Ministres périgordins ou la partie remise mardi 22 mai 2012

Les législatives 2012 Un compte-rendu aussi impartial que possible, rédigé par le journaliste Pascal Serre

Les rumeurs mettaient les « éléphants » socialistes périgordins en piste pour un probable ministère dans le premier gouvernement issu de l’élection de François Hollande. Il n’en est rien mais ce n’est que partie remise.

De Michel Moyrand à l’Artisanat à Claude Bérit-Débat à la Ville en passant par Bernard Cazeau à la Santé, Pascal Deguilhem aux Sports ou Germinal Peiro à l’Agriculture toutes les rumeurs circulaient sur la place donnée à la Dordogne dans le premier gouvernement du candidat François Hollande.

Son dernier passage pouvant mettre le maire de Périgueux sérieusement sur les rangs. Le plus probable des prétendants était de toute évidence Germinal Peiro, député socialiste, secrétaire national du Parti socialiste chargé de l’agriculture et de la ruralité, porte-parole sur les questions agricoles de François Hollande.

État des lieux des rumeurs


Germinal Peiro reste favori pour le prochain gouvernement issu des élections législatives des 10 et 17 juin prochains © Pascal Serre

Mercredi soir les espoirs sont tombés. Aucun ne figure dans ce premier gouvernement. Germinal Peiro déclarait :

« Honnêtement je ne suis pas déçu » . La présence de la plume du nouveau président, Aquilino Morelle a-t-elle joué un rôle ? En effet, l’éminence grise avait fait un bref passage en Dordogne, en 2001, se présentant comme tête de liste aux municipales de Nontron face à Pierre Giry qui l’avait battu.

Parachuté, ce Jospiniste n’avait pas reçu un accueil des plus chaleureux des socialistes périgordins et s’est rapidement éclipsé vers d’autres terres et missions. N’oublions pas, même si cela est ancien, que le nouveau secrétaire général de l'Élysée, René-Pierre Lemas débuta sa carrière comme sous-préfet de la Dordogne en 1980.  Ce qui aurait pu être un atout.

On peut aussi avancer l’absence de visibilité des prétendants périgordins dans les arcanes parisiens contrairement à d’autres époques où se détachaient des personnalités plus affirmées. Quant à Germinal Peiro, le plus assuré, traversera-t-il un purgatoire du fait de son soutien à Ségolène Royal et son tardif ralliement à François Hollande ? L’argument du cumul des mandats le concernant n’étant pas un handicap quand on connaît la bonne tenue de sa suppléante Nathalie Manet-Carbonnières mais qui aurait eu a soutenir une campagne en première ligne pesant sensiblement sur le résultat final de l’élection.

L’hypothèse d’une présence de Bernard Cazeau est peu réaliste quand on sait qu’il fut un soutien de la première heure de Dominique Strauss-Kahn et n’a jamais failli dans son choix suivant avec modération François Hollande. Ce qui n’est pas le cas de Claude Bérit-Débat, Pascal Deguilhem et surtout Michel Moyrand qui sont à l’origine des prémices de la campagne de François Hollande en Dordogne. Le maire de Périgueux restant favori sachant toutefois qu’une éventuelle nomination poserait le problème de sa succession à la mairie de Périgueux à l’heure où il entend ancrer la ville à gauche pour les prochaines municipales de 2014 et que son équipe pourrait souffrir de cet événement.

Quant à Pascal Deguilhem et Claude Bérit-Débat qui n’ont jamais franchement cru aux rumeurs d’une nomination qui reste du domaine de la divination. Pour le premier la jeunesse, l’inexpérience et, peut être l’absence d’ambition gouvernementale immédiate contrarient le fameux bourdonnement. Et pour Claude Bérit-Débat, ceci poserait, de par le principe du cumul des mandats quelques soucis de mise en ordre.

Ceci n’est que partie remise


Michel Moyrand est une supposition acceptable dans un prochain gouvernement issu des élections législatives des 10 et 17 juin prochains © Pascal Serre

Ce premier gouvernement est traditionnellement de transition et se trouve généralement modifié au lendemain des élections législatives. C’est à dire au lendemain du 17 juin prochain.

Solidement ancré à gauche le Parti socialiste domine la vie politique du département. Il importait vraisemblablement de laisser les candidats mener sereinement leur campagne et de constater le nouvel état des lieux issu des législatives pour, le cas échéant, transformer les rumeurs en certitudes. La victoire de François Hollande pour être totale doit être accompagnée d’une majorité à l’Assemblée nationale ce qui n’est jamais assuré.

Il faudra donc attendre le second gouvernement et, surtout, la bonne tenue des socialistes périgordins pour savoir s'ils seront récompensés pour leur fidélité au nouveau président. Germinal Peiro reste favori et Michel Moyrand une supposition acceptable. Ce n’est, peut être que partie remise…


Auteur : Pascal SERRE

Libellés : , , , , , , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Blogger Jean-François Cros , le 23 mai 2012 à 11:17  

L'idée de voir des périgourdins entrer au Gouvernement me fait furieusement penser à 1993 quand l'Assemblée était devenue "bleu horizon". Tout le monde se voyait avec un maroquin et le premier ministre de l'époque, Edouard Balladur, s'il avait donné satisfaction à tous, aurait du organiser son premier conseil des ministres à Bercy tellement les espoirs étaient nombreux...
Entre la parité, la pluralité des courants internes au PS et externes (Verts, MDC, FDG, Radicaux), la diversité et enfin ou surtout les compétences, la fenêtre de tir de tout un chacun qui croit en ses propres chances, se réduit comme peau de chagrin.
Il est grand temps de mettre enfin en place une vraie loi sur le non-cumul des mandats et des fonctions, sur vraie représentativité des élus et une limitation à deux mandats successifs pour voir un renouvellement de la classe politique à tous les niveaux et non plus un "pari mutuel" sur les chances des uns ou des autres d'être ministre !!!

Commentaire de Anonymous Christophe , le 23 mai 2012 à 17:25  

Je suis aussi contre les cumulards de tout horizon. C'est à croire qu'ils n'ont rien à faire dans leur premier mandat d'élu. On imagine pas un agent de la Poste travaillant aussi pour le Conseil général et une entreprise de chaussures.

Commentaire de Anonymous Simone , le 23 mai 2012 à 19:35  

Combien tout ceci est bien analysé et me laisse désabusé. C'est la prime du seigneur à ses preux chevaliers fait sur le dos du contribuable. Royauté et république, monarque et président, serf ou militant, électeur ou conscrit tout ceci s'effondrera tôt ou tard. Si il n'y a plus de pavé et de rêve il nous reste le goudron et les plumes...

Commentaire de Anonymous Pascal SERRE , le 25 mai 2012 à 11:20  

Cher Jean-François,
Le débat sur le cumul des mandats est récurrent. Il demande une véritable volonté politique ce qui nécessite aussi de prendre en compte la complexité des différentes strates territoriales et électives autant que les sensibilités et inévitables égos... Malgré le "pari mutuel" nos élus locaux - en Dordogne - semblent subir les analyses médiatiques autant que les réalités de leur engagement. Suis-je naïf ?

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog