Les Rameaux, Pâques et la communion à Périgueux dimanche 19 avril 2015

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 29 mars 2015 © JDC — periblog.frLe dimanche des Rameaux. Les fidèles se réunissent sur le parvis de la cathédrale Saint-Front de Périgueux

voir le photoreportage sur le dimanche des Rameaux ]

L'Aube sentait bon le cuir tanné

​​Vous souvenez-vous des cours de catéchisme auxquels nous nous rendions les jeudis matin à la fin des années soixantes ? Ces cours avaient été mis en place pour nous préparer à la première communion. ​Ma mère nous avait fait croire que nous encourrions la colère de Dieu ou tout au moins celle de l'abbé si nous séchions les cours. Loin de moi l'idée d'aller gambader chaussé de mes galoches dans les bois au lieu d'écouter la sœur nous lire les récits bibliques et de colorier Marie, Joseph, les mages et le petit Jésus sur des bouquins conçus pour cela.

Je ne peux pas dire que j'ai jamais adhéré aux histoires de miracles et à celle de la résurrection. Si la croyance s'acquiert, je crois en revanche que l'agnosticisme est inné. J'avais 10 ans tout au plus quand les cours ont commencé. Mon immédiate famille était pauvre. Je rêvais d'une montre, même bon marché, comme d'autres amis rêvaient de la gourmette ou du portefeuille en cuir tanné. Je savais que comme pour mes sœurs avant moi, la tante de Paris se montrerait généreuse le jour de la communion et c'est dans cette seule optique que je continuais à suivre les cours de catéchisme sans rechigner, presque religieusement...

J'attendais le jour de la communion solennelle avec une certaine appréhension. L'idée d'avoir à parader toute la journée dans une robe de coton blanc, même si elle sentait bon le frais, n'était pas pour me plaire. Ma panoplie de Robin des Bois ne m'allant plus, je ne me suis plus déguisé après ce jour là jusqu'au service militaire. Pour moi, comme pour les autres gamins et gamines de mon âge, la communion signifiait aussi la fin de toutes pratiques religieuses, au grand désespoir de l'abbé qui nous faisait promettre de continuer à venir à la messe les dimanches matin. L'église de Gaillon, en Normandie, était à quatre kilomètres de chez moi et je dois dire que désormais, j'abandonnais la route de l'église pour emprunter les chemins qui menaient à travers les bois et les champs, scrutant ma montre avec fierté toutes les deux minutes pour être sûr d'être de retour à l'heure du canard rôti. On était pauvre, mais nous ne mourrions pas de faim.

Je suis heureux, en définitive, d'avoir connu ce temps très lointain. Il a contribué avec l'école communale à insuffler en moi et mes petits camarades le respect, si ce n'est l'amour pour son prochain qui semble de nos jours manquer à une frange croissante de la jeunesse.

Un vent nouveau souffle sur la religion catholique

Aujourd'hui, avec les récits toujours plus effroyables de la persécution des chrétiens par les musulmans intégristes presque partout dans le monde, on s'aperçoit que les religions supposées nous réunir tous dans un même élan de bonté et de compréhension, nous séparent. C'est attristant.

Nous constatons dans nos pays civilisés, une résurgence en ce moment de la foi catholique, et cela n'est pas une mauvaise chose. Puisqu'on ne peut pas empêcher les gens d'avoir la foi, autant que cette foi soit ressentie pour une religion qui, malgré son lointain passé entaché d'épisodes violents eux-aussi, s'est réformée au fil des siècles, et prône désormais avec fermeté l'entente entre tous les hommes sans distinction de race ni de croyance.

Alors je pense que nous verrons encore pour très longtemps, et c'est tant mieux, les cortèges de jeunes communiantes et communiants entrer dans les églises et les cathédrales vêtus de leur jolies aubes blanches qui sentent bon pour certains la fin du catéchisme, l'Apple Watch, le téléphone portable et son étui protecteur en cuir tanné.

Voir plus bas le photoreportage de la communion solennelle en juin 2014 ]

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 6 mars 2015 © JDC — periblog.fr

La cathédrale Saint-Front de Périgueux vue des quais


La galerie photo

Info photos :

Ses photos prises par JDC (ancien photoreporter pour le Figaro Magazine) sont visibles dans le panorama en bas de ce billet. Vous pourrez les visionner en mode plein écran (petite icône en haut à droite).
Elles ont presque toutes été prises avec un boitier Nikon D800. L'objectif utilisé était, pour la plupart des photos, un Nikkor 28mm. Les deux miennes ont été prises avec mon Sony NEX-7 et mon Contax/Zeiss 90mm f2

Le dimanche de Pâques à l'intérieur de la cathédrale Saint-Front

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion5 avril 2015 © JDC — periblog.fr

À l'intérieur de la cathédrale Saint-Front lors de la célébration de la messe de Pâques.

Cette photo et les quatre suivantes ↓

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 5 avril 2015 © JDC — periblog.fr

Messe de Pâques dans la cathédrale Saint-Front

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 5 avril 2015 © JDC — periblog.fr

La congrégation des croyants dans la cathédrale Saint-Front

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 5 avril 2015 © JDC — periblog.fr

Selon Wikipédia, l'encyclopédie participative, Pâques est la plus importante fête de la chrétienté. Elle commémore la résurrection de Jésus-Christ énoncée par la Bible, deux jours après sa passion, c'est-à-dire « le troisième jour ».

La solennité commence le dimanche de Pâques, qui pour les catholiques marque la fin du jeûne du carême, et dure huit jours (semaine de Pâques, semaine radieuse ou semaine des huit dimanches).

Le pluriel de Pâques ne fait pas référence à une pluralité de dates. La langue française distingue en effet la Pâque originelle juive (ou Pessah) et la fête chrétienne de Pâques. La première commémore la sortie d'Égypte et la liberté retrouvée des enfants d'Israël. La fête chrétienne est multiple. Elle commémore à la fois la dernière Cène instituant l'eucharistie, la Passion du Christ et sa Résurrection.

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 5 avril 2015 © JDC — periblog.fr

Monseigneur Philippe Mousset, Évêque de Périgueux et Sarlat célèbre la messe

Pâques, notre espérance

C'est à l'aube qu'un groupe de femmes, dont Marie Madeleine, a découvert que le tombeau de Jésus était vide. Très vite, des rencontres de Jésus ont eu lieu qui ont suscité la foi chrétienne : celui qui était mort sur la croix est entré dans une vie nouvelle qui n'a plus rien à voir avec la nôtre. C'est, pour tous ceux qui croient, une source de joie profonde et d'espérance plus forte que tout. Nous savons combien il est difficile de dire la joie de Pâques à ceux qui souffrent et n'en finissent pas d'attendre leur délivrance.

Dans l'une de ses lettres, l'apôtre saint Paul s'exclame : « Mort, où est ta victoire ? » (1 Cor.15, 55). Il a perçu que seul l'amour est vainqueur du mal et de la mort. Il l'a découvert dans la personne de Jésus qui s'est montré à lui sur la route près de Damas. Dès lors, si Jésus est vivant, la résurrection des morts est possible : au-delà de cette existence terrestre, une vie éternelle existe et celle-ci nous est déjà donnée en promesse dans la relation personne lle avec Jésus, le Fils de Dieu.

L'annonce de la résurrection de Jésus n'est pas de l'ordre de l'information concernant un événement passé. Elle est une révélation donnant accès à une réalité nouvelle totalement inconnue. Elle ouvre un avenir : la mort n'est plus le dernier mot de tout. Au matin de Pâques, Jésus surgit comme la vie, comme un nouveau printemps, et les premiers témoins disent et écrivent : « La vie est apparue et nous l'avons vue. Nous lui rendons témoignage et nous vous annonçons la vie éternelle. » (début de la 1ère lettre de saint Jean).

Jésus nous invite à le suivre sur les chemins de la Résurrection et de la Vie. Par le baptême, il a fait de nous des « lumières » : des fils et des filles de Dieu appelés, non pas à une vie étriquée, mais à une vie donnée. Pour des chrétiens, l'espérance est la plus forte . Mais cette espérance doit être active. Jésus a ouvert la porte de la vie ressuscitée en prenant sur lui le mal et en se faisant pleinement serviteur.

© Père Philippe Doumenge, recteur de la cathédrale

Info paroissiales :

Paroisse Saint-Front - Saint-Etienne
88, rue Gambetta - 24000 PERIGUEUX

Tél. : 05 53 06 48 10

Si vous souhaitez recevoir chaque semaine les feuilles d'informations de la Paroisse, veuillez envoyer votre courrier électronique à l'adresse suivante : paroissestfront[arobase]orange.fr

Web : [ le site de la paroisse Saint-Front - Saint-Étienne de Périgueux] [ le site du diocèse de Périgueux et Sarlat ] [ voir d'autres billet sur Périblog concernant la cathédrale saint-Front ]


Dimanche des Rameaux à Périgueux

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 29 mars 2015 © JDC — periblog.fr

La première cérémonie liturgique de la semaine sainte est le dimanche des Rameaux.

Cette photo et les quatre suivantes ↓

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 29 mars 2015 © JDC — periblog.fr

Le dimanche des Rameaux à Périgueux

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 29 mars 2015 © JDC — periblog.fr

Le dimanche des Rameaux à Périgueux

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 29 mars 2015 © JDC — periblog.frLa semaine sainte

La semaine sainte est, pour les chrétiens, la semaine précédant Pâques. Elle est destinée à commémorer la passion du Christ. Le Triduum pascal de la Passion et de la Résurrection du Christ commence le jeudi soir de cette semaine et se termine le soir du dimanche de Pâques. Ces trois jours sont le sommet de l'année liturgique car c'est par sa mort que le Christ a détruit la mort et c'est en ressuscitant qu'il a restauré la vie.

Les chrétiens orthodoxes l'appellent la Grande Semaine. Les orthodoxes de Roumanie utilisent le plus souvent l'appellation Semaine des Souffrances (en roumain, Săptămâna Patimilor).

La semaine sainte est composée de cérémonies liturgiques qui n'ont lieu qu'une fois par an. La première d'entre elles est le dimanche des Rameaux. Source Wikipédia.

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 29 mars 2015 © JDC — periblog.fr

Monseigneur Philippe Mousset bénit les rameaux


Interlude

© On n'est pas couché - France 2

Nicolas Bedos dans on n'est pas couché

En février dernier l'humoriste Nicolas Bedos dans sa chronique dans l'émission de Laurent Ruquier, le soir sur France 2, parle de son athéisme intégriste et termine en critiquant de manière très irrévencieuse, comme à son habitude, toutes les religions qui, dit-il, « ...squattent l'actualité et essaient de nous foutre la trouille. » C'est très fin malgré les termes grossiers utilisés; À écouter seulement si vous avez l'esprit ouvert. Ce que je vous souhaite d'avoir, que vous soyez croyant ou pas.

© Later... with Jools Holland - BBC Two

Hozier - Take Me To Church

Cette chanson d'Andrew Hozier-Byrne, auteur-compositeur-interprète irlandais né en 90, dont les couplets prêtent sur le web à de nombreuses interprétations, m'a séduit. Elle n'est pas au sujet de la religion contrairement à ce que j'ai cru, un peu comme tout le monde après la première écoute, mais de l'adoration d'un homme pour une femme inconventionelle qu'il vient de rencontrer (si j'ai bien compris :-) C'est un peu païen en fait... mais ça n'empêche pas la chanson d'être très belle à écouter. Comprenez-là comme bon vous semble.

En 2013 la chanson fait l'objet d'un clip vidéo en noir et blanc très explicite, où deux hommes doivent affronter les attaques homophobes reçues lors de la révélation de leur relation. Cette vidéo a ajouté beaucoup à la confusion qu'on ressent en tentant d'interpréter les paroles. Cela montre que celles-ci peuvent s'appliquer à d'autres sujets comme le paganisme, l'amour, l'homophobie...


Indigo chanteur et catholique interviewé par Le Courier Français

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 11 mars 2015 © William Lesourd — periblog.fr

Alket Dhionis, alias Indigo, 20 ans (le 21 avril), a l'espoir de percer dans le monde de la chanson

Couverture du Courrier-français Dordogne
20 mars 2015 © William Lesourd — periblog.frLe Courrier-français, hebdomadaire chrétien de la Dordogne (annonces légales, informations locales et générales).

Malheureusement l'hebdomadaire est seulement disponible pour le moment dans les locaux au 38 Avenue Georges Pompidou, 24000 Périgueux ou par abonnement
au 05 53 09 03 63

En mars 2015, je suggérais à Emma Lassort, une jeune journaliste qui travaille pour le diocèse, d'interviewer Indigo, un chanteur qui était allé jusqu'aux battles dans l'émission The Voice 2015 sur TF1 [ voir un précédent billet à ce sujet ]. Je m'étais aperçu lors d'une promenade que nous avions fait ensemble à Sarlat, qu'il portait un crucifix provenant, m'a t-il dit, de Jérusalem.

Nous nous sommes donc rendu dans le bureau du Courrier français pour qu'il soit interviewé. Lire, ci-dessous, l'article paru le 20 mars dernier que j'ai reproduit ci-dessous.

Une voix couleur indigo

La voix voix d'Indigo a séduit le jury de The Voice. Si l'aventure télévisée s'est terminée le 14 mars lors d"une battle, ce jeune Albanais habitant Périgueux depuis près de deux ans ne compte pas s'arrêter là... Rencontre.

Courrier français : Qui se cache derrière Indigo ?

Indigo : J'ai grandi, avec ma famille, dans un pays difficile. En venant en France, nous voulions nous donner la chance de changer de vie. J'ai vu, dans ma participation à The Voice, cette occasion-là. Pourquoi Indigo ? C'est une nuance de couleur que l'on ne trouve pas facilement même dans la nature. C'est aussi la 7ème couleur de l'arc-en-ciel. Dans une portée, la 7ème note musicale et le si, jusqu'à laquelle je peux monter en ténor ou contre-ténor. Enfin, j'aime dans le concept des enfants indigos l'aspect différent des autres.

C. F. : Qu'est-ce qui vous a amené à la musique ?

Indigo : J'ai aimé et appris d'abord grâce à Michael Jackson, dont je suis un grand admirateur. À sa mort (2009), j'ai senti le besoin de me consacrer à la musique. J'ai pris des cours de guitare/voix pendant quatre ans.

C. F. : Racontez-nous votre aventure à The Voice...

Indigo : Je regarde l'émission depuis ses débuts (il y a quatre ans). L'année dernière, pour la troisième édition, je me voyais déjà parmi tous les candidats. Je me disais que je pouvais aller loin... Cette année, j'ai été encouragé et me suis lancé. Si j'avais été jusqu'aux primes, j'aurais choisi de chanter « La vie ne m'apprend rien », que j'avais apprise phonétiquement pour chanter à Trélissac où j'avais été sélectionné pour la finale de la Truffe d'Argent, en 2013.

C. F. : Quels sont vos projets ?

Indigo : L'aventure The Voice, même si elle a été courte, m'a donné envie de créer mon propre album, avec des paroles françaises et des rythmes albanais. Ce qui m'intéresse c'est de traduire les émotions avec des thèmes, comme la guerre que certaines personnes ont vécue, l'amour (je suis un éternel amoureux), la tristesse, le désespoir, la pauvreté... J'ai envie de prouver que je suis capable de réussir, de devenir un grand chanteur !

C. F. : Vous portez des signes religieux, qu'est-ce que cela signifie pour vous ?

Indigo : Oui, depuis trois mois, je porte autour du cou une croix, au bout d'un chapelet. Cela me permet de me souvenir que quelqu'un a beaucoup souffert pour nous. Et aussi, je prie tous les jours, avec le cœur bien ouvert. Je suis suis convaincu que Dieu entend toutes les prières. Cela m'aide beaucoup...

© Emma Lassort, Courier-français Dordogne

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 11 mars 2015 © William Lesourd — periblog.fr

Indigo et Emma Lassort après l'interview

Semaine missionnaire à la cathédrale Saint-Front de Périgueux

13 mars 2015 © William Lesourd – periblog.fr

Ici nous voyons Indigo qui a été invité à allumer un cierge par une des trois missionnaires qui étaient à la porte d'entrée de la cathédrale


La première communion en 2014 sur le parvis de la cathédrale Saint-FRont de Périgueux

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 14 juin 2014 © JDC — periblog.fr

La communion solennelle en 2014

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 14 juin 2014 © JDC — periblog.fr

La communion désigne l'acte de recevoir le pain et le vin en mémoire du dernier repas du Christ avec ses disciples, la veille de sa Passion. Le fait de communier signifie concrètement que le communiant reçoit une hostie de la part du prêtre (chez les catholiques et les orthodoxes) ou de la part du pasteur (chez les protestants).

Le rite par lequel on célèbre cet évènement s'appelle la messe chez les catholiques et chez les orthodoxes. Il est appelé la Cène chez les protestants (ou Sainte Cène).


Autre rassemblement sur le parvis de la cathédrale

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 29 juin 2014 © JDC — periblog.fr

Déjeuner sur le parvis de la cathédrale une fin juin. Cette photo et la suivante ↓

Les dimanches des Rameaux, de Pâques et la première communion 29 juin 2014 © JDC — periblog.fr

Corrections par JJS
Photos par JDC
Texte, légendes, et mise en page par William Lesourd
Les sources de certaines informations proviennent majoritairement de wikipedia.fr et du site du diocèse de Périgueux et Sarlat

Les propos contenus dans ce billet n'engagent que leur auteur.
Pas d'utilisation du texte et des photos présentes sur le site sans l'accord exprès des auteurs et de Périblog

Petit rappel : tous les éléments présents sur Périblog (images, vidéos, extraits sonores, textes) sont soumis de facto au droit d'auteur.

Les personnes qui se reconnaissent sur nos photos et désirent être floutées, peuvent m'écrire à cette adresse : william.lesourd@gmail.com

Pour celles et ceux que cela intéresse, ces photos existent généralement dans un plus grand format, sans bordure et sans stylisation. Elles seront gratuites ou payantes selon les cas.



Le photorama

Instructions pour visionner les photos en mode plein écran : cliquez sur l'icone carrée en haut à droite de ce photorama. Cliquez de nouveau dessus ou pressez la touche Echap pour sortir de ce mode. Vous pouvez aussi presser la touche F11 pour mettre votre navigateur en mode plein écran avant de cliquer l'icône carrée. Pressez F11 de nouveau pour revenir au mode normal.


© JDC — periblog.fr
© JDC — periblog.fr

Promotion de ce billet sur Facebook

http://goo.gl/GlVQYePhotoreportage de JDC sur les Rameaux, Pâques et la communion à Périgueux Merci de partager cette image, svp, sur votre mur et/ou celui de vos ami(e)s

Publiée par William Lesourd on lundi 20 avril 2015

Libellés : , , , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Michel Favard , le 21 avril 2015 à 06:12  

Bonjour William,
N'y a-t-il que des Catholiques à Périgueux? Tu as oublié les Protestants qui célèbrent eux ausi ces fêtes religieuses.
Bonne journée à toi.

Commentaire de Blogger Périblog , le 21 avril 2015 à 11:07  

Merci de le rappeler Michel.

Tu as raison, mais mon photographe n'était qu'à celles célébrées par les catholiques.

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog