyer une délégation à Parme, en Italie, capitale gourmande).

Avant-dernière question qui fâche concernant l’Institut des arts du mime (qui inclus MIMOS), le Palace à remettre aux normes à grand frais, et nous voilà partis sur MNOP (Musique de la Nouvelle Orléans à Périgueux) que le maire aimerait pouvoir accueillir de nouveau dans l'enceinte de la ville : « Les portes de mon bureau sont ouvertes aux organisateurs » et « C’est un malentendu lié au financement que je regrette… » Alors pourquoi ne pas réparer ça à travers le Grand Périgueux ? Précision de Michel Moyrand : « Le Grand Périgueux est un outil de mutualisation, qui va être surtout très utile pour l’emploi ».

Dernière question qui fâche : « Et l’histoire Melliet-Mélenchon ? » Réponse sans faille : « Dans une campagne électorale on ne traite pas quelqu’un de pouilleux ! » et « Ce sont des propos que je déplore ». Mais comme dit Maurice Melliet lui-même, à voir la popularité que ce coup de gueule avec le leader du Parti de gauche lui a value, il n’est pas sûr que ses conséquences électorales soient passées inaperçues du côté de la mairie…

voir notre billet sur la visite de Jean-Luc Mélenchon à Bergerac et notre vidéo dans laquelle Périblog lui pose la question concernant Maurice Melliet et le Whiskygate ]

Auteur Alain Bernard – Vidéo, photoreportage et légendes William Lesourd
Pas d'utilisation du texte et des photos sans l'accord exprès des auteurs et de Périblog
PériblogMichel Moyrand dans son bureau à l'hôtel de ville de Périgueux 10 février 2014 © William Lesourd

Continuons d'écrire Périgueux

1 rue Louis Blanc
24000 Périgueux

contact-cdep@michelmoyrand.fr
Tel. : 05 53 06 96 02

voir le site officiel pour la campagne de Michel Moyrand ]

Et le portrait précédent....


Jean-Paul Daudou (divers droite)

PériblogJean-Paul Daudou nous révêlera bientôt ses projets 20 février 2014 © William Lesourd

Ensemble pour Périgueux

Rue André Saigne
24000 Périgueux

ensemblepourperigueux@gmail.com
Tel. : 05 53 07 26 88
voir le site officiel pour la campagne de Jean-Paul Daudou ]

Antoine Audi (UMP)

PériblogAntoine Audi mise tout ou presque sur l'emploi 31 janvier 2014 © William Lesourd

Ensemble réveillons Périgueux

5 rue Saint Front
24000 Périgueux

audi2014@reveillons-perigueux.fr
Tel. : 05 53 04 76 87
ou 07 89 01 85 69
voir le site officiel pour la campagne d'Antoine Audi ]

Et le portrait à venir....


John N'Tamé (divers gauche) - liste depuis annulée

PériblogJohn N'Tamé a depuis abandonné la course aux municipales et s'est rallié à Michel Moyrand, maire sortant (PS) 27 février 2014 © William Lesourd

Périgueux l'ambitieuse



voir le site officiel pour la campagne de John N'Tamé ]


Libellés : , , , , , , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Nino , le 3 mars 2014 à 02:11  

A propos du mur "Cobaty"
Le fait d'être dessinateur, accessoirement peintre, géomètre pendant 35 ans, m'autorise-t-il à considérer comme très douteuse la critique de William concernant la réalisation du mur "MIMOS" ?
Je peux comprendre la déception de Dominique Antony, auteur d'un projet dont la maquette a été "réalisée" par ordinateur, lorsqu'il compare son intention avec le résultat obtenu à l'issue d'un travail difficile, "en vrai", au pied du mur… auquel il n'a pas pu participer. Je comprends d'autant mieux qu'il m'arrive bien souvent d'être déçu par la distorsion qu'il peut y avoir entre la perfection de mes visions et l'imperfection des œuvres qui en résultent, pourtant exécutées par moi-même, seul, et que j'hésite parfois à signer...
Mais pour ce qui concerne l'illusion de perspective, la moindre des précautions aurait été de prendre la photo du mur peint exactement depuis le point où avait été pris le cliché du mur vierge, cliché qui, après traitement numérique, a servi à présenter la maquette. La perspective simulée des pierres et des divers éléments de la peinture murale ne peut se confondre avec la perspective objective des façades de la rue Wilson que si l'on se place précisément sur ce point. Il est impossible que l'illusion puisse "fonctionner" ailleurs que de ce point précis choisi par le concepteur du projet.
De toute évidence, la photo du mur peint publiée dans l'article en comparaison du projet ne respecte pas cette exigence élémentaire.
Bien amicalement

Commentaire de Blogger Périblog , le 3 mars 2014 à 03:31  

Bj Nino
Je pense que sur ce point tu as tort, (je peux sans doute prendre une photo du même point de vue que celui utilisé pour la maquette pour te le prouver). La perspective du pan de mur est erronée, quelque soit l'endroit où tu te tiens. D'ailleurs, si on oublie le pan de mur, regarde simplement le cercle qui, sur le mur Cobaty, est un parfait ovale plutôt qu'un cercle en perspective comme sur la maquette. En tant qu'illustrateur, sûrement tu es capable de voir que quelque chose ne colle pas.
Mais peut-être que l'auteur de la maquette, s'il lit ce message, te l'expliquera mieux que moi - WL

Commentaire de Anonymous Nino , le 3 mars 2014 à 11:11  

Bonjour William,
J'en conviens, le dessin de la perspective, à l'intérieur même de l'œuvre, n'est pas parfait. Si les cercles avaient été représentés par des ellipses, plutôt que par des figures en forme de piste d'athlétisme, c'eut été un moindre mal.
Mon commentaire ne porte pas sur la plus ou moins belle qualité de l’œuvre, mais sur le procédé utilisé pour tenter d'en démontrer la piètre réalisation. Je reste sur ma position : seul l'angle de vue sous lequel a été prise la photographie ayant servi de base de travail au concepteur du projet peut permettre de juger de la réussite (ou non) de l'illusion de prolongement, en pan de mur ruiné, de la perspective des façades de la rue Wilson.

Commentaire de Blogger Périblog , le 4 mars 2014 à 13:21  

J'ai l'impression, que lorsqu'on se décale légèrement à droite ou à gauche en observant un dessin créé en deux dimensions, ceci ne change pas grand chose à la vision qu'on en peut en avoir si on se place juste en face.

Mais je suis d'accord avec ton point de vue. Les deux photos n'ont pas été prises suivant exactement le même angle de vue et peut-être pas avec la même focale. C'était la seule photo que j'avais sous la main au moment de la publication... J'en prendrai une autre cette semaine. Éthiquement, mon procédé de démonstration n'était pas tout à fait correct

Commentaire de Anonymous Richard SIMONET , le 31 mars 2014 à 07:20  

Bonjour, je viens d'apprendre les résultats du 2ème tour du scrutin de Périgueux.
Je suis triste de la défaite de Michel MOYRAND, un homme politique chaleureux et efficace dans sa circonscription.
Intéressant interview de notre ami Philippe BERNARD.
Cordialement.
Richard

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog