Une journée bien ordinaire lundi 24 septembre 2007

Mon portable à un virusBon d'accord je n'ai pas tenu ma promesse ; je ne suis pas revenu sur mon blog depuis plusieurs jours, trop occupé que j'étais à aider une amie, puis durant ces deux derniers jours, à reconstruire le système de mon ordinateur portable qui est tombé sérieusement malade. C'est la deuxième fois que je subis l'attaque d'un virus, et c'est à chaque fois une expérience très désagréable. Je ressens ces attaques comme je ressentirais un cambriolage, c'est-à-dire comme une intrusion dans ma vie privée.

Au moment ou j'écris ceci, Avast scanne mon système pour d'autres virus (il en est au fichier 280168), ralentissant toutes mes actions.


Voila donc une excuse toute trouvée, mais parfaitement légitime, pour me faire pardonner d'avoir délaissé mon blog si longtemps.

J'avais voulu mercredi dernier décrire ma journée. Une journée très ordinaire... Et bien voici :

La terrasse du café Errel était vide de monde en dépit du marché qui faisait toujours négoce à l'heure avancée à laquelle je suis descendu.

Laethitia m'a accueilli avec ses beaux yeux verts émeraudes qui tranchaient merveilleusement avec sa peau tannée par le soleil d'Egypte. JJ m'a rejoint, et ensemble nous avons débattu de l'origine du mot coléoptère. En parlant de coléoptères, je lui ai dit à l'approche du son que faisaient des hauts talons : «Tiens en voila un beau papillon !» Au même moment un homme tout à fait banal et à l'apparence anodine descendait la place. Mon regard était bien sûr arrêté sur mon papillon, quant à celui de JJ, il était figé sur l'ostrogoth. J'en arrive à penser parfois que si mes émotions sont trop à fleur de peau, celles de JJ par contre se cachent sous trois mètres de permafrost... Puis, sieste oblige, JJ est reparti chez lui.

Geneviève et Chantal m'ont alors rejoint. Geneviève grelottait dans son petit ensemble Burberry qui lui va si bien et son gilet noir, et Chantal en manche courte se trouvait au contraire parfaitement à l'aise. Nouvelles discussions, nouveaux rires. Thierry recevait la visite de son Régional, alors point de pause café et de cigarette à ma table aujourd'hui, il faut faire bonne impression. Non pas que de m'avoir à ses côtés aurait donné une image dévalorisante, loin de là...

Une photo de massage ambiguëPuis quand tout ce beau monde est reparti travailler, j'ai ouvert mon journal. Je me suis découvert un certain engouement à lire la Dordogne Libre. Comme son nom l'indique, les informations contenues dans ce journal ne concernent que ce département, mais peu importe. J'ai l'Internet et mes amis pour m'informer sur le monde. Ce qui me plaît dans la DL ce sont les similitudes avec mon blog : des petits articles simples sur des gens et des faits de la région... J'y ai vu une photo d'un massage dont le cadrage ambigu m'a fait sourire.

L'arbre de la méditationPuis je suis allé sur les bords de l'Isle pour retrouver l'arbre que Christine aime, et le prendre en photo pour un prochain article sur elle. L'arbre de la méditation l'inspire par sa forme et l'aide à réfléchir à ses projets. C'est un témoignage de ce que la nature est capable de créer lorsqu'elle lève trop la chopine. Seulement ce petit miracle naturel est loin... Il m'a fallu marcher jusqu'après le pont qui mène du grand Leclerc à Boulazac.

Je suis rentré en fin d'après-midi avec un p'tit mal de pieds, pour travailler sur le site d'Aude et un peu (trop peu) sur celui d'Aminata.

Avast en est à scanner le 1584808 ème fichier ! Il dit que je suis infecté, ce qu'il me semblait déjà savoir...

Libellés :

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Christine , le 1 octobre 2007 à 00:58  

Qu'est-ce que c'est que cette photo au dessus de MON arbre ? Cela représente quoi au juste ? On dirait qu'il n'y a pas que ton ordi qui est infesté de virus, moi, le mien vient de me lacher, enfin, bises
Christine

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog