Alain Bernard au fil de l'Isle - chroniques 25 JANVIER 2013 jeudi 28 février 2013

Au fil de l'Isle Chaque semaine retrouvez sur Périblog les échos, les chroniques ou d'autres textes rédigés par Alain Bernard

À Montmartre chez les Hydropathes

Alors que Périgueux pleure son « poète du Coderc »en savoir + ] à Paris, le musée de Montmartre consacre une riche expo au Chat noir, cabaret qui fut au centre du rayonnement littéraire et artistique de la Butte. Cet établissement légendaire, connu dans le monde entier comme le Bateau-lavoir ou le Lapin agile, fut créé par Rodolphe Salis mais eut surtout la chance, grâce au Périgourdin Émile Goudeau, d'attirer le créatif groupe poétique des Hydropathes.

Kléber Rossillon — écharpe rouge — et Jean-Pierre Doche — écharpe claire — à l'expo du Chat noirKléber Rossillon (écharpe rouge) et Jean-Pierre Doche (écharpe claire) à l'expo du Chat noir. Au-dessus d'eux, la tête sculptée d'Émile Goudeau 2013 © Suzanne Rossillon

Kléber Rossillon, lui aussi Périgordin de Beynac, a relancé ce musée, après avoir entre autres promu les sites de Castelnaud, Commarque et Marqueyssac et s'être récemment attelé au fac-similé de la grotte Chauvet.

En présence de Jean-Pierre Doche, Astérien président des Amis de Poulbot, autre figure de Montmartre, il a fait un appel du pied aux actuels Hydropathes de Périgueux — qui se réunissent ce 28 février comme chaque dernier jeudi du mois à 20 h 31 aux Thétards, à Mataguerre. Il aimerait les voir davantage associés aux activités montmartroises.

Le peintre au large béret

Jusqu'au 10 mars, le château des Izards à Coulounieix-Chamiers accueille Jean Lafon, aquarelliste populaire pour ses activités au sein de la Société des beaux-arts du Périgord, pour de nombreuses années d'enseignement et aussi pour un port altier de l'impressionnant béret basque. Avec près d'une centaine d'aquarelles essentiellement régionalistes, Jean Lafon témoigne d'une vraie passion mais aussi d'un savoir-être au pays. Aux Izards, il en parle volontiers sous ses aquarelles, le dimanche après-midi en particulier.

Jean Lafon aux IzardsExposition Jean Lafon aux IzardsRepro Périblog

Saint-Front, l'éternel chantier

Jusqu'en juin, avec son abside et ses absidioles, le chevet de la cathédrale Saint-Front de Périgueux est l'objet de tous les soins d'une équipe de six collaborateurs de chez Quélin, entreprise périgourdine de restauration de monuments historiques.

Son directeur Jean-Pierre Chêne, qui commença lui-même en 1982 à travailler sur l'étanchéité du cloître, rappelle que les terrasses et les murs de celui-ci ont déjà fait l'objet d'autant de tranches de travaux, tout comme les clochetons, le clocher et les coupoles.

Il restera encore à revenir sur les terrasses du cloître et sur les intérieurs, mais cela encore à une autre échéance…

Au chevet de la cathédrale Saint-Front, des travaux jusqu'en juinAu chevet de la cathédrale, des travaux jusqu'en juin Février 2013 © Alain Bernard

Ma Chine, sa Chine

Michel Lionnet, qui est à l'homme d'affaires et de médias André Added ce que Sancho Panza était à Don Quichotte, a effectué plusieurs séjours en Chine pour y enseigner le français [ en savoir + sur Michel Lionnet ]. Il évoquera cette riche expérience le samedi 9 mars à 17 heures à la mairie d'Excideuil pour l'association Villages, Causses et Rivières et le comité Talleyrand-Périgord.

L'Espagne au cœur

Le chef-d'œuvre « Nazarin » à l'afficheLe chef-d'œuvre « Nazarin » à l'affiche Repro Périblog

« Bunuel et le surréalisme », tel était le thème de la dernière tertulia, rendez-vous d'échanges et discussion du 1er samedi du mois à 15 heures et du 3e mercredi à 18 h 30 au café Le Wilson, de la Société d'études hispaniques de Périgueux, l'Estupendo. Mais les hispanophiles, sous la houlette de José Santos-Dusser, préparent surtout la 4e édition de Cinéspanol avec un cycle de films débutant le mardi 2 avril par la projection du fameux « Nazarin », de Bunuel justement. Au menu également : expos et conférences, dont celle de l'ex-ministre Miguel Angel Moratinosen savoir + sur M. Moratinos ].

Les grosses têtes

Pourquoi l'Homme de Néandertal possédait un plus gros cerveau que celui de Cro-Magnon, qui lui était pourtant supérieur intellectuellement ? Réponse de Bernard Bioulac :

« L'intelligence n'est pas une affaire de grosseur de matière grise, mais de complexification du cerveau. » L'ex-président du Conseil général de la Dordogne, sommité universitaire de la biologie du cerveau, avait choisi, le 20 février, dans une loge maçonnique de Périgueux, de parler de la pathologie cérébrale des dictateurs. Or, Mussolini par exemple avait une grosse tête… son allié à Berlin aurait même dit la grosse tête.

Les grosses têtesLes grosses têtes 28 février 2013 © Stick

Nouvelle galerie à la Clarté

Frédéric Chenivesse, qui vient d'ouvrir la galerie Katedrale, rue de la Clarté, n'est pas mécontent de ses débuts : il a vendu deux toiles en dix jours.

Après l'Ile-de-France, Toulouse, Biarritz, Sanary et un voyage en Inde, il s'est installé à Périgueux après y avoir retrouvé une amie d'enfance.

Il expose du figuratif aussi bien que de l'abstrait et aligne des signatures comme celles de Vittore ou Gandini. Prix des toiles : de 800 à 2 600 euros.

Frédéric Chenivesse compte autant sur les Périgourdins que sur les touristesFrédéric Chenivesse compte autant sur les Périgourdins que sur les touristesFévrier 2013 © Alain Bernard

Locataire de nulle part

Parisien attaché au Périgord par une maison à Valapaput à Bussac, Pierre Lepère est à la fois littérateur, historien et poète. Après un dernier ouvrage sur Bonaparte et le Consulat, « Un prince doit venir » (2011), il sort un ouvrage magistral de poésie

« nourrie, dit-il, de ce verbe qui enfante le sens » : « Le locataire de nulle part » (80 pages, collections Clepsydre, 10 euros).

Pourquoi ce titre étrange ? Parce que

« Qu'il soit d'ailleurs, d'ici/ Qu'il demeure ou qu'il parte/ Le poète est toujours/Locataire de nulle part ». Après un autre livre poétique chez le même éditeur en 2008, « Cœur citadelle », il renoue là avec la vraie pureté du vers.

Un autre tourisme

Président d'Ecorismo, salon du tourisme respectueux de l'environnement et du développement durable, Philippe François, consultant-tourisme installé à Trélissac, ne perd pas de temps : il annonce déjà que le rendez-vous de la 8e édition de ce salon est prévu du 30 septembre au 2 octobre à Nantes.

Cette ville a été labellisée « Capitale verte de l'Europe 2013 ». De quoi oublier, au passage, les turbulences autour de son futur aéroport ?

Auteur Alain Bernard

Et prochainement après ces échos...


Les Périgordins du livre culinaire et ceux du Salon de l'agriculture

De la culture à l'agriculture ? À Paris, les Gourmand Awards, rendez-vous mondial du livre culinaire créé par Édouard Cointreau, trois fois commissaire du Livre gourmand à Périgueux, viennent de coïncider avec le premier week-end du Salon de l'agriculture.

Aux premiers, au Carrousel du Louvre, face à 171 pays représentés, le Périgord est monté au podium : le livre « Claude de chez Maxim's » écrit par Alain Bernard et José Santos-Dusser aux éditions Arka à Périgueux, a en effet été primé. La librairie Marbot, avec Michèle et Nicolas Géraud, a assuré vente de livres et dédicaces ; Denis Nidos offrait une expo photo remarquée sur verres et bouteilles ; le livre sur le foie gras de Suzanne Boireau-Tartarat aux Éditions Sud Ouest a été prisé, etc.

Au Salon de l'agriculture, à la Porte de Versailles, une dizaine de producteurs périgordins animaient des stands et Michelle Thieullent a, comme chaque année, participé au jury national fromager.

[ Voir la suite du billet sur Périblog ]

« Claude de chez Maxim's », nominé puis primé(à g.) Le stand des foies gras Grolière au Salon de l'agriculture. Installé depuis 50 ans au Bugue, ils ont gagné trois médailles d'argent et une de bronze à ce salon 2013 et (à d.) « Claude de chez Maxim's », nominé puis priméFévrier 2013 © Florian Bernard


Libellés : , , , , , , , , , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Jean-Jacques Dallemand , le 28 février 2013 à 19:35  

Cher Alain Bernard,
Vous vous étonnez -à juste titre- que l'on ne puisse plus joindre monsieur Néanderthal, aussi suis-je en mesure -à titre gracieux- d'ex mousse-terrien de vous indiquer sa nouvelle adresse sise Rue Pestre, juste au-dessus du cerf-service... J'ai bien l'honneur, Monsieur, de vous saluer.

Commentaire de Anonymous Alain Bernard , le 28 février 2013 à 20:44  

Merci pour ces jeux de mots préhistoriques sympas, mais les crocs mignons de nos ancêtres ne font pas oublier le femme de Peau-rouge qu'était la Squaw au cœur de pierre...

Commentaire de Blogger Périblog , le 28 février 2013 à 20:50  

Ami(e)s lectrices/lecteurs si vous ne comprenez rien à la conversation ci-dessus, vous n'êtes pas les seul(e)s -WL

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog