Alain Bernard au fil de l'Isle - échos 18 MARS 2013 jeudi 21 mars 2013

Au fil de l'Isle Chaque semaine retrouvez sur Périblog les échos, les chroniques ou d'autres textes rédigés par Alain Bernard

Couasnon À l'assaut des urnes

Après être monté sur le balcon de l'ambassade des États-Unis ce jeudi 21 mars, Hervé Couasnon, le poète-escaladeur bien connu des habitants de Périgueux et de ses services d'ordre, a décidé de se porter candidat à la mairie le 1er avril 2013. Sans doute le nouvel Hôtel de Ville sera t-il plus haut que l'actuel ?

Mais Michel Moyrand va t-il pour autant craindre l'homme des corniches de bâtiments prestigieux, et Jean-Paul Daudou et Philippe Cornet vont-ils s'attacher en cordée à ce nouveau prétendant au sommet ?

Dessin de Pascal Labory paru dans la Dordogne Libre le 23 marsDessin de Pascal Labory paru dans la Dordogne Libre le 23 mars 2013 © Pascal Labory

 

La doyenne et le jeune arboriculteur

Ce n'est pas un titre de fable et le marché de Périgueux est décidément encore plus transgénérationnel qu'on l'imaginerait. On pouvait ainsi y voir, samedi dernier, une vieille dame, Françoise Pinsard, écrivaine néo-périgourdine, converser avec Alain Lacoste, arboriculteur à casquette de Saint-Laurent-sur-Manoire, familier du Coderc, figure locale avec ses enregistrements musicaux, passionné d'échanges agricoles internationaux.

Françoise Pinsard guidée, au Coderc, par Alain LacosteFrançoise Pinsard guidée, au Coderc, par Alain Lacoste 2013 © Alain Bernard

Françoise Pinsard avait besoin de tuyaux pour un projet de livre « Escapade au marché » faisant suite à son dernier roman « La Docteur », qu'elle signera le 9 mai à Aubeterre en Charente, au café-journaux-librairie le Compostelle. Bien qu'originaire de Chateaudun, Aubeterre est en effet un de ses points d'ancrage favoris.

Alain Lacoste s'apprête, pour sa part, à ouvrir avec Ahmed Zitouni vendeur de vêtements agricoles, un comptoir de produits du sol — comme ceux du Gour-de-l'Arche et de Lesparat — face à la nouvelle mairie, à l'emplacement de l'ex-magasin de fleurs rue Wilson.

L'aquarelle et l'humour

Jean Lafon, peintre de la Société des beaux-arts du Périgord, connu pour son talent et son large béret basque, aurait connu une expo heureuse au château des Izards à Coulounieix-Chamiers, si elle ne s'était conclue sur le vol de deux de ses aquarelles.

Plein d'humour, l'artiste, au lieu de maudire l'humanité, a juste demandé que les chapardeurs rendent au moins les… chevalets à la ville. Afin que ne soient pas pénalisés les exposants à venir !

Le tourisme chez Cro-Magnon

Le 13 mars, l'abri Cro-Magnon aux Eyzies a accueilli des patrons d'équipements majeurs privés comme le Bournat et l'Aquarium du Bugue, le gouffre de Proumeyssac, la grotte de Villars ou les gabares de La Roque-Gageac, auxquels s'étaient joints l'animateur préhistorique Pascal Raux, de l'hôtel-auberge du Pêche-Lune à Tursac et l'illustrateur sarladais Jacques Hurtaud.

Après un débat sur l'avenir mouvant du tourisme, le propriétaire, Jean-Max Touron, leur a fait visiter le futur site muséal de Cro-Magnon, sur le point d'être aménagé. Ils ont ressenti une réelle émotion en pensant à l'ancêtre paléolithique du pied de la falaise.

Jean-Max Touron sur l'emplacement du futur musée de siteSur l'emplacement du futur musée de site. De g. à d. Jean-Max Touron (Cro-Magnon), Pascal Raux (stages), Hubert Versaveaud (Villars), Jacques Hurtaud (artiste), Alain Francès (Proumeyssac) 2013 © Alain Bernard

Durable… de lapin ?

L'astuce est facile, la mise en place du développement durable plus difficile. En matière touristique, ce développement concerté consiste à donner à l'humain une place centrale afin de favoriser la vraie découverte de la Terre et préserver l'environnement.

Ce mardi, devant le club de la presse du Périgord, Philippe François, consultant-tourisme international installé à Trélissac, a parlé du 8e salon Ecorismo que, sur ce thème, il va monter à Nantes après Arles et Rabat.

En Dordogne même, 27 établissements divers d'accueil touristique sont labellisés et certifiés « développement durable » et le Bournat, au Bugue, devrait décrocher l'enviée certification mondiale Green Globe.

Philippe François s'est dit par ailleurs motivé par la révision annoncée du Plan général du tourisme, qui devrait ouvrir la voie à une vraie planification et un meilleur équilibre entre les divers Périgords. Enfin, il a évoqué sa présidence internationale des écoles de tourisme, qui préparent au management de pas moins d'un milliard de touristes par an…

Philippe François, chantre du développement touristique durablePhilippe François, chantre du développement touristique durable 2013 © Alain Bernard

Michel et Charles

Fidèle à son inspiration nostalgique couleur sépia, l'écrivain périgourdin Michel Testut vient de publier, aux éditions L'Harmattan, un livre qui fleure bon la mémoire provinciale : « Je me souviens du général ». C'est beau, c'est émouvant (comme disait le général lui-même à propos de la France) et Testut y gagnera forcément ses plus beaux galons. Il aurait même pu affectueusement titrer : « Le grand Charles et le petit Michel » ! Coût : 23 euros.

À L'App'Art, faire rire la galerie

L'App'Art fête ses dix ansL'App'Art fête ses 10 ans du 22 au 24 mars 2013. Une vue stylisée du 10 rue Arago par le photographe Bernard Dupuy Repro Périblog

Marquez d'une pierre blanche votre soirée de vendredi : c'est à L'app'Art , 10 rue Arago, le vernissage de l'expo des dix ans de cette galerie associative, cultivant la qualité picturale dans un contexte d'amitié jamais démentie depuis ses précédents sites, rue Wilson et galerie Daumesnil.

Comme 80 artistes déjà présentés en une centaine d'expositions, Vincent Bappel, Nathalie Cosson, Bob Cougar, Évelyne Jaffrain, Pascal Philippe, Marie-Claire Picollier, Jean-Claude Nouard, Jeannine Saint-Cricq, Mary-Noëlle Vischi et Yves Wemel seront cette fois les invités, samedi et dimanche en continu.

Guère regardante quant aux profits, l'équipe créatrice autour du peintre Daniel Faure a voulu, dans la bonne humeur, développer un espace de référence dont la porte serait aussi bien poussée par le simple passant, l'amateur de peinture ou le spécialiste des galeries. En même temps, L'app'Art travaille en relation avec les écoles, les instances culturelles, les festivals.

Comme le dit Daniel Saint-Martin, autre pilier de la galerie :

« Pour le choix des artistes, nous mettons l'accent sur la qualité des œuvres, la démarche artistique et sa cohérence. La preuve aujourd'hui de la légitimité de L'app'Art, ce sont les ventes régulières d'œuvres exposées. » Or, ces artistes n'ont pas un euro à ristourner sur leurs ventes à la galerie, laquelle aimerait même pouvoir les laisser exposer gracieusement…

Le poète à côté de la plaque

Jean Boussuges Jeannot Boussuges, c'était le « poète du Coderc » © Maurice Melliet

Depuis qu'il les a quittés, Jean Boussuges manque à beaucoup de Périgourdins. Notamment au Coderc, où l'on apprend aussi avec retard la disparition de Modeste Naibo, surnommée Cheu-Cheu, autre figure du marché avec son sempiternel tablier bleu, peinte par Marc Monnier et morte à Montignac après avoir quitté les Cébrades.

Les amis de Boussuges, cofondateur en 1999 des Hydropathes de Dordogne, espèrent donc voir son nom attribué à une rue ou une place autour du marché. On n'ose rêver de celle de l'Hôtel-de-ville, à rebaptiser avec le déménagement de la mairie — Philippe Cornet a mis les pieds dans le plat en suggérant la « Place aux autres » !

En attendant, Maurice Melliet, qui veut rééditer les œuvres poétiques de Jeannot, a décidé d'offrir en équipe, aux passants du marché, les mercredi et samedi à partir du 23 mars, des exemplaires des 36 fascicules en vers qu'il avait publiés en 31 ans à la SPH (Société protectrice des humains) et retrouvés chez lui. Allez, les vers ; d'autant que... les vers, c'est satanique ! Un bon point à celle ou celui qui aura compris l'astuce [ en savoir + sur Jeannot ].

Bonnes fées du patrimoine

Vendredi dernier, fort symboliquement chez l'Architecte des bâtiments de France, quatre spécialistes de restauration ont signé un document particulièrement porteur en région de tourisme historique.

Patrick Palem pour la Socra, Antoine Bastié pour les Chaux et enduits de Saint-Astier, Jean-Pierre Chêne pour l'entreprise Quélin et Stéphane Turban pour la SARL Camblong, ont fait figure là de bonnes fées penchées sur le berceau du club des Mécènes du patrimoine en Dordogne.

Cette signature a été rendue possible par une super-fée, Jean-Louis Aucouturier, délégué pour la Dordogne de la Fondation du patrimoine, ayant déjà beaucoup œuvré pour la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine bâti des particuliers, non protégé au titre des Monuments historiques. Agissant à la fois au plan administratif et financier, il est aussi largement intervenu pour la protection de tout un précieux éventail patrimonial allant des fontaines aux lavoirs, des chapelles aux moulins et aux pigeonniers.

Le nouveau mécénat, ainsi lancé en présence de Francis Arnaud, délégué aquitain de la Fondation du patrimoine, doit donc renforcer l'action déjà performante de sa délégation périgordine.

Après le paraphe «  historique  », au 1er plan, trois des quatre signataires initiauxAprès le paraphe « historique », au 1er plan, trois des quatre signataires initiaux. De g. à d. Stéphane Turban (entrepreneur), Patrick Palem (Socra), Jean-Pierre Chêne (Quélin) et, au deuxième plan au centre, Jean-Louis Aucouturier (Fondation du patrimoine) 2013 © Alain Bernard

Aux enchères et en souscription

Mercredi 27 mars à 14 heures est prévue, chez Me Miallon rue Bodin à Périgueux, une vente aux enchères de livres exposés la veille et le matin même, et expertisés par le libraire périgourdin Henri-Pierre Millescamps. Parmi les ouvrages en vente, un « Voyage de la France équinoxiale en l'isle de Cayenne », un « Traité de la peinture » de Léonard de Vinci, mais aussi des écrits de Virgile, Hippocrate, François de Sales, Pétrarque, Montaigne, Ronsard, Montesquieu, Mirabeau, Verlaine, Picasso et on en passe.

Livre encore, on peut souscrire pour 15 euros à « J'ay mil ans » écrit et illustré à quatre mains par André Champeaux et Jean-Paul Mesnard à l'occasion du millénaire de la cité de Saint-Astier, dont Périblog a déjà évoqué certaines de ses célébrations.

Et Miguel s'envole au saxo

Miguel 2 CastillaSopla, Miguel ! (souffle, Miguel !) 2013 © Alain Bernard

Une forte expo de peintures hispanisantes de Daniel Faure, Jean-Paul Mesnard et Marie-O Faure a donné le branle, mardi soir à la Visitation, à la semaine culturelle « Cinespanol 4 » du 2 au 6 avril avec 17 films, des conférences et des dédicaces — entrée gratuite — à la bibliothèque de Périgueux.

Après les interventions de José Santos-Dusser pour Estupendo et Arka associations organisatrices et, côté élus, de Jean-Paul Daudou et Marie-Christine Sanjuan, le saxophoniste Miguel 2 Castilla s'est envolé au saxophone, devant les tableaux.

Pourquoi cette nouvelle coquetterie dans son nom ? Réponse :

« C'est depuis qu'à Sarlat j'ai joué pour Jean-Jacques 2 Peretti ! »

Silex à gogo

Du nouveau à Léguillac-de-l'Auche : comme Périblog l'avait déjà mentionné, Georges Cornuet a découvert un vrai gisement de bifaces, suscitant entre autres la curiosité de la Société historique et archéologique. Cette fois, c'est la préhistoire « officielle » qui vient de se déplacer : Alain Turq , directeur au Musée national de préhistoire des Eyzies et Pierre-Jean Texier, chercheur de l'université de Bordeaux ont, jeudi dernier, confirmé l'intérêt du site, où des fouilles vont avoir lieu.

Escalier royal

Miguel 2 CastillaFlorence Auffret, responsable commerciale, joue les guides © Alain Bernard

À la lisière de la Dordogne et du Lot-et-Garonne, à Saint-Georges, Gilles Bonhoure, menuisier spécialiste de charpente et couverture, travaillant beaucoup en Périgord, a renoué avec le savoir-faire des vieux maîtres du bois. Pour restaurer un chais de Cognac, pour la maison Meukow, il a jonglé avec le bois massif et le fer forgé pour aménager, avec des escaliers grand style, cet espace architectural viticole datant d'un siècle et demi.

Le serpent sifflera trois fois

Sur les marches du parvis de la tour Mataguerre, un drôle de boa déroule ses anneaux : il est composé de corbeilles à papier s'articulant les unes au fil des autres. C'est le même mystérieux créateur et poète qui a encore aimablement sévi après avoir déjà discrètement peuplé Périgueux de chevaliers, de barques, d'oiseaux ou de monstres au hasard de ses rêves à Tourny, cours Fénelon, au pont Saint-Georges, rue Aubergerie et ailleurs. On en redemande !

Un look très ondulatoireUn look très ondulatoire 2013 © Alain Bernard

Standard immortel

Avec quelque peu d'avance, le nouvel annuaire téléphonique mentionne déjà, en encadré, l'adresse de la nouvelle mairie de Périgueux, 23 rue Wilson. Le standard reste le même: 05 53 02 82 00. Vous pouvez essayer vous-même...

Auteur Alain Bernard

Et prochainement après ces échos...


Les chanteurs de la nuit

 Les choristes non-voyants avec, à l'accordéon, Michèle et son magique piano à bretelles 2013 © Alain Bernard

Pour sa 28e édition, le Diapason d'argent va accueillir, le 15 juin prochain, un groupe de chanteurs mal-voyants de l'Institution régionale des sourds et des aveugles (IRSA) de Saintes. Des choristes déjà familiers de Périgueux puisque ce sera leur sixième participation.

Périblog vient, à la résidence de la Guyarderie, d'accompagner, en visite amicale de contact, Bertrand Tesnière, président du Diapason d'argent, et André Thomasson, coresponsable au club Vélocio du cyclisme accompagné pour aveugles.

Force est de constater que dans ce « village » pas comme les autres, voué à la musique, Périgueux constitue un rendez-vous annuel qui compte. Or, au même moment, le Diapason d'argent souhaite développer une ouverture sur le handicap, parallèlement à l'intergénérationnel.

[ Voir la suite du billet sur Périblog ]


Libellés : , , , , , , , , , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Jean-Jacques Dallemand , le 22 mars 2013 à 17:01  

A l'intention d'Alain Bernard (cf son article consacré à Jeannot Boussuges) ; "versets sataniques" est un ouvrage de Salman Rushdie, publié en 19888 - me semble-t-il, et par conséquent, le jeu de mots est pour le moins lumineux !

Commentaire de Blogger Périblog , le 22 mars 2013 à 17:50  

Alain ne laisse jamais passer une opportunité de faire un jeu de mots quand l'occasion se présente -WL

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog