vote de sanction : non - vote de raison : oui vendredi 20 avril 2012

Il est fort probable que je ne publierai rien de nouveau avant le premier tour de scrutin dimanche. L'enjeu est important. Aussi ais-je décidé de faire paraître le texte ci-dessous qui n'est pas de moi, mais qui reflète très exactement mes positions sur la question -WL- Voici :



La victoire de François Hollande est à peu près acquise, et elle risque d'être éclatante.

La question n'est pas de savoir qui l'emportera en mai 2012.

On a longtemps été convaincu dur comme fer que ce serait M. Strauss-Kahn.
On a pu croire que ce serait Mme Aubry.
On a même pu imaginer que, par un coup du sort, ce serait Mme Le Pen.
Il n'est pas tout à fait exclu que M. Bayrou, M. Mélenchon, M. Montebourg se soient monté le bourrichon jusqu'à se persuader de leur chance de l'emporter.

Tout sauf Sarkozy.
N'importe qui sauf Sarkozy.

Ce sera M. Hollande.

François Hollande est un parfait honnête homme. Il est intelligent, charmant, cultivé, et même spirituel.
Il y a chez cet homme-là un mélange de doux rêveur et de professeur Nimbus égaré dans la politique qui le rend sympathique.

Il est mondialement connu en Corrèze.

Ce n'est pas lui qui irait courir les établissements de luxe sur les Champs-Élysées, ni les suites des grands hôtels à New York ou à Lille, ni les yachts des milliardaires.

Il ferait, je le dis sans affectation et sans crainte, un excellent président de la IVe République. Ou plutôt de la IIIe.
Par temps calme et sans nuages. Il n'est jamais trop bas. Mais pas non plus trop haut.
C'est une espèce d'entre-deux: un pis-aller historique.

Ce n'est pas Mitterrand: ce serait plutôt Guy Mollet. Ce n'est pas Jaurès ni Léon Blum: c'est Albert Lebrun. Ce n'est pas Clemenceau: c'est Deschanel.

Il parle un joli français. Et sa syntaxe est impeccable. On pourrait peut-être l'élire à l'Académie française. Ce serait très bien. Mais en aucun cas à la tête de la Ve République, par gros temps et avis de tempête.

C'est vrai: Sarkozy en a trop fait. Hollande, c'est l'inverse. Car n'avoir rien fait est un immense avantage, mais il ne faut pas en abuser. Il n'est pas exclu, il est même possible ou plus que possible, que M. Hollande soit élu en mai prochain président de la République.

C'est qu'à eux deux, M. Hollande et le PS, qui sont assez loin d'être d'accord entre eux —je ne parle même pas de M. Mélenchon ni de Mme Joly dont ils ont absolument besoin pour gagner et dont les idées sont radicalement opposées à celles de M. Hollande—, ont des arguments de poids : la retraite à 60 ans (quand la durée de vie ne cesse de s'allonger), 60.000 nouveaux fonctionnaires (quand il s'agit surtout de réduire les dépenses publiques), 30% de baisse sur les traitements du président et des ministres (même M. Jean-Marie Le Pen, de glorieuse mémoire, n'a jamais osé aller aussi loin dans le populisme et la démagogie).

Avec des atouts comme ceux-là, on a de bonnes chances de gagner.

Aussi n'est-ce pas dans la perspective de l'élection de 2012 que je me situe.

C'est avec le souci du jugement de l'histoire. M. Sarkozy, autant le reconnaitre, a fait pas mal d'erreurs.

À voir comment se présente la campagne d'un Parti socialiste qui semble n'avoir pas appris grand-chose des leçons de son temps, ce sera bien pire avec M. Hollande qu'avec M. Sarkozy. Les déclarations d'intention ne valent rien.

Il faut des exemples vivants.
M. Zapatero, en Espagne, est un homme plus qu'estimable. Il est socialiste. Le chômage en Espagne est plus du double du nôtre.
M. Papandréou en Grèce est socialiste. Est-ce le sort de la Grèce que nous souhaitons pour la France?

M. Sarkozy a été plus attaqué, plus vilipendé, plus trainé dans la boue qu'aucun dirigeant depuis de longues années.
Il a pourtant maintenu le pays hors de l'eau au cours d'une des pires crises que nous ayons jamais connues.
Il n'est même pas impossible que Mme Merkel et lui aient sauvé l'Europe et l'euro.

Pour affronter le jugement de l'histoire, je choisis le camp, à peu près cohérent, Sarkozy-Fillon-Juppé contre le camp, incohérent jusqu'à l'absurde, Hollande (Hollande président ? On croit rêver, disait Fabius) -Aubry-Joly-Mélenchon.

Bonaparte Premier consul prétendait que le seul crime en politique consistait à avoir des ambitions plus hautes que ses capacités.

Je suis sûr que François Hollande lui-même a des cauchemars la nuit à l'idée d'être appelé demain à diriger le pays avec le concours des amis de toutes sortes et étrangement bariolés que lui a réservés le destin.

Je veux bien croire —je n'en suis pas si sûr que pour 2012 les dés sont déjà jetés—, que les handicaps du président sortant sont bien lourds pour être surmontés, que le retard est trop rude pour être rattrapé.

J'imagine très bien l'explosion d'enthousiasme sur la place de la Bastille ce soir de mai 2012 où l'élection de M. François Hollande à la magistrature suprême sera enfin annoncée.

Je me demande seulement dans quel état sera la France en 2014 ou en 2015.


Auteur : Jean d'Ormesson (pour le site de l'Union des jeunes pour le progrès)

Libellés : ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Blogger ... , le 21 avril 2012 à 00:45  

mr Sarkozy a été attaqué: mais mr Sarkozy a attaqué les classes les moins aisées avec le bouclier fiscal, a fustigé les chômeurs avec ses propositions de loi, a divisé pour mieux régner, a pris à gauche, a droite, a insulté les pauvres à se promener avec des riches sur des yachts, la rollex au poignet, a menti aux ouvriers, a célébré son élection au Fouquet's, a flurté avec les très riches pour promouvoir son élection.

C'est pour cela que je souhaite qu'il parte. Et c'est pour cela qu'il a été attaqué.

Commentaire de Blogger Périblog , le 21 avril 2012 à 01:10  

Cher ...
Si on exclut les déclarations qui font référence au côté bling-bling que nous tous, lui inclus ont regretté, votre commentaire manque diablement d'arguments.

C'est pour cela en effet et pour rien d'autre qu'il a été à ce point vilipendé par la gauche en particulier. Cette haine que vous avez emmagasiné depuis cinq années grâce aux médias est peut-être suffisante pour que vous risquiez l'avenir de notre pays en votant Hollande ou un autre candidat, pour moi, ça ne l'est pas. Il reste à mon avis et selon près de 50% d'entre-nous (il ne faut pas l'oublier) le seul homme du moment à même de nous conduire en des flots plus sereins.

Honnêtement cher ..., il faut aller au-delà de l'envie et de la jalousie qu'ont causé chez vous l'apparition de la Rolex au poignet de Nicolas Sarkozy, ou le transat sur le yacht de Bolloré sur lequel il se reposait, d'où ces mots : "vote de sanction : non - vote de raison : oui" qui apparait dans mon titre -WL-

Commentaire de Blogger ... , le 21 avril 2012 à 02:27  

Cher Periblog,

Il n'y a pas que le côté bling-bling.

Et mon commentaire ne manque pas diablement d'arguments, puisque tous les arguments y sont.

La division, c'est la meilleure stratégie employée en entreprise. Et la France n'est pas une entreprise, mais une nation.

Les médias sont là pour transmettre l'information. Sinon, à quoi serviraient-ils ?

Croire que la population ne pense qu'à travers les médias est une erreur : la population se fait son opinion, car elle n'est pas plus stupide et bornée qu'un seul individu.

Prendre le peuple pour une assemblée de moutons est une injure faite au peuple. Et celui-ci s'est bien fait une idée à la longue.

De plus, trop d'affaires sont étouffées, mais grâce au médias, le peuple en est informé.

En 5 ans, le peuple a le temps de se forger une opinion.

Le président de la République est le plus en ligne de mire, comme l'ont été tous les autres candidats. Et les autres candidats n'ont pas viré à la démagogie, n'ont pas placé leur intérêt devant celui de la France ("Aidez-moi ! Aidez-moi !").

Le discours d'un Obama, par exemple, est bien plus tourné vers la nation.

Le discours d'un Sarkozy est tourné vers son nombril et sa réussite.

Aidez-moi ! Aidez-moi !

Si mon commentaire manque diablement d'arguments, alors, je pense que nous sommes deux. Ou c'est simplement que je ne fais pas partie de l'élite bien pensante ou que je fais partie du peuple qui doit se taire et courber l'échine.

Commentaire de Blogger ... , le 21 avril 2012 à 02:29  

Et qui vous parle de haine ? Moi ? L'employé-je dans mon discours ?

Relisez-le.

Commentaire de Blogger piergusta , le 21 avril 2012 à 11:52  

Merci pour la publication du billet de Mr d'Ormesson.
Comment Mr Hollande qui asticotte les plus bas sentiments, la jalousie, la frustration, peut-il prétendre unir les Français?
Comment Mr Hollande qui promet tout ce que l'on veut entendre, pourrat-il tenir ses promesses dans un contexte de crise?
Les dirigeants de Grèce et d'Espagne ont-ils fait du bling bling?
Je suis de la classe très moyenne et j'ai mal à ma France.

Commentaire de Anonymous open mind , le 24 avril 2012 à 21:35  

Un air de liberté

Les guerres du mensonge les guerres coloniales
C'est vous et vos pareils qui en êtes tuteurs
Quand vous les approuviez à longueur de journal
Votre plume signait trente années de malheur

La terre n'aime pas le sang ni les ordures
Agrippa d'Aubigné le disait en son temps
Votre cause déjà sentait la pourriture
Et c'est ce fumet-là que vous trouvez plaisant

[Refrain] :
Ah monsieur d'Ormesson
Vous osez déclarer
Qu'un air de liberté
Flottait sur Saïgon
Avant que cette ville s'appelle Ville Ho-Chi-Minh

Allongés sur les rails nous arrêtions les trains
Pour vous et vos pareils nous étions la vermine
Sur qui vos policiers pouvaient taper sans frein
Mais les rues résonnaient de paix en Indochine

Nous disions que la guerre était perdue d'avance
Et cent mille Français allaient mourir en vain
Contre un peuple luttant pour son indépendance
Oui vous avez un peu de ce sang sur les mains

[Refrain]

Après trente ans de feu de souffrance et de larmes
Des millions d'hectares de terre défoliés
Un génocide vain perpétré au Viêt-Nam
Quand le canon se tait vous vous continuez

Mais regardez-vous donc un matin dans la glace
Patron du Figaro songez à Beaumarchais
Il saute de sa tombe en faisant la grimace
Les maîtres ont encore une âme de valet

Jean FERRAT

Commentaire de Blogger Périblog , le 28 avril 2012 à 22:22  

@Open Mind
Facile, mais fallait y penser... Et puis les lyriques sont magnifiques et étaient justifiés en leur temps. W

Commentaire de Anonymous Open Mind , le 29 avril 2012 à 00:50  

"Il y a beaucoup de gens dont la facilité de parler ne vient que de l'impuissance de se taire. »
de Savinien Cyrano de Bergerac ....

lui aussi "étaient justifiés" son temps...

" C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière."
de Edmond Rostand

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog