Le Grand Ordinaire à Rochebeaucourt et Argentine vendredi 13 avril 2012

Lorsque j'ai demandé sur Facebook dimanche dernier, où l'on me suggérerait d'aller dans un rayon de 60 km, on m'a envoyé les recommandations suivantes (kilométrage en relation avec Périgueux) :

Les tourbières de Vendoire
Etendu sur 65 ha, le Site Naturel des Tourbières de Vendoire constitue un îlot de nature au milieu de terres cultivées. [ en savoir plus ] (55 km)
Les jardins de Marqueyssac
Le parc du château de Marqueyssac est une des plus belles réussites de l'histoire des jardins français. Il a une superficie de 22 hectares, 6 kilomètres d'allées et 150 000 buis. C'est un site classé. [ en savoir plus ] (entre 68 km et 94 km selon la route choisie)
Montagrier
Près de Tocane Saint Apres. Mon lieu de randonnée favori à cause de ces grands espaces, ce ciel démesuré, ces couchers de soleil bouleversants. [ en savoir plus ] (28 km)
Le village du bournat
Village périgourdin authentique avec son moulin à vent, son église, sa mairie, son école, ses animaux… [ en savoir plus ] (entre 42 km et 54 km)
Brantôme
Qui ne connait pas la Venise du Périgord ? [ en savoir plus ] (30 km)
Sergeac, où se tenait une fête
Village situé dans le Périgord noir au bord de la Vézère, bordée à cet endroit de hautes falaises au pied desquelles ont été découverts de nombreux gisements préhistoriques. [ en savoir plus ] (entre 48 km et 56 km)
Les jardins de la Bigotie
Dans un cadre naturel et historique, au cœur d'une propriété agricole, Véronique Pouverel Mure, botaniste, vous fera découvrir le verger de collection avec 40 variétés anciennes... [ en savoir plus ] (entre 74 km et 84 km)
Échourgnac
Pour le Trappe d'Échourgnac, un fromage à pâte pressée et le chant des sœurs cisterciennes. [ en savoir plus ] (entre 57 km et 78 km)

Les espaces démesurés entre Montagrier et Corneguerre 2006 © William Lesourd

Un coucher de soleil émouvant près de Montagrier 2006 © William Lesourd

Puis Patricia Labussière, une amie facebookienne est intervenue dans la conversation. Avocate de formation et chanteuse par passion, Patricia dont le cousin n'est autre que Michel Labussière, le journaliste qui m'envoie chaque dimanche sa revue gentiment acerbe des actualités locales pour la semaine à venir. Michel a deux passions, la clarinette et le journalisme. Celui-ci joue avec Le Grand Ordinaire,

la fanfare qui marche au super (sic). Ils avaient été en ce jour de Pâques invités par le comité des fêtes de la commune de La Rochebeaucourt et Argentine, aux confins de la Dordogne et de la Charente. Patricia demeurant à deux pas de là, m'a suggéré de les y rejoindre. Alors, après un petit déjeuner au Café de la Place, j'ai pris la route, direction le nord ouest. 55 km sur la départementale D939, qui traverse une campagne visiblement touchée par la sécheresse de cet hiver, mais assez verte néanmoins. Périgord Vert oblige.

L'animation en ce lundi de Pâques était tout ce qu'il y a de plus classique : des chars, les majorettes, deux fanfares — Le réveil d'Abzac et celle de Patou Bernard —, une fête foraine, un cochon à la broche, et un bal pour clore la soirée. C'était comme dans le temps... rien n'a changé, sauf que toutes ces choses simples semblent désormais moins nous amuser. J'ai passé quelques temps avec la personne chargée du barbecue. Il était à juste titre fier du porc croustillant, de ses haricots aux lardons qui avaient cuit dans un chaudron authentique et de sa couenne à la texture si particulière qu'il m'a fait goûter.


Michel Labussière en chemise rayée avec quelques membres de sa famille (mais pas Patricia) 08/04/2012 © William Lesourd

La fanfare Le Grand Ordinaire de Patou Bernard 08/04/2012 © Patricia Labussière

Les chars s'apprêtent à défiler 08/04/2012 © William Lesourd

Les enfants sont déguisés 08/04/2012 © William Lesourd

Les majorettes de Rochebeaucourt et Argentine 08/04/2012 © William Lesourd

Les spectateurs regardent passer les chars 08/04/2012 © William Lesourd

Après la couenne ce sont les oignons qui cuisent pendant que le cochon entier rôti à la broche, sur les braises d'un feu de bois 08/04/2012 © William Lesourd

La vidéo et toutes les photos sauf celles de Montagrier et celle de Patricia ont été prises avec mon iPhone 3Gs.


J'aime sortir du centre des villes et des villages que je visite et explorer les petites ruelles où personne ne va 08/04/2012 © William Lesourd

Nous ne sommes pas resté pour le bal ni pour le cochon. Après 18 h 00, alors que le soleil commençait à faire de belles apparitions, le Grand Ordinaire a tiré sa révérence. Nous aussi.

Patricia est partie de son côté, moi du mien, mais avant de retourner au parking, je suis allé marcher une dernière fois le long de la rue principale de la Rochebeaucourt. Qu'elle ne fut pas ma surprise en regardant au travers la vitre d'une boutique dont la devanture m'intriguait, des pâtisseries anciennes, telles que j'en avais vu à Périgueux voici quelques années chez Madame Tartine, quand elle était en-bas de l'avenue Daumesnil. Comme je suis friand de gâteaux simples et que j'avais un petit creux, je suis entré, et voici que Madame Tartine m'est apparue !... J'ai bien vu qu'elle hésitait quelques secondes avant de me remettre — le béret sur le chef sans doute — mais la façon bien à moi d'aborder les gens (comme si j'avais élevé les cochons avec eux) lui a tout de suite rappelé qui j'étais.

Quel plaisir de la revoir ! Nous sommes ensemble revenu sur le passé lointain déjà. Puis elle m'a parlé de celui plus proche où elle est venue s'installer dans ce village. Elle regrette la tension, inexplicable selon elle, qui existe entre elle et les anciens habitants, alors que sa relation avec les nouveaux venus est tout à fait chaleureuse. Elle aurait voulu naturellement mieux s'intégrer à la population de la commune. Son histoire m'a attristé. Je lui ai promis de revenir un jour. Avec ses vallons, ses bois, ses prés fleuris, ses ruisseaux, la région est un paradis pour les randonneurs.


Une maison abandonnée auprès de la rivière, au bout d'un chemin couvert de fleurs de pissenlits 08/04/2012 © William Lesourd

Auteur : William LESOURD

Libellés : , , , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Mimik , le 14 avril 2012 à 13:33  

Superbes photos que celles de la porte et de la maison ! (traitement hdr ?)

Commentaire de Blogger Périblog , le 14 avril 2012 à 15:34  

Absolument. HDR dans DXO Optics Pro

Pour les néophytes, le concept de photographie à grande gamme dynamique (HDR, de l'anglais High Dynamic Range) permet de produire une image dotée d'une gamme tonale étendue qui est supérieure au résultat obtenu avec une exposition unique.

Il existe deux façons de produire des photos HDR via un logiciel de post-production. La première implique de réaliser des surimpressions d'un sujet (généralement trois images minimum) à partir du même point et de les combiner en post-production afin de produire une image unique. La deuxième méthode consiste à utiliser une image unique, qui est ensuite divisée en plusieurs en post-production, la gamme dynamique étant ajustée afin d'accentuer les différentes parties de l' image. Celles-ci sont alors recombinées afin de produire une seule image.

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog