Second marche de nuit de Perigueux jeudi 24 juillet 2008

Quelques commerçants sédentaires côtoient les commerçants ambulantsQuelques commerçants sédentaires avaient ouvert leurs boutiques et côtoyaient les commerçants mobiles. Sur cette photo, un vendeur d'objets décoratifs aux formes arabesques, s'était positionné près de Saveurs de Corse et d'Italie.
Le second marché de nuit a attiré une foule plus conséquente que la dernière fois et il s'est déroulé dans une ambiance orageuse, marquée par le tintamarre de la Banda du Périgord (deux joueurs de gros trombones blancs peinturlurés entourés d'autres instrumentistes dont je vous demande de m'excuser de n'avoir pu prendre qu'une photo au flou « artistique »), et quelques échauffourées qui furent l'œuvre de bandes de jeunes, venus des bas-fonds défavorisés de la capitale périgourdine d'où ils ont poussé, blanc-becs nerveux et étriqués arborant le galurin du titi périgourdin, avec un zéro en histoire-géographie-etc., heureux, à tout juste seize ans, de pouvoir pour quelques temps encore se procurer leur bière sans ne plus avoir à requérir l'aide du grand frère. J'exagère, mais c'est l'impression que ces casseurs de quenottes nous laissent. Il y a des problèmes d'éducations et de discipline civique dans certains quartiers de la ville que je ne soupçonnais absolument pas et que cette soirée a révélés.

Deux bagarres éclatent rue de Chaines, près de la petite postePremière bagarre à gauche, suivie quelques temps après, à la même place, par une seconde bagarre moins violente qu'ont interrompu plusieurs personnes dont Éric Dupuy Conseiller délégué au commerce et à l'artisanat et au commerce forain. Les polices municipale et nationale, qui étaient peut-être dans les environs, mais que je n'avais vu nulle part depuis mon arrivée, sont intervenues quelques moments après. Rien de plus naturel...

La Banda du Périgord devant le café du Coderc
La Banda du Périgord, ou du moins ce que cela aurait dû être si elle n'avait pas autant jazzé...
Fait étrange, lorsqu'il y a beaucoup de monde, je rencontre moins de gens, comme si la foule faisait fuir mes connaissances ou les faisait se fondre en elle à leur insu. J'ai toutefois répondu de loin à quelques hochements de têtes et serré la pince à un peintre à qui je me souviens avoir parlé dans le passé mais dont le nom m'échappe (Gervais (?) m'a-t-il lancé alors que sa silhouette s'évanouissait déjà dans la multitude). Nicolas Lux photographe dont le gabarit (ou est-ce la personnalité) en impose de plus en plus après chaque rencontre, mon ami G qui, « libre penseur », revenait le soir même, épuisé, de son second pèlerinage sur les chemins de Compostelle et avec qui j'ai poursuivi la soirée. Michel Moyrand notre maire était là aussi accompagné d'une dame distinguée (sa Dame sans doute), mais je ne l'ai aperçu qu'une fois qu'ils étaient passés devant le café du Coderc où j'avais monté mon mirador. J'aurais bien aimé lui serrer la main ce soir-ci à lui aussi, car j'en avais l'humeur et c'est un homme bienveillant dont je reconnais la difficulté de la tache, même si je ne suis pas toujours en accord avec les décisions qu'il soutient.

Le café de la Place sur la place du Marché au BoisLe café de la Place, bien qu'en retrait du marché de nuit, avait lui aussi organisé sa petite fête, et comme presque tous les soirs, il était bondé, car en dépit d'une nourriture moyenne frisant parfois la médiocrité (à des prix moyens, voire élevés), ce café a un petit « je ne sais quoi » qui fait qu'on ne cesse d'y retourner pour s'imprégner brièvement, quelles que soient nos idéologies, d'une ardeur révolutionnaire dont les étudiants et les libertaires qui s'y retrouvent parfois, en sont peut-être les catalyseurs.

Terrasse du café du Coderc sur la place du CodercEnfin près de mon mirador, se trouvait sur un cintre, un tee-shirt sur le devant duquel était écrit : « Tout ce que les hommes savent des femmes (réponse derrière...) » et dont le dos était, vous vous en doutez, vierge... si j'en crois mes propres expériences, je peux affirmer que nous ne sommes pas tous des machos sexistes, et qu'il arrive à certains d'entre-nous d'être suffisamment sensibles pour bien connaitre la femme et ses complexités ; mais de toute manière, les femmes ont-elles de nous les hommes, une plus juste connaissance ?...

Le prochain marché de nuit aura lieu le mercredi 6 août (on saute une semaine à cause de MIMOS) qui commence lundi 28 juillet, et sera animé par la Le Grand Ordinaire et les Croquants d'Esconabïou.

Libellés :

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous natalic71 , le 24 juillet 2008 à 14:42  

soirée très animées à périgueux...moi je déteste mais vraiment j'exècre les bagarres, malheureusement celles-ci sont souvent déclenchées par des bandes de jeunes qui ne cherchent que ça.
Je trouve l'idée des marchés de nuit très attrayante, mais le contenu de ces marchés très pauvres ou toujours pareil, et surtout rien de très régional.
natalic71

___________________Merci pour le com_________________

J'étais, au départ, de ton avis jusqu'à ce que je me rende compte que les gens ne viennent pas au marché de nuit tant pour les étals qui n'ont pour la plus part rien de très interressant à vendre, que pour rencontrer d'autres gens et s'imprégner de la bonne ambiance qui y règne, et qui a été un peu gâchée hier soir, il est vrai, par les bagarres dont j'ai parlé dans mon billet.

Commentaire de Anonymous Mathylde , le 25 juillet 2008 à 17:01  

Encore bravo pour ton blog, tes articles, tes photos.
C'est toujours intéressant pour moi de savoir ce qui se passe à Pgx. Il y a quelques années (+ de 10 ans!) j'allais voir les sélections de la Truffe de Pgx.
En ce moment quand je vais à Pgx c'est pour "visiter" cliniques ou hôpital!!! Dommage...
Demain soir c'est notre marché de nuit, prions (!) pour que le temps ne soit pas trop pluvieux
même si on a vraiment besoin de pluie ; mais Please pas demain soir!
PS ; Tu pourrais être journaliste,
tu es tellement tourné vers les autres et passionné par cette ville...
_____________Merci pour le commentaire_______________

La pluie, si elle vient n'est pas vraiment prévue avant demain... c'est à dire, nuit de ton marché. Je 'cross my fingers' pour ton village. Merci pour la petite phrase à la fin de ton com, qui m'a fait très plaisir. W

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog