Pascale et Jean-Yves Lecreux : Qui-é-Qui périgordin samedi 4 mai 2013

Guillaume Petitjean

QuiÉqui Chaque semaine retrouvez sur Périblog le Who's Who périgordin rédigé par Brett Christmann

Vient de paraître  : Libraires heureux

Qui ne connait La Mandragore librairie intimiste et reposante de la rue Limogeanne ? Rassurez-vous, pas d'annonce de fermeture mais un faire-part optimiste : l'arrivée aux commandes de Pascale et Jean-Yves Lecreux, heureux successeurs de Gérard Chastang. En ces temps troublés, ou l'on enterre enseignes culturelles et librairies, les nouveaux arrivants affichent une confiance réjouissante. Ils ne débutent pas dans la profession. Ils sont  libraires  depuis 28 ans !

PériblogPascale et Jean-Yves Lecreux, les repreneurs de La Mandragore 2013 © Brett Christmann

Après avoir instruit les bibliophiles de Castelsarrasin, ils décidèrent de voir plus grand, d'afficher une mission plus large, de  choisir  une ville plus importante. Sans idées préconçues sur leur destination, ils vinrent visiter La Mandragore répondant au désir de l'ex-propriétaire de céder son affaire.

« Le jour de la visite fut pluvieux, triste et morne, mais la beauté de la librairie fît le reste ». C'est un coup de foudre qui emporta la décision. De plus, tenir une librairie dans une ville d'art et d'histoire n'était pas pour nous déplaire » déclarent-t-ils à l'unisson. Ce couple de militants du bien-lire, a donc sauté le pas. Sans pessimisme ni résignation : « Nous croyons à la  pérennité d'une petite structure pointue à l'écoute de la clientèle. Notre professionnalisme doit faire la différence ».

En poste depuis le 1er mars, les Lecreux découvrent avec plaisir l'intérêt de la clientèle pour les beaux livres, les ouvrages philosophiques et les livres régionaux — ils s'honorent de proposer, par éxemple, bon nombre de livres d'Alain Bernard, autre collaborateur de Périblog. « Nous ne voulons pas céder aux sirènes du marketing. Les Musso, Levy et autres Pancol n'ont pas besoin de nous ».

Ce couple passionné ne regarde pas la télé, « nous préférons lire » déclarent- ils avec une implacable logique. « Le coût d'un livre est tout à fait raisonnable. Le prix unique du livre n'est pas assez connu des clients potentiels. Contrairement aux idées reçues, acheter un ouvrage n'est pas plus coûteux dans une petite librairie comme la nôtre que dans un Leclerc... qu'on se le dise ».

Auteur Brett Christmann

Et le portrait suivant dans qui-É-qui...


Il est libre Calou

 Pascal de son prénom, mais, pour le tout Périgueux, c'est lou Calou 2013 © Brett Christmann

[...] Après ( entre autres) quatre ans au Mimos et quatre ans au Bar du Coderc, Calou convoite l'épicentre de sa ville. Un petit estaminet qui sert de cordon ombilical, et nourrit de rumeurs, de couleurs, d'informations, l'ensemble de la cité. Cap sur le Bar de la Truffe qu'il acquiert il y a cinq ans. [...]


voir le portrait suivant, celui de Pascal Mémain, dit Calou ]

voir le portrait précédent, celui de Guillaume Petitjean ]



Libellés : , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Blogger Nicolas Bouvier , le 4 mai 2013 à 23:53  

Ah en voilà des libraires intéressants (non pas que les autres ne le soient pas, à bon entendeur). Néanmoins, ne pas succomber au coup marketing avec les auteurs people permet justement de préserver les artistes locaux.
Dans l'attente de les rencontrer avec plaisirs (entre normands d'origine^^)

Commentaire de Blogger Périblog , le 5 mai 2013 à 00:07  

Eh bien pourquoi pas Nicolas. Même Marbot doivent être heureux de voir qu'une libraire subsiste en plein centre de la vieille ville

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog