Le bas Saint-Front ou le jeu de Lego mercredi 19 mai 2010

Au fil de l'Isle Chaque semaine retrouvez sur Périblog l’humeur de la semaine par Pascal Serre


Michel Moyrand – maire de Périgueux pour ceux qui ne le sauraient pas encore - peut être tranquille, les Périgordins n’ont guère été mobilisés par la réunion de présentation du fameux serpent de mer qu’est l’aménagement de la place Mauvard, espace situé au bas de la cathédrale Saint Front livré en pâture à l’indigence des précédentes municipalités depuis qu’entre 1950 et 1970 celles-ci décidèrent de raser le moyen-âgeux quartier dit des « Rues Neuves ».

Moins d’une cinquantaine de personnes dont, bien entendu, les trois-quarts constituaient le fan club du présentateur vedette : Michel Moyrand.
Certes on relevait quelques visages comme celui de Philippe Cornet (chef d’une opposition en forme de « vieille garde » à l'île d’Elbe). Mais tout ceci faisait un peu apprêté, presque pitié.

L’éléphant accouche d’une souris

La messe était dite : l’éléphant accouchait d’une souris. Depuis deux ans on continuait à tergiverser sur une décision prise par avance : ne pas faire ce qui avait été prévu par feu la municipalité du ministre Darcos tombé au champ d’honneur et qui redécouvrait le latin sous la fameuse phrase vae victis (1).

Le bas Saint-Front tel qu'il pourrait être en 2012 après l'aménagement urbain proposé par le maire de Périgueux
© Esquisse par l'atelier Villes et Paysages
Quand on veut tuer son chien on lui trouve toujours la gale, c’est bien connu. Alors monsieur Moyrand a décidé d’expliquer, démontrer et convaincre ses troupes – les autres semblent empaillés - que le projet de monsieur Darcos était trop ambitieux et couteux pour Périgueux. En fait, Périgueux ne doit pas avoir d’ambition prestigieuse. La municipalité doit être avant tout une sorte de « bureau de bienfaisance » qui assure les intérêts du « panier de la ménagère ». Ca se défend mais ce n’est pas ainsi que la ville des Pétrocores (2) va reprendre la place qu’elle avait au IIIème siècle comme cité la plus connue d’Aquitaine et même au-delà, entre Narbonne et Saintes.
Le bas Saint-Front (la place Mauvard) aujourd'hui© Périblog

Michel Moyrand n’est pas un adepte de la politique des grands travaux

Michel Moyrand n’est pas un adepte de la politique des grands travaux. Le faste le rebute, l’indigence l’afflige, il décide donc de se rapprocher des Périgordins par une politique qui prétend améliorer le quotidien des habitants et ne cherche en aucune façon à inscrire Périgueux dans l’histoire contemporaine par une empreinte urbanistique, architecturale qui fasse prendre de la hauteur à la devise de la ville : « Fortitudo mea civium fides » (3).

On fera donc du saupoudrage dans tous les domaines et les quartiers et, surtout, on transfèrera à grands frais la mairie d’un coin à l’autre de la ville.

Ne nous lançons pas dans les batailles de chiffres et les joutes politiciennes qui nous désespèrent chaque jour un peu plus. Ne nous leurrons, tout cela agite moins de trois cents cerveaux sur la ville. Les autres sont en berne, à la retraite ou au PMU. En ceci, le site de « La Chouette » (4) particulièrement bien documenté ne se contente pas d’invoquer la vierge de la démocratie participative, il donne beaucoup de clefs pour comprendre et agir. Seulement, les citoyens sont rares, les pêcheurs et chasseurs plus nombreux.

La presse locale s’en tient à sa stricte objectivité laquelle n’existe pas sauf, pour les chercheurs de vérités non révélées. Et ceci suffit pour les discussions de comptoir sans lendemain.
Projet de rénovation des abords de la cathédrale Saint Front annulé par Michel Moyrand à Périgueux. Ce projet avait pour objectif de redonner vie aux abords de la cathédrale et de relier la ville à la rivière.
La vidéo est réalisée par www.neomonde.fr

les successeurs feront ce qu’ils voudront

En catimini, monsieur Moyrand a répondu à certains qui émettaient des réserves presque en s’excusant de leur outrecuidance que « de toute façon après lui les successeurs pourraient faire ce qu’ils voudraient… » Ça c’est bien dit et mériterait d’être inscrit en cours de Sciences politiques.

En clair on fait quelque chose avec déjà l’idée que ce peut être détruit… Serait-ce l’aveu que tout ceci est une farce ? J’en perds mon latin et j'aurais presque envie de demander un cours au professeur Darcos qui se penche actuellement, dans sa Bastille arcachonnaise sur la rédaction d’un « Dictionnaire amoureux de Rome » afin qu’il me parle de l’ambition et de la politique des empereurs qui firent de la cité aux sept collines la Ville éternelle.

Mais au fond, je suis ridicule, téméraire et presque insolent envers mon ami Michel Moyrand. Il a raison. Cruellement raison. D’abord parce que les Périgordins ne sont pas plus intéressés par ce qu’il va faire sur ce bas Saint front qu’ils ne l’ont été quand on a détruit le joyau médiéval qui se situait sur l’emplacement. Ensuite, le maire de Périgueux a vraisemblablement repris à son compte cette phrase de Georges Pompidou : « Les peuples heureux n’ayant pas d’histoire, je souhaiterais que les historiens n’aient pas trop de choses à dire sur mon mandat. »

Au final, on nous a présenté un projet alambiqué dont on ne retient que les plantations et les emplacements de stationnement que l’on nous annonce payants – là ça tousse car on touche au porte-monnaie. Pour le reste, un ascenseur et je ne sais quoi puisque, de toute manière on pourra refaire ce qui aura été fait, compléter, ajouter, modifier, même démolir pour faire un parking souterrain refusé aujourd’hui mais que Michel Moyrand juge toujours possible par la suite. C’est le maire qui l’a dit avec une honnêteté et une franchise presque déconcertantes. Je ne puis que le croire. En fait, on nous offre un jeu de Lego (5).
Auteur : Pascal SERRE
(1) Malheur aux vaincus
(2) Nom des premiers habitants constitués de sept tribus sur les bords de l’Isle, sur les plateaux de la Curade et d’Ecorneboeuf
(3) Je puise ma force dans la fidélité de mes citoyens
(4) Voir : www.ruedelachouette.org
(5) voir : www.city.lego.fr


Pascal SERRE
Membre :
  • Institut Montaigne (Paris)
  • Fondation Terra Nova (Paris)
  • Fondation de la France Libre (Paris)




[ une autre vue sur le sujet ] À chacun son film...
Jean-François Cros à PérigueuxLundi soir, la municipalité de Périgueux, à grand renfort de cabinets d'architecte et d'urbanisme, présentait le projet de la place Mauvard, feu bas-Saint-Front, dont le scénario qui a prévalu à sa réalisation, est du genre "Chérie, j'ai rétréci les gosses...". Parallèlement, la communauté d'agglomération discutait du fameux et trop mystérieux Plan de Déplacements Urbains (PDU), les débats oscillant entre "Les tontons flingueurs" et "Touche pas au grisby"...

Même si nous sommes en période de Festival de Cannes, ce florilège d'allusions cinématographiques politico-médiatiques a le don de me troubler et de m'agacer passablement. Où est la nécessaire cohérence territoriale quand des élus communautaires, souvent du même bord, sont avant tout des avocats zélés de leurs prés carrés communaux, oubliant l'intérêt général et l'avenir inéluctablement conjoint des villes et villages qui composent l'agglomération ? Audiard, dans ses dialogues au scalpel, faisait dire à l'un de ses personnages mythiques : "il ne comprend rien au présent, rien au passé, rien à l'avenir, enfin rien à la France, rien à l'Europe, enfin rien à rien... Mais il comprendrait l'incompréhensible, dès qu'il s'agit d'argent."

Que cette sentence sans appel prend ici toute sa véracité ! Un pont sur l'Isle ? Trop cher... Un plan d'ensemble de rénovation du centre historique de Périgueux ? Trop cher... Une révision en profondeur des principes de circulation et de stationnement dans l'agglomération ? Bien trop cher... Et demain ? Quand le centre-ville de Périgueux sera définitivement déserté et que sa progressive atonie entraînera immanquablement celle des zones commerciales alentour, là, il sera bien trop tard... L'agglomération périgourdine aura raté le grand virage du XXIème siècle, donnant certes du pain et des jeux avec moult piscines ou salles de spectacle mais rien qui structure l'espace et le temps.

Alors, tout deviendra encore plus cher et encore plus compliqué...
Jean-François Cros
Agglomération de Périgueux

Billet paru dans « Pensées, provocs et autres bulles » un blog de Jean-François Cros hebergé sur le site d'un journal local [ Autre blog de J-F Cros ]

Libellés : , , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Hélène ROBERT , le 19 mai 2010 à 12:14  

"D’abord parce que les Périgordins ne sont pas plus intéressés par ce qu’il va faire sur ce bas Saint front qu’ils ne l’ont été quand on a détruit le joyau médiéval qui se situait sur l’emplacement."
Il faudrait plutôt se demander pourquoi il y avait si peu de participants "non-Moyrandistes" et cela donnerait la réponse à ce qui précède!
Moyrand ne fait que ce qu'il veut sans tenir compte de l'avis des citoyens, alors pourquoi perdre notre temps si tout ce que nous pouvons faire au cours de ces réunions c'est de râler en public.
Pour ma part je me contente d'attendre les prochaines municipales afin de faire campagne contre sa réélection...en déplorant l'abandon d'un projet porteur pour Périgueux. D'ici là, que de temps perdu, que d'argent gaspillé!

Commentaire de Blogger Jean-claude Bonnal , le 19 mai 2010 à 15:55  

Pas de doute on nous propose encore un projet au rabais....J.C Bonnal

Commentaire de Anonymous Maurice Melliet , le 19 mai 2010 à 17:14  

La place Mauvard n'échappe pas à la guillotine qui se met en place à chaque changement d'équipe municipale et pour faire correct celles de gauche comme de droite : un peu comme un jeu obligatoire après élection ! Chaque nouvelle équipe hurle qui n'y a plus d'argent dans les caisses, voire des dettes tellement énormes que le mérite de la nouvelle équipe est de renflouer la trésorerie de la ville... et l'alibi de ne rien faire comme des chevaliers sauvant la belle dame en proie à des brigands !

Mais en réalité, cela ne se passe pas comme cela : il y a des élus qui ne savaient pas qu'ils devraient être à la hauteur une fois élu ! D'autres qui pensent que les électeurs-contribuables accepterons une petite augmentation de 6 à 8% de la taxe locale par citoyenneté voire par amnésie au moment de la prochaine échéance...

D'autres encore qui profitent de cette aubaine pour placer leur famille dans les services de la mairie ( fiction parfois réelle) et parfois, on peut trouver en cherchant bien, d'honnêtes élus qui tentent de bien faire leur boulot et qui au passage sont rémunérés selon leur grade.... Voilà le tableau imagé d'un électeur-contribuable qui vote depuis 1966 en essayant de mettre à chaque fois un bulletin utile pour la société... Mais parfois, on se trompe ! où plutôt on est trompé ...

Maurice Melliet citoyen de ma ville... car elle n'appartient pas qu'aux élus !

Commentaire de Anonymous Jean-François Cros , le 19 mai 2010 à 23:54  

Un lien vers ma modeste contribution à ce débat infini sur l'action de nos élus...

[ http://.... ]

__________________Merci pour le com JF__________________
Faisons justice à ton billet en le publiant sous celui de Pascal Serre. Merci beaucoup, W

Commentaire de Anonymous Paul CHIRON , le 20 mai 2010 à 00:10  

Je reviens avec joie sur Périblog car on m'a dit que le fil de l'Isle était de retour et qu'il était show.
Et oui le déballage du prince et de sa cour ne marche plus. On nous prend pour des C....
Inutile de se déplacer dans ses réunions de pacotilles pour serviteurs Monsieur Serre. Vous avez la réponse. Le citoyen n'ira pas à la pêche le jour où il faudra voter pour ou... contre l'équipe Moyrand.
Periblog et un air de liberté flotte sur Périgueux !

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 20 mai 2010 à 00:20  

Après la télé me voici sur Periblog qui retrouve son mordant (sans jeux de mots avec Moyrand et même Morandini)
Je suis écoeuré en silence de ce qui se passe à Périgueux. Mais rien d'étonnant aucun des élus n'a passé son enfance dans ma ville ( ou alors pour ne pas déplaire au patron il le cache puisque celui-ci est originaire du nord de la dordogne et vit à Bassillac).
Comme beaucoup je sais déjà ce que je ferai pour les prochaines élections. Ca ne pourra pas être pire. C'est vrai que voir Moyrand inaugurer un coup de peinture dans une école dans la presse locale ca donne l'épaisseur de la politique menée...

Commentaire de Blogger Philippe , le 21 mai 2010 à 11:13  

Cher Monsieur Serre,

Quel magnifique texte que voilà. Que de mépris affiché pour les manants que nous sommes, nous pauvres périgourdins insensibles aux fastes et à la gloire passée de Périgueux. Nos cerveaux en berne, à la retraite ou au PMU n'ont pas compris l'extrême importance de la rénovation de la place Mauvard. Cela se comprend, car nous, pauvres hères incultes, devant utiliser la part restante de notre cerveau disponible à trouver les numéros gagnants du loto, ne pouvons toucher de doigt l'importance d'un projet qui inscrirait Périgueux dans l’histoire contemporaine par une empreinte urbanistique, architecturale qui fasse prendre de la hauteur à la devise de la ville.

Peut-être tout simplement parce que nous, périgourdins décérébrés, ne vivons pas dans votre monde...

L'énergie que vous dépensez à exprimer votre mépris pour ceux qui se moquent totalement de l'avenir de ce parking (c'est à dire la très grande majorité des habitants de périgueux) devrait plutôt servir à proposer des réflexions pour améliorer le logement social, les transports en commun, servir à réfléchir avec urgence à la façon dont demain, suite au plan de rigueur que nous infligera le gouvernement sarkosyste, comment les plus démunis de nos concitoyens réussiront à "survivre" (le mot n'est pas trop fort)...

Mais ce n'est sans doute pas à la terrasse des cafés de périgueux en sirotant votre café qu'une telle réflexion pourra être vôtre...

Commentaire de Anonymous Pascal Serre , le 23 mai 2010 à 07:27  

Cher Monsieur Philippe,

Si le mépris fait partie de votre perception des choses et des gens il n'entre pas dans ma conception des rapports humains.

Le style littéraire utilisé peut vous choquer. Je le regrette, mais je me suis habitué à ce type de " politiquement incorrect" que j'assume totalement.

Votre réaction n'entame pas mon goût du dialogue s'il se refuse au dogme et s'ouvre comme d'ailleurs vous le faites sur des sujets qui ont leur importance. Mais, en l'occurrence, ils n'entrent pas dans l'objet du sujet initial.

Je ne serais pas surpris que vous soyez aussi désolé que moi par le peu de mobilisation de nos concitoyens - et même parfois de moi-même - sur quelques sujets que ce soit.

Quand au café c'est une tradition conviviale dont j'espère vous usez sans abuser.

Bien cordialement et sans rancune.

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 25 mai 2010 à 14:42  

Cher Monsieur Philippe

Il y a pas mal de périgourdins décérébrés mais néanmoins attentifs à ce qui se passent dans cette ville qu'ils aiment, pour trembler à l'idée du coût pharaonique du déplacement de leur Mairie. Passons pour le beau projet de la place Mauvard et endettons notre ville pour 30 ans.
Faites donc un référendum sur le sujet et vous verrez si les périgourdins vont au PMU, et s'ils sont dans un autre monde.

Commentaire de Blogger Philippe , le 26 mai 2010 à 19:57  

Cher Anonyme, le 25 mai 2010 14:42.

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir relire la chronique de M. Serre et mon commentaire et de rendre à César ce qui appartient à César....

Commentaire de Blogger bird , le 27 mai 2010 à 07:25  

M. Philippe, puisqu'il vous plaît de le nommer ainsi en usant de votre fameux style littéraire au nom duquel vous vous permettez tant de choses épistolaires de grande voltige, n'a pourtant pas tort. Si je comprends bien votre argumentaire, M. Pascal Serre, vous nous narrez là que les Pétrocoriens et assimilés se moquent de l'avenir de cette place dont, je dois l'avouer par honnêteté, j'ignorais jusque là le nom. Pire encore à vos yeux, vous reprocheriez à l'équipe municipale actuellement en place (est-elle bien légitime, cette équipe ? A vos yeux non, visiblement) de ne proposer qu'une sorte de vision provisoire de ce que pourrait être l'aménagement de cette place qui connut ses heures de gloire naguère. Le vieux Moyen-Âge, cela est regrettable, est terminé depuis que l'Europe a posé son pied en terre d'Amérique. Cela nous fait remonter au moins aux calendes grecques. On a rasé ce vieux quartier ? On le pleure aujourd'hui ; l'a-t-on pleuré à l'époque ? L'équipe municipale précédente avait un projet dans ses cartons ? Quel est-il donc ? Parlez-nous en, que l'on sache enfin la vérité ! Je me demande si, sur cet exercice littéraire et stylistique là, vous ne nous la jouez pas un peu sur le thème du "c'était mieux avant" (avant les années 50 à 70, avant la fin du Moyen-Âge, avant Moyrand...). Vous êtes un passéiste ou bien vous êtes un ratiocinateur, M. Pascal Serre. Pour autant, je prends toujours plaisir à lire vos récits provocateurs.

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 27 mai 2010 à 17:51  

A Bird
La mémoire des lieux n'appartient pas au passé et elle s'inscrit dans notre patrimoine urbain.
Le commentaire de P Serre ne me semble pas passéiste le moins du monde.
Un projet d'urbanisme ne consiste pas à faire table rase du passé comme tentèrent de le faire certains dictateurs au vingtième siècle.Il doit considérer les atouts que peuvent représenter les vieilles pierres pour la ville , et si possible les mettre en valeur, non pas dans le seul souci esthétique, mais pour offrir aux Périgourdins et aux touristes une image agréable de la cité.
Or, depuis l'arrivée de Moyrand a la tête de cette vieilles ville, c'est cette vision globale de notre cadre de vie qui fait cruellement défaut. Pas de projets d'avenir en s'appuyant sur les legs du passé car notre maire ne dispose ni de la culture nécessaire, ni de la volonté politique,ni d'ailleurs d'une imagination débordante.
Alors,vous pouvez vous satisfaire de cette situation, de ces animations de centre aérés, de cette absence de projet pour cette ville et ses habitants. Quant à moi,je pense que nous ne pourrons pas rendre notre ville attractive avec un tel mépris de ce qui nous a fait.

Commentaire de Anonymous Philippe de Périgueux , le 1 juin 2010 à 15:57  

Cher M. Anonyme du 27 mai 2010 ,

Oui, Moyrand ne prête pas suffisamment attention à l'image agréable qui doit refléter notre ville ville à ses habitants comme aux touristes de passage. Vous avez raison lorsque vous soulignez l'inculture de celui qui a remplacé le phare de la pensée qu'était Darcos. Alors oui, notre argent de contribuable doit être dépensé en direction des plus nantis de nos concitoyens, c'est à dire les bourgeois du centre ville. Qu'importe le délabrement du quartier de la gare par exemple, il n'y vit que des pauvres et des immigrés qui passent leur temps libre au PMU. Tout projet pour notre ville doit s'affranchir des besoins de la majorité, pauvre et décérébrée, de nos concitoyens pour satisfaire ceux des notables qui font l'effort de s'obliger à vivre autour de la Cathédrale. Place à l'imagination à Périgueux ! Et pourquoi pas, peut-être qu'une fois que cet inculte de Moyrand, n'oublions pas qu'il fût éducateur sportif dont peu au fait des choses de l'esprit, sera renvoyé à ses stades nous aurons enfin une ville qui sera à nouveau une ville où il fait bon vivre, où les pauvres seront parqués hors de nos murs, où nous pourrons enfin porter fièrement nos Rolex et nos sacs Hermès (des vrais, pas des contrefaçons qui font croire aux démunis qu'ils peuvent toucher du doigt le luxe auquel ils n'ont fort heureusement pas droit) dans la rue sans craindre que des hordes de smicards nous cherchent courroux.
Oui cher Bird, comme vous, je rêve d'une ville où tous les périgordins seront fiers de ce passé prestigieux qui a fait de Périgueux, comme du Périgord, la destination favorite des retraités et des personnes du 3ème âge.
Il est clair aujourd'hui que de l'aménagement du parking en bas de la Cathédrale dépend l'avenir de notre cité...

C'était : "quand l'opposition municipale n'a rien d'autre à se mettre sous la dent qu'un projet urbanistique qui n'intéresse personne..."

Philippe de Périgueux

Commentaire de Anonymous jean François , le 4 juin 2010 à 07:50  

cher Philippe,votre réponse à anonyme est passablement outrée. Faire des habitants de l'hyper centre des nantis n'est pas vraiment exact. J'ai grandi entre la rue Limogeanne et la rue de la Miséricorde et mes parents ainsi que nos voisins appartenaient à la classe motenne, voire aux catégories populaires.
Le centre est aujourd'hui habité essentiellement par des personnes agées, par des étudiants et par des jeunes couples. les nantis comme vous les qualifiez ont plutot délaissé le centre pour les banlieues résidentielles.
En revanche, concernant le quartier de la gare, je partage votre point de vue. Il est délabré, les logements y sont insalubres et la population souvent déshéritée.
La précédente municipalité ne s'en était pas beaucoup souciée, mais l'actuel maire ne fait guère mieux en engloutissant quelques millions d'euros dans sa" tres magnifique" mairie,seul véritable projet d'une mandature bien terne.

Commentaire de Anonymous Philippe , le 4 juin 2010 à 16:32  

Cher Jean-François,

Ma diatribe sur la populace nantis d'une partie de centre-ville de Périgueux n'est basée que sur un constat personnel. En effet, lorsque je suis venu m'installer à Périgueux, il y a maintenant 3 ans, j'ai visité un nombre très important d'appartements à louer autour de la Cathédrale, de la place du Coderc ou de la place de la Vertu. Je vous avoue avoir été particulièrement effaré des loyers demandés. C'est pour cela qu'à moins qu'une augmentation massive des pensions retraite et des bourses scolaires ait eu lieu récemment dans le plus grand secret, je reste convaincu qu'hormis quelques logement à loyer modéré (hélas souvent occupé par des personnes pas franchement dans le besoin... J'ai des noms... :-) ) la grande majorité des personnes habitant dans cette partie de centre-ville est loin d'être nécessiteuse... Une fois l'Isle ou le Boulevard Montaigne traversé, c'est fou comme les tarifs des loyers baissent à la vitesse grand V.

Philippe de Périgueux

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog