Guy Penaud - Mémorial des déportés du Périgord samedi 17 décembre 2011

Lecture pour tous

Guy Penaud lève le lourd et pénible voile sur les 1 898 déportés que compte la Dordogne durant la période 1940-1944. Un travail inédit qui rétablit des destins brisés par la folie humaine.


Guy Penaud © Pascal Serre
La déportation, plus particulièrement pour les juifs fut longtemps occultée. Les survivants et leurs familles s’enfermèrent dans un silence douloureux. La France d'après-guerre, celle de la reconstruction et du gaullisme triomphant s’accommodait de ce mutisme y préférant la geste résistancialiste entretenue par le souci de réconciliation nationale. C’est dans les années soixante-dix que les historiens eurent enfin droit de cité  pour faire valoir des faits qui bouleversèrent progressivement les esprits.

Guy Penaud, connu et reconnu pour son premier essai sur la résistance en Dordogne, dès 1985, fissurait  une vision si ce n’est complice, pour le moins passive d’une histoire que l’on affichait avec la pompe de circonstance. Depuis, l’ancien commissaire de police reconverti en historien n’a eu de cesse de revisiter cette période avec une énergie et une méticulosité implacables. Quitte à ne pas se faire que des amis. 

Devoir de témoignage

Bernard Reviriego, attaché de conservation aux archives départementales de la Dordogne, en 2003, produisait un remarquable ouvrage  sur la persécution des juifs réfugiés en Dordogne durant le second conflit mondial. Il accompagnait la prise de conscience nationale d’un phénomène qui amenait des procès retentissants tel que celui de Maurice Papon et la procédure engagée contre René Bousquet. Les miraculés de la déportation prenaient aussi la mesure de leur devoir de témoignage pour les générations futures. 

Une affaire ouverte aux grands vents

L’historien d’investigation qu’est Guy Penaud a mis tout son savoir-faire à  dresser ce qu’il a parfaitement nommé un mémorial. Le fruit de son enquête est bel et bien un outil pour instruire une affaire désormais ouverte aux grands vents de l’histoire. Le préambule pose dans toute sa force, avec un souci de précision et les réserves d’usage, le cadre des 1 898 biographies de femmes et d’hommes déportés par les nazis et, malheureusement parfois avec la collaboration des services de l'État de Vichy. Le résultat pourra paraître glacé car il relève, volontairement, d’une présentation administrative. L’auteur poussant la minutie jusqu’à mentionner les pièces découvertes dans ses recherches. Une invitation au lecteur à franchir la porte ouverte par Guy Penaud et à progresser dans ces histoires déchirées. 

Une barbarie raciste qui voulait dominer le monde

Si, bien entendu, la solution finale apparaît dans toute son horreur, on mesure aussi combien la répression fut implacable face à ceux qui s’opposèrent à la déchéance de leur pays et, comme le souligne l’auteur, « resteront pour toujours, par leur engagement, leur sacrifice, leur courage et les épreuves qu’ils ont traversées, un exemple pour nous tous et les tragiques témoins d’une barbarie raciste qui voulait dominer le monde ».

Les plus avertis sur l’histoire du Périgord ne manqueront pas de retrouver des noms et des destins demeurés dans l’ombre. Il en est ainsi de la mère de la chanteuse Juliette Gréco, les deux frères du romancier André Schwarz-Bart, prix Goncourt 1959 mais aussi de déportés modestes et anonymes qui reprennent toute leur place dans notre histoire, notre existence. Plus que jamais, l’écriture est la continuation de la vie.
Auteur : Pascal SERRE


« Mémorial des déportés du Périgord »

Guy Penaud - La Lauze - 446 pages - 28 €

Pensée de la semaine

Jean-Paul Dubois« Chaque livre correspond à un moment, à une période, à un état d’esprit. »

Jean-Paul Dubois (1940 -), écrivain français né à Toulouse.



Jean-Paul Dubois sur Wikipédia


La rubrique que voici est nommée « Lecture pour tous » en hommage à Pierre Desgraupes (originaire de Mensignac en Dordogne) qui créa, en 1953, sous ce nom la première émission de télévision dédiée à la lecture.

Libellés : , , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Bonnal , le 17 décembre 2011 à 07:53  

Le devoir de mémoire est indispensable et Guy Penaud a raison de mentionner le nombre de déporté pour le Périgord! Je suis fils d'interné résistant du camp de Saint-Paul d'Eyjaux en Haute-Vienne!

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 17 décembre 2011 à 18:31  

Soyons lucides ou modestes (les deux à la fois aussi) rien n'a changé et ce mémorial donne bonne conscience quand l'actualité nous révèle que nous sommes silencieux devant l'horreur aseptisée du journal de 20 heures

Commentaire de Anonymous Guy , le 17 décembre 2011 à 19:01  

Merci pour l'article. Je ne comprends pas pourquoi Pascal ne s'exprimes pas dans la presse écrite même nationale car il a un vrai talent d'écriture et d'analyse.
En attendant de découvrir sa signature dans des médias qui permettraient à un plus large public de t'apprécier, je lui souhaite de bonnes fêtes et une année 2012 avec plein de succès.

Commentaire de Blogger Périblog , le 18 décembre 2011 à 02:22  

Merci quand même Guy... W

Commentaire de Anonymous Michel Favard , le 18 décembre 2011 à 10:57  

Merci pour cette publication. Mon père, Robert Favard, décédé en 2001,qui fut résistant dans le Bataillon Rolland avec Charles Mangold et Pierre Fanlac, m'avait parlé du plusieurs personnes citées dans cet ouvrage et j'ai moi-même côtoyé depuis mon enfance un certain nombre de rescapés des camps de la mort, dont certains peu nombreux qui sont sont encore vivants pour témoigner.
Dans le cadre de l'Association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportationnous continuons à recherche des témoignages pour pouvoir mettre des noms sur ceux ou celles qui n'ont pu être cités. Cela est d'autant plus important que de nombreuses familles n'ont jamais pu faire de ldeuil de leurs proches, sans parler de la montée inquiétante de l'extrême-droite en Europe actuellement.

Michel Favard

Commentaire de Anonymous PASCAL , le 18 décembre 2011 à 11:00  

Merci Guy. Pour une fois on peut dire : "prophète en son pays".

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog