Les nouveaux Gabelous lundi 26 juillet 2010

Au fil de l'Isle Chaque semaine retrouvez sur Périblog l’humeur de la semaine par Pascal Serre | Voici le billet de cette semaine :


Le nombre de procès-verbaux pour infraction au stationnement sont, sur Périgueux, en progression vertigineuse. Un cadeau de bienvenue pour les touristes et une raison pour les Périgordins de se transformer en Croquants. Quand aux pandores de jadis les voici transformés en gabelous.

Depuis 1960, cette photo vraisemblablement prise par le docteur Jacques Merly, Président du Photo Club de Périgueux, ancien maire adjoint de Périgueux récemment disparu fait le tour du monde.
Depuis 1960, cette photo vraisemblablement prise par le docteur Jacques Merly, Président du Photo Club de Périgueux, ancien maire adjoint de Périgueux récemment disparu fait le tour du monde. Ce sont pas les gendarmes de Saint-Tropez mais quand même ! © René Maltête (1930-2000)
Quand on pose la question à la police municipale ou nationale du fameux quota quotidien de procès-verbaux ce ne sont que cris d’orfraies qui vous désignent comme délinquant et vous promettent à une garde à vue pour outrage à agent de la force publique dans l’exercice de sa fonction.

Puis, au coin de la rue, la tenue rangée au vestiaire, on dodeline de la tête sur le même sujet pour vous murmurer : « chaque prise de garde commence par le fameux carnet à souche verte… Combien t’en a fait hier ?» Et un autre de dire : « je n’ai jamais utilisé mon révolver de service ( et c’est tant mieux – Ndlr) mais pour ce qui est des carnets de PV c’est autre chose. Oui, le soir, on calcule combien on a fait… »

Au centre de recouvrement des amendes désormais à Boulazac on commet l’indiscrétion de reconnaître que des instructions sont données pour « accélérer les recouvrements et transmettre aux huissiers avec les pénalités qui sont autant de recettes supplémentaires. »

Mais tout ceci se fait dans la plus parfaite légalité et les infractions sont bien commises et rarement contestées. Seulement, nos pandores d’autrefois sont devenus des gabelous.

La tolérance zéro est appliquée aux stationnements à l’incivibilité avérée. C’est moins risquée que d’autres missions par ailleurs rares dans une ville qui ne se fait des frayeurs qu’à partir de 20 heures lorsque quelques jeunes amateurs de musique font plus de bruit qu’un cyclomoteur de passage.

Le procès-verbal pour incivibilité au stationnement est plus lucratif pour l'État mais aussi la municipalité. En deux coups de crayon, moins de cinq minutes, on va de 11 à 35 euros. On parle même de passer le minimum du ticket à 20 euros. Rentabilité assurée.

De ce côté-là, Michel Moyrand, socialiste s’il en est, rejoint son ami Brice Hortefeux, sarkozyste jusque sur le bout des timbres-amendes et des fameux carnets à souches dont la fabrication est du pain béni pour l’imprimeur qui se frotte les mains.

Une année de circulations et d’arrêts – toujours intempestifs – dans Périgueux s’élève à plus de 337 € . Voici un conducteur citoyen qui participe au bon fonctionnement financier de la société publique ! Photo Pascal SERRE© Pascal Serre
En fait, l’infraction au stationnement conditionnée à une réglementation de plus en plus restrictive en matière de places a remplacé la gabelle, qui était l’impôt sur le sel collectée sous l’Ancien Régime.

Bien sûr, je fais du mauvais esprit et tout ceci n’est que l’expression de mon caractère de croquant irrévérencieux, un mauvais procès d’intention fait à des femmes et des hommes qui ont pris pour vocation de protéger les honnêtes citoyens face à la montée des périls qui menacent notre vie. Certes, soyons magnanimes et honnêtes à la fois. Ils obéissent.

Mais, force est de constater que les nouveaux gabelous sont plus visibles dans la verbalisation des stationnements dont ils connaissent les lieux de frappes, véritable géographie du marché des PV.

Ah, ils ne ressemblent pas à leurs collègues du GIGN, CRS ou autres gendarmes pas encore frappés par les problèmes d’argent de 'État ou des collectivités territoriales qui s’attaquent devant caméras et micros à la délinquance sauvage, aux zones de non-droit et mènent une véritable guerre.

Je sais, je ne suis pas sympa. Je suis un grognon, un gaulois irrécupérable. Mais ça me fait du bien. Et, quand même, je le reconnais, la courtoisie des « nouveaux gabelous » reste de rigueur. Voici donc de bons commerçants. Ainsi va la restauration de nos finances publiques…
Auteur : Pascal SERRE
Membre :
  • Institut Montaigne (Paris)
  • Fondation Terra Nova (Paris)
  • Fondation de la France Libre (Paris)

Libellés : , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Blogger jules , le 26 juillet 2010 à 07:25  

Pour faire suite au billet de William concernant les droits d'auteur en matière de photo, je me permets de vous préciser que la célèbre photo "bienvenue à Périgueux" que vous attribuez à tort à Mr Merly, à en fait été réalisée par René Maltête (1930-2000) photographe français dont la particularité était de fixer sur sa pellicule des images insolites et humoristiques. Il a aussi publié des recueils de poèmes.
Sur le site : http://rene.maltete.com
vous retrouverez cette photo en page 5 de l'album humour

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 26 juillet 2010 à 09:11  

668 000 euros en 2009

Commentaire de Anonymous Pascal SERRE , le 26 juillet 2010 à 09:48  

Merci Jules. Cette attribution toujours entendue, jamais contestée ni confirmée d'ailleurs est désormais levée.
L'intérêt de PERIBLOG - déjà assuré - est une fois de plus confirmé et à mon avantage de plus pour ma culture général toujours en devenir.

Je vous souhaite, Jules, un bel été !

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 27 juillet 2010 à 00:54  

Ils étaient une bande de quatre, des policiers, de la Nationale, ils avaient leur cible : le cours Montaigne, devant la pharmacie. En cinq minutes 4 PV à 35 € soit 140 € soit encore 1 680 € de l'heure soit aussi 420 € par heure et par fonctionnaire de police.
A cette allure on va privatiser (par VINCI de préférence) cette mission de la plus haute importance. Le citoyen sera devenu un consommateur et aura oublié qu'il est aussi contribuable. Vous voyez bien que c'est question de pognon. Aïh j'ai mal à la tête....

Commentaire de Anonymous Philippe Marchand , le 28 juillet 2010 à 09:16  

La loi est une façon pour tout les pouvoirs de se faire d'une façon ou d'une autre de l'argent. Suffit de savoir si c'est le premier but ou si il y a aussi besoin de discipliner les citoyens. Grave question qui ne peut que rester sans réponse convenable.

Commentaire de Anonymous Liliane lescaud , le 28 juillet 2010 à 22:37  

En lisant l'article je me défoule de tout ce que je ressens et ne puis dire quand je trouve l'aimable carte de visite des forces de l'ordre sur ma voiture. J'aimerais bien qu'ils en fassent autant avec les mobylettes qui vont du bruit.
Ceci dit une solution : ne plus aller en centre ville. C'est ce que je fais. Regardez comme il y a du monde actuellement dans la vieille ville.

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 29 juillet 2010 à 09:13  

La présentation de Pascal Serre est toujours séduisante, quelque peu cynique et raffinée mais un peu simpliste et populiste. De pandore à Gabelou ne prend pas en compte que les PV si décriés sont le résultat d'un infraction bien réelle et que l'on ne peut pas faire n'importe quoi dans la vie. Heureusement qu'i y a des règles et des gens pour les faire respecter

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 29 juillet 2010 à 18:29  

Mon budget de PV est passé en 2008 de 342 euros à 22 euros en 2009. La recette ? Je fais mes courses dans les grandes surfaces et ne vient en centre ville que pour des démarches administratives. Fort heureusement, je suis chef d'entreprise et je n'aurai plus à aller à la CCI rue wilson là ou j'ai pris mes deux PVà 11 euros parce que chaque réunion a duré plus que prévu. Quand à Périgueux que ça continue comme ça. Celà fera six mois que je n'y ai pas mis les pieds. Mon porte-monnaire s'en porte mieux et je dépense mes sous plus intelligemments

Commentaire de Anonymous Paul CHIRON , le 29 juillet 2010 à 21:00  

J'aimerai bien connaître le nombre PV qui "sautent" sur les genoux des élus avant de tomber dans la corbeille de quelques "Gabelous" affidés à droit ou à gauche ? Le citoyen qui n'a pas de carte quand à lui paye... Secret défense je présume ou affaire Woerth-Bettencourt...

Commentaire de Anonymous Philippe , le 31 juillet 2010 à 15:04  

Bonjour,

Enfin une bonne nouvelle !

Et oui, la maréchaussée a enfin décidé de s'attaquer à un des fléaux de notre ville : la bagnole ou plus précisément l'automobiliste qui, incapable de faire 500 mètres à pieds, entend créer une zone de non-droit pour son cher tas de tôle polluant. Car enfin, tous ces PV, combien sont dressés illégalement ? Combien correspondent à des abus d'autorité ou à des infractions non fondées ? Ce qu'il y a d'intéressant chez le français lambda, c'est qu'il enfreint la loi et après s'étonne d'être sanctionné...

Il y a quelques années de cela, lorsque les premières allusions à un quota de verbalisation circulait, un colonel de gendarmerie à la retraite confia à un hebdomadaire que ce n'était pas le nombre de PV qui augmentait mais la tolérance de la famille poulaga qui diminuait et d'expliquer, par exemple, qu'avant, un automobiliste disposait de 15 minutes environ pour aller chercher de la monnaie pour son ticket. L'ex-officier gendarmesque affirma que désormais, l'automobiliste devait avoir la monnaie sur lui et n'avait donc plus aucune excuse pour ne pas payer dès qu'il descendait de sa voiture.

Et bien tout cela non seulement ne me choque pas mais je trouve qu'il est normal que serrer un peu la vis aux automobilistes qui depuis l'invention de cet horrible chose qu'est la bagnole, se croient tout permis. Bon, je ne dis pas cela parce que les points de mon permis de conduire sont aussi immaculés que les douze apôtres et que le dernier PV pour stationnement interdit que j'ai dû payer doit remonter à peu près au moment où The Cure sortait leur album The Kiss, mais en tant militant "des villes sans voiture", plus on tape sur les possesseurs de voitures à explosion, plus cela me fait marrer...

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog