Je t-aime A-I-M-E samedi 14 février 2009

Quel drôle de titre... c'est ce sacré blog qui ne me permet pas d'ajouter des accents. Ce n'est ni élégant ni romantique ; bref ça ruine un peu l'effet recherché...

Aujourd'hui, c'est la Saint Valentin et je veux ajouter du romantisme à mes pages. Justement j'écoutais le Grand Charles tout à l'heure et je suis tombé sur une chanson de circonstance que je n'avais jamais entendu. Une chanson écrite avec l'intelligence des mots qu'on lui connaît. Elle décrit le désarroi d'un ancien mauvais élève devant une feuille de papier. Il peine aujourd'hui à trouver les mots justes ou leur épellation, qui lui serviront à témoigner à sa belle de l'amour simple mais fort qu'il lui porte.

Ce billet est pour celles et ceux que vous et moi aimons, secrètement peut-être. Heureuse Saint Valentin à toutes et à tous.
Je t'aime A.I.M.E.

Je t'écris c'est plus romantique
Comme un amant du temps jadis
Sur un papier couleur de lys
À l'encre bleue, et je m'applique
Quand ma plume, manque de chance,
Fait en sortant de l'encrier
Une tache sur le papier
Que je déchire et recommence


Je t'aime A.I.M.E.
T'aime le cœur en feu
Faut-il un X à feu ?
Ça me pose un problème
Allez je barre feu
Mais je garde je t'aime
Je t'aime A.I.M.E.
Simplement j'y ajoute
Ces mots « À la folie »
Mais soudain j'ai un doute
Folie avec un L
Un seul L ou bien deux ?
Deux ailes serait mieux


Tellement plus jolies
Et bien sûr plus vivant
Vivant, comme une envie
Que le bonheur agrafe
Comme un papillon bleu
Au cœur d'un amoureux
Inquiet de l'orthographe


À l'école j'étais le cancre
Dont on ne pouvait rien tirer
Guettant l'heure de la récrée
L'œil fixe et les doigts tachés d'encre
Aujourd'hui je me désespère
J'ai des lacunes et je le sais
Mais amoureux il me vient des
Velléités épistolaires

Je t'aime A.I.M.E.
Et je n'ai foi qu'en toi
Comment écrire foi
Privé d'un dictionnaire
Il y a tant de fois
Dans le vocabulaire
Oh je peine et je m'en veux
Allez je place un S
Mieux vaut peut-être un E
Franchement ça me stresse
Et mon foie fait des nœuds
Des heures d'affilée
Penché sur le papier


Je corrige et rature
Puis j'envoie tout valser
Maudissant l'écriture
Ècœuré j'abandonne
Au diable mon stylo
Je dirais tous ces mots
Tranquille au téléphone
Je prends le combiné
Compose un numéro
Je n'ai plus de problèmes
Allô, amour, allô
Oui oui c'est encore moi
Pour la énième fois
Qui t'appelle, tu vois
Pour te dire : « Je t'aime »


© Le Grand Charles

Libellés : , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Roger , le 14 février 2009 à 18:10  

Ah, quel poète ce grand Charles,
j'ai appris le texte par cœur pour le réciter a ma dulcinée sur ma couche. (c'est romantique non ?)

________Merci pour le com________
C'est en effet très romantique...
J'en aurais bien fait de même mais la mémoire et la dulcinée me font défaut.

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 15 février 2009 à 14:01  

Je te hais
Tu me hais
Il le hait
Nous nous haimons
Vous vous haimez
Ils s'haiment

Petit pohaime...

Commentaire de Anonymous Karine , le 15 février 2009 à 18:57  

William, à mon avis le plus dur à retrouver, c'est la mémoire ! Mais qui sait, peut-être qu'en cherchant l'une, tu trouveras l'autre !

Commentaire de Blogger verogovinique , le 2 septembre 2009 à 18:05  

Will
Je te sens toi aussi l'âme poétique c'est gorgé de tendresse et d'émotion ce texte c'est avec ces mots-là qu'on gagne le coeur des femmes
véro

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog