En avant toute ! lundi 18 juin 2012

Les législatives 2012 Un compte-rendu impartial, rédigé par le journaliste Pascal Serre



La Dordogne aura trois députés socialistes et une députée écologiste. Un pouvoir absolu paradoxalement et logiquement fragile. La droite, battue, doit faire son aggiornamento. Pour les deux camps il s’agit de dire : en avant toute !

C’est sans surprise que dimanche soir Brigitte Allain candidate d’Europe Écologie Les Verts et Pascal Deguilhem candidat du Parti socialiste ont été élus. Avec Colette Langlade et Germinal Peiro, élus au premier tour, le département a désormais une représentation parlementaire totalement rose avec une pointe de vert qui pourrait être la seule épine dans cet implacable résultat démocratique.

Un pouvoir absolu qui ouvre des interrogations sur les incontournables clientélismes dont le département est friand. Lord Acton, homme politique du XIXe siècle a laissé cette phrase en forme de couperet :

« Le pouvoir tend à corrompre, le pouvoir absolu corrompt absolument ».  

Le plus mauvais score de la Droite depuis 1962

Pascal Deguilhem avec ses 65,99% conforte sa réélection  de sept points et donne le meilleur résultat que les socialistes aient connu sur cette circonscription. Même lors de la vague rose de 1981, Roland Dumas avait enregistré un score de 57,11%. Il est vrai avec une abstention faible de 15,62% à opposer au 30,70% de ce dimanche. Philippe Cornet qui représentait l’UMP, durement frappé au premier tour, n’a mobilisé que partiellement un électorat prenant dix points de plus qu’au premier tour mais affichant au final avec 34,01% le plus mauvais score de la droite sur la circonscription depuis 1962 où Yves Guéna avait gagné sa légitimité. En 2002, la belle inconnue et comète que fut Nathalie Delattre tutoyait les 47,78% ; en 2007, le tout jeune et fringant Jérôme Peyrat se fendant d’un honorable 41,04%. C’est autant l’avenir de l’UMP sur Périgueux et la vallée de l’Isle que celui de Philippe Cornet qui se posent.  

Qui t’a fait reine ?

Avec ses 53,19% la nouvelle députée bergeracoise, Brigitte Allain, devra composer avec les socialistes qui ne manqueront pas de baliser et réduire ses mouvements. Ils l’ont faite reine et ne comptent pas se laisser conter fleurette.

Les prétendantes un temps écartées – Cécile Labarthe et Béatrice Patrie – sauront faire entendre leur voix.

Dominique Rousseau a la lourde charge de recoller les morceaux et de préparer sa réélection qui ne sera pas une sinécure. Cette victoire de la gauche est amère pour les socialistes qui se sont inclinés face au diktat parisien. Le parti socialiste a toujours bien résisté entre deux vendanges plus ou moins millésimées.

L’impétueux Daniel Garrigue entame une traversée du désert nourrie des lectures des « Mémoires d’espoir » du général de Gaulle dont il se prétend le garant. L’appel du 18 juin sera certainement le fondement de sa pensée pour affronter un scrutin pour le moins trouble à gauche.

L’ancien député retiendra cette phrase de son mentor :

« Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non ! »

Malgré sa défaite, Dominique Mortemousque, sous les couleurs de l’UMP, peut faire valoir un résultat – 46,81% - qui est le meilleur des quatre candidats de son mouvement. Sa défaite est non seulement honorable mais prometteuse. L’habile gascon, avec le temps, s’impose favori dans ce que nous appelons les « vendanges tardives ».

Saura-t-il composer avec ses troupes, les leaders et, avant tout Daniel Garrigue pour 2014 ? C’est là un nœud gordien auquel les Bergeracois sont rompus.

Cap sur les municipales

La parenthèse des législatives n’était pas fermée que déjà les bruissements d’ailes se manifestaient pour les élections municipales de 2014.

Prématuré ? Oui quand on apprécie les défis qui sont ceux de la France et qui vont modifier les tendances électorales d’aujourd’hui. Non, si l’on entend se donner les meilleures chances de conserver ou gagner le pouvoir municipal.

Ainsi, la candidature de Philippe Cornet aux prochaines élections municipales de Périgueux de 2014 ne sera pas si naturelle qu’il le voudrait. Pour le grognard du Général qu’est Jean-Paul Daudou dont des murmures persistants prétendent qu'il est tenté par un retour dans cette joute, il y a matière à méditer.

Pour Michel Moyrand qui voit son opposant du moment mis en difficulté sur Périgueux et dans des bureaux traditionnellement ancrés à droite, ceci pourrait être perçu comme un satisfecit. Pour le maire de Périgueux, praticien de la Hollandie cette posture n’est pas de mise.

Sur Bergerac, seconde ville du département, les cicatrices des deux camps seront douloureuses. Ici la défaite ne peut naître que de la division. Dans un camp comme dans l’autre.

L’élection législative n’est pas une élection municipale

D’ici 2014 la nouvelle majorité devra défendre une politique qui a le choix entre une austérité masquée ou une débauche des dépenses publiques qui, de toute façon, aboutira à une cure encore plus rude. Dans les deux cas, l’opinion d’aujourd’hui qu’il faut aussi modérer par le fort taux d’abstention sera logiquement contrariée par les réalités internationales, européennes et nationales qui s’échoueront sur les rives de l’Isle et de la Dordogne.

Pour l’heure, Michel Moyrand et Dominique Rousseau doivent se préparer à affronter une élection placée sous les premiers résultats — bons ou mauvais — d’une politique nationale dont ils devront partager les effets et la responsabilité.

La droite, quand à elle, doit faire son aggiornamento. Ce raccourci n’étant pas synonyme de facilité. Bien au contraire. À droite comme à gauche le mot d’ordre doit être : en avant toute !



Auteur : Pascal SERRE





Libellés : , , , , , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Jean-Paul , le 18 juin 2012 à 20:57  

Bien d'accord avec vous les municipales c'est autre chose et là monsieur moyrand devrait savoir qu'on l'attend au tournant avec le sourire en coin. Vous parlez de hollandie et je sais que pour lui c'est un compliment. Pour moi c'est l'inertie et les choix personnels avec des euh, des aller et retour et des relents d'apparatchiks qui ne sait rien de la vie. Non, je ne crois pas les périgordins assez moux pour reconduire moyrand.

Commentaire de Anonymous Gilles , le 18 juin 2012 à 22:13  

Bonjour,

Merci encore pour ce billet, que je lis avec attention, comme tout ce que publie "Périblog", mais aujourd'hui je n'ai pas compris cette phrase : "Le maire de Périgueux, praticien de la Hollandie cette posture n’est pas de mise". Ne manquerait-il pas un verbe ?

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 18 juin 2012 à 23:18  

Les socialistes ont effectivement tous les pouvoirs et naturellement comme le dit m. serre les clientélismes font aller bon train et même être des TGV pour les socialistes en recherche d'emploi. Le cas d'un conseiller général de Nontron recasé à une poste créé pour lui et aux missions incertaines n'est qu'un cas parmis tant d'autres. Il en est de même des subventions. Celles-ci ne viennent que là où on chante la gloire de Bernard , Michel, Claude et les autres roses aux épines réservées à ceux qui ne filent pas à gauche. Je suis triste et j'ai peur pour mon département.

Commentaire de Anonymous Pierre , le 19 juin 2012 à 08:13  

Militant RPR ayant quitté l'UMP je suis entièrement d'accord avec le bllet qui appelle à un aggiornamento de l'UMP locale. L'auteur doit faire référence à Vatican II et sa volonté de changement, d'ouverture et de modernité. Sauf que le conclave UMP local est verrouillée et sclérosé ce qui m'a contraint un parti qui a dévoyé la pensée gaulliste (Cornet n'est pas gaulliste, Mortemousque ancien socialiste) mais qui n'a aucun sens de la politique qu'elle soit noble ou pas. Le avant toute de m. serre n'est-il pas pour l'UMP vers l'abime ?

Commentaire de Anonymous Pascal SERRE , le 20 juin 2012 à 06:14  

Réponse à Gilles.
Il manque le terme "Pour" en début de la phrase ce qui donne ; "Pour le maire de Périgueux, pratricien de la Hollandie cette posture n'est pas de mise". Si vous préférez Moyrand partage des traits de caractère de Hollande : pragmatisme, consensus, pugnacité, travail et chemin militant et d'homme d'appareil.

Commentaire de Blogger Périblog , le 20 juin 2012 à 10:05  

L'étourderie a été corrigée ;-)
Merci Gilles -WL

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog