Du secret de famille à la cacophonie mercredi 2 juin 2010

Au fil de l'Isle Chaque semaine retrouvez sur Périblog l’humeur de la semaine par Pascal Serre | Voici le billet de cette semaine :


Pour Claude Bérit-Débat, président de la Communauté d'agglomération périgourdine, la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Homme revendiquant le dialogue et le consensus, adepte de la démocratie participative et du développement durable, désormais contorsionniste en matière de manipulations politiques, le voici promu au grade de gardien de secrets de famille ou bien de grand ordonnateur de la cacophonie communautaire. À vous de choisir.

Assemblés en conseil communautaire le 28 mai dernier, les élus de la Communauté d’agglomération périgourdine se sont réveillés et agités au sujet d'un projet de galerie commerciale à Cré@vallée Sud, sur un terrain de 4 380 m2 en bordure de la RN21, au lieu-dit La Couture, près du futur Super U.

L’opposition au maire de Périgueux, Michel Moyrand, s’est insurgée face à une Bastille pour une fois fort bien pourvue par la majorité de Périgueux elle-même. On peut toujours s’asseoir sur le tonneau de poudre et allumer la mèche sans bouger et attendre que ça pète.

LE COMMERCE DE PROXIMITÉ DE PÉRIGUEUX DISPARAÎTRA

Une boutique en liquidation dans la rue Limogeanne© Périblog
Pour l'opposition, ce site deviendrait à terme la troisième zone commerciale de l'agglomération, et viderait le quartier Saint-Georges de ses commerçants. Ce qui est une évidence.

Après le départ des institutions consulaires voici la révérence des grandes enseignes au petit commerce de proximité de Périgueux.

On y trouverait aux côtés du supermarché de 2 000 m2, une restauration rapide pour 400 m2 avec l’enseigne Pâte à pain et une galerie de 5 000 m2 avec une dizaine de commerces dans les secteurs bureautique et informatique, services médicaux, banque, poste, fleuriste, optique, téléphonie, salle de sport, bien-être et esthétique, cordonnerie services divers, pressing, équipements de la personne ou de la maison.

La CAP possède aujourd'hui une réserve foncière de 21 205 m2. Elle en a voté la cession au promoteur local ICE qui porte ce projet de galerie.

Périgueux qui n’est toujours pas une destination touristique suffisamment attractive pour compenser les pertes ainsi accumulées est condamnée à voir disparaître son petit commerce de proximité.

D’ici là, d’autres municipalités seront peut-être en place pour rééquilibrer le territoire et les politiques communautaires ? Bon courage mesdames et messieurs les futurs élus.

UN ASSASSINAT PUR ET SIMPLE

C’est un assassinat pur et simple de Périgueux. Propos de conservateurs aigris et sans aucun sens de la modernité ? Soit, mais permettez que j’éclate de rire devant la représentation populaire qui se plie aux marchands qui savent mieux que tout épicier de quartier amadouer les élus ainsi adultérés.

Faisons un petit retour en arrière. Au cœur de la campagne des élections régionales le candidat du Modem, Jean-Paul Mingasson annonce l’étude, à la Petite Borie, dans la montée de la Rampinsolle, en face de Cré@vallée d’un complexe commercial de… 35 000 m2.

A l’époque, le candidat par ailleurs, élu communautaire, évoquait des conciliabules et une opacité. Le pauvre homme avait été conspué par ses collègues. Les maires de Notre-Dame-de-Sanilhac et de Coulounieix-Chamiers en premier lieu avec les silences complices des autres qui soupiraient entre deux réunion de campagne. Ce dernier, Jean-Pierre Roussarie parlant même de tuyau perçé ; le premier s’adossant exclusivement au projet de Super U avec quelques commerces…

Le président Claude Bérit-Débat ayant éteint comme à son accoutumée l’incendie par un vibrant : « pour l’instant il n’y a pas officiellement de véritable projet. » Il avait même créé une de ces subtiles cellules de concertation qui nous ramènent à la démocratie participative si chère à nos amis qui cultivent les secrets de famille avant d’entrer dans la cacophonie puis souvent dans l’inertie voire le coma…

Nous n’avons que des fourches

Mais il faut connaître la sémantique politique indispensable à la bonne gestion des intérêts communs pour comprendre qu’il y avait bien officieusement un projet.

Une nouvelle fois on nous a menti. C’est un aveu que ce projet pourrait susciter des remous. Soyez tranquilles mesdames et messieurs les élus votre peuple est encore assoupi.

Pourquoi ne mentiriez vous pas encore aujourd’hui ? Continuez mesdames et messieurs les élus il y va de votre couronne. Nous n’avons que des fourches mais elles peuvent être efficaces dans certains cas.
Auteur : Pascal SERRE
Membre :
  • Institut Montaigne (Paris)
  • Fondation Terra Nova (Paris)
  • Fondation de la France Libre (Paris)

Libellés : , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Anonyme , le 3 juin 2010 à 12:09  

Monsieur Serre,

Ôtez moi un doute... Ce sont bien les différents maires RPR et UMP qui ont développé les zones commerciales de Boulazac, Trélissac et Marsac ? Vous êtes-vous opposé alors à la mort programmée du petit commerce au centre ville ? Les militants de cette tendance aujourd'hui dans l'opposition ont quand même pas mal de culot de venir reprocher à l'actuelle majorité la création d'une nouvelle zone commerciale.

Quant à "vider" le quartier St-Georges (que j'habite) de ses commerces, je vois très mal d'où vient une telle affirmation... Vous croyez vraiment que les habitants de ce quartier ne vont plus aller à l'Intermarché au coeur du quartier pour aller à plusieurs kilomètres de là dans un nouveau Super U ? Croyez-vous qu'il en sera de même pour le bureau de poste, les pharmacies, le fleuriste ou tous les commerces de proximité pour aller dans d'autres qui, même à vol d'oiseau, sont encore plus loin que ceux du centre-ville de Périgueux ? ? Ceux qui affirment cela ne doivent pas souvent venir dans ce quartier populaire à moins qu'ils ne veuillent lancer qu'un procès d'intention (un de plus..) par manque d'imagination ou de projets.

Monsieur Serre, il y a quand même des problèmes beaucoup brulants et urgents dans notre ville pour ne vous arrêter qu'à des épiphénomènes ou des bruits de couloirs qui ne grandissent pas l'opposition municipale....

Philippe de Périgueux

Commentaire de Anonymous jean François , le 3 juin 2010 à 18:26  

A anonyme
Votre critique des propos avancés par P Serre n'est fondée sur aucun argument sérieux.
Faire référence au passé pour expliquer le présent n'est pas toujours une bonne méthode.D'ailleurs lorsque vous assimilez Boulazac et Trélissac à des communes de droite dans le passé, vous commettez une grossière erreur.
Monsieur Auzou est là depuis des lustres et le camarade trélissacois en a fait sa profession. Avant lui le docteur Grandou était déjà maire communiste de Trélissac.
Mais laissons de côté les appartenances politiques qui ne donnent pas droit à un quelconque brevet de compétence.
Cette vue binaire et réductrice ne servirait qu'à masquer le vrai débat.
A-t-on réellement besoin de nouveaux temples de la consommation à l'intérieur du périmètre d'action de la CAP?
Ceux-là même qui se plaisent à rappeler la dureté de l'existence pour les"pauvres" les offrent en pâture à quelques promoteurs avides.
Alors oui, je partage l'avis de P Serre. Nous n'avons pas donné quitus à ces élus pour faire n'importe quoi,quelque soit leur bord politique.

Commentaire de Anonymous Maurice Melliet - Persona Grata , le 3 juin 2010 à 18:52  

La zone commerciale près des chambres "qui ont su l'air de ne pas y toucher" n'est pas un hasard ! Comment quelques 600 agents rassemblés (afin d'être plus forts et peut-être plus nombreux), de surcroît à statut de fonctionnaire, vont pouvoir faire leurs emplettes et leurs frisettes ?

Le RTT ne suffit plus ! Au risque d'être absorbé par ce temps perdu à aller soit à Boulazac, Marsac et Trélissac pour aller chercher la gamelle du conjoint et de ses enfants voir d'un prestataire de service au plus près du nouveau domicile consulaire...

Le centre-ville et les quartiers "encore commerçants" de Périgueux vont disparaître victime de la convoitise et de la recherche du profit. Aujourd'hui, tout nouvel arrivé à la CAP réclame sa zone commerciale et ses commodités...

La CAP étant politisée à 100% comment voulez-vous que les décisions prisent soient objectives et rationnelles ?

Le contribuable n'a rien à dire sur leur gestion, il paye et s'il le veut bien, il vote ! mais mal ! car entre les deux tours de cons, il n'a aucun pouvoir...

Nous sommes dans la société des élus nantis qui se donnent tous les pouvoirs après qu'on ait eu la maladresse de voter pour eux.

Mesdames et Messieurs les électeurs, le vote blanc vous va si bien qu'à la prochaine échéance, préférez-le au vote bleu, rose, vert, rouge, orange, violet, et je passe sur la couleur cerise sur le gâteau des candidats de tous poils...

Commentaire de Anonymous Saturne , le 4 juin 2010 à 00:53  

« Nous n’avons que des fourches mais elles peuvent être efficaces dans certains cas. »
Hé bé, couillon, il va nous la faire sa révolution, le Pascal ! La dernière interprétation cinématographique de Jacquou le Croquant était imposture ridicule. Je ne suis pas sûr qu’avec Monsieur Serre pour acteur principal ... En tous cas, on aimerait voir ça !
Question : quel rôle distribuer à Maurice Melliet ? Peu importe. Et peu importe ce qu’il aura à dire pourvu qu’il ait quelque chose à déclamer, haut et fort de préférence. Toutefois, il conviendra de veiller à ce qu’il n’y ait pas de fonctionnaire parmi les figurants, Maurice n’a pas l’air d’aimer…

Commentaire de Anonymous Philippe , le 4 juin 2010 à 16:12  

Bonjour,

Effectivement Jean-François, je me suis un peu emmêlé les pinceaux... En fait, mon propos était de faire remarquer que lors des développements des 3 zones commerciales autour de Périgueux, les maires RPR puis UMP n'ont pas donné de la voix pour dénoncer la mort programmé du petit commerce à Périgueux. Le seul acte de résistance à droite (Darcos) comme à gauche (Moyrand) fut, sauf erreur de ma part, divers recours contre la venue d'un magasin Cultura à Trelissac.

Personnellement, je ne vois pas l'intérêt d'une nouvelle zone commerciale à CréaVallée. Pour autant, pour marquer ma désapprobation, je ne me laisserai pas aller à une mauvaise foi comme celle de l'opposition municipale et de M. Serre qui prétendent, sans le moindre argument ou la moindre démonstration, qu'elle va "vider" le quartier St-Georges de ses commerces, "Ce qui est une évidence" comme l'écrit Pascal Serre sans le démontrer d'aucune façon...

Tiens d'ailleurs, puisque l'on parle de la mort du petit commerce à Périgueux, j'ai eu beau chercher sur ce blog et sur internet, mais je n'ai trouvé aucun commentaire de M. Serre sur l'agrandissement de la librairie Marbot qui a fait beaucoup de mal aux derniers petits libraires de Périgueux. Pourquoi ne vous êtes-vous pas élevé contre la création de cette usine à sous-culture (l'extraordinaire inculture des vendeurs de ce magasin ne cesse de m'étonner les rares fois où, par obligation, je suis amené à discuter littérature ou musique classique avec eux) et n'avez-vous pas lancé d'anathème comme vous le faite aujourd'hui sur tous les projets de l'actuelle municipalité ? Peut-être parce que cette entreprise est un des annonceurs des publications dont vous avez la charge.... Allez savoir... ? Bon sang, voilà que je fais un procès d'intention ! Il est temps que j'arrête de vous lire, M. Serre, j'en viens à faire acte de mimétisme :-)

Philippe de Périgueux

Commentaire de Blogger bird , le 6 juin 2010 à 23:41  

C'est assez intéressant, cette histoire de zone commerciale au diable vauvert. Voyons les choses de l'œil de la bienveillance et gardons l'autre bien ouvert pour plus tard.
Qu'en est-il de l'état des zones commerciales sur Périgueux et ses alentours proches ? Nous avons celle de Trélissac, celle de Boulazac et celle de Marsac. Bien. En ajouter une serait vider le centre-ville de Périgueux des chalands et, par voie de conséquence, vider le centre-ville de Périgueux des commerces et commerçants. D'accord. L'argument tient la route. Pour autant, il me semble assez logique de penser que ces zones commerciales ne s'adressent pas qu'aux seuls habitants du centre-ville de Périgueux. Ne l'étant pas moi-même, je reconnais fréquenter à l'occasion l'un ou l'autre de celles déjà présentes. Je suppose qu'une personne habitant au sud de Périgueux sera contente de pouvoir faire ses courses ici plutôt qu'ailleurs et que, de toutes les façons, n'est pas un client habituel des commerces de centre-ville.
Une autre raison qui pourrait justifier la présence de cette nouvelle zone est la proximité de la déviation de Périgueux qui relie les deux tronçons autoroutiers. Là, nous pourrions penser que des gens de passage pourraient s'arrêter et, pourquoi pas, en profiter pour aller visiter Périgueux... et y faire des achats.
Néanmoins, je ne pense pas que le commerçant du centre-ville de Périgueux soit si important qu'il faille à tout prix le défendre de la menace d'extinction. Qu'il disparaisse, le commerçant de centre-ville, qu'il disparaisse ! Nous lui survivrons.

Commentaire de Anonymous Pascal Serre , le 7 juin 2010 à 09:40  

Bonjour Monsieur Philippe de Périgueux,
Je n’ai pas à vous ôter d’un doute sur les appartenances politiques qui, à mes yeux ne sont l’essentiel mais quand même ; Jean-François a rétabli l’ordre des choses. Merci.
Quand au procès d’intention vous m’en ferez grâce ce n’est pas ma tasse de thé intellectuelle et éthique.
Le développement de ses “Zones commerciales” date des années 1970-1980. C’était tendance et les galeries marchandes attractives. Mais tout est question d’équilibre. Dans la foulée, les vieilles “maisons familiales” commerciales ont disparu du centre ville pour céder le pas aux “Franchises”. C’est aussi une tendance. Là encore on relève une valse des ouvertures et fermetures importantes. Le plus souvent parce que les ratios de la fameuse rentabilité sont insuffisants pour les franchiseurs. Autre débat.
Le projet de troisième Zone commerciale va encore plus fixer les résidents et nouveaux travailleurs sur ce secteur dit du “Pont-du-Cerf” (toutes les Cré@vallées confondues). Certes dans le cadre du PDU ceci réduira les déplacements. Bon point.
Le projet que j’ai pu voir inclus l’implantation de la galerie marchande dite “Montaigne” pour rééquilibrer l’attractivité du centre historique. Michel Moyrand s’y serait personnellement engagé. Le tout prévu pour 2014 année d’élection municipale. Bon point.
Le quartier Saint-Georges, dans sa partie commerciale, en quelques années, s’est modifié et embelli même si il reste beaucoup à faire. Il importe de ne pas faire n'importe quoi, pour des raisons de développement des promoteurs toujours prêts à séduire et, tenir compte des équilibres. On parle déjà d’enseignes qualitatives quittant le centre de Périgueux pour s’installer sur cette troisième zone. Les négociations seraient en cours. Ceci s’appuie sur des analyses économiques et j’en tiens compte. Joker !
Le Sud de l’agglomération est en pleine expansion. C’est un constat qui n’est pas totalement négatif. Encore une fois, faut-il admettre que chaque jour la ville centre se dévitalise. Il n’y a pas que des raisons politiques. C’est l’affaire de tous.
Si vous avez des sujets plus brulants et urgents il me serait agréable de les connaître.
Quand aux bruits de couloir ils sont plus vrais que les communiqués et conférence de presse organisés quand tout est décidé. Ne confondons pas opposition et proposition. Et je confirme le talent des élus à nous mentir, peut-être par nécessité quand ils contestent en mars un projet qu’ils présentent en mai...
Pascal SERRE

Commentaire de Anonymous Pascal Serre , le 7 juin 2010 à 09:46  

Cher Monsieur Bird,

Je suis d’accord avec vous jusqu’au dernier alinéa. Je ne puis souscrire à votre mépris quand aux commerçants de l’hyper-centre. Je lis votre propos comme une provocation et ne puis croire que vous le pensiez même si certains ne font pas preuve d’une grande dynamique et passent beaucoup de temps à se déchirer le chiffon usé qu’il leur reste.
Périgueux est une ville magnifique où il se passe beaucoup de choses. Il y a encore un tissu commercial qui fait honneur et les visiteurs ne s’y trompent pas. Les premiers à ne pas le reconnaître sont ses propres habitants. Les touristes sont émerveillés mais se cassent le nez à l’heure du déjeuner par exemple...
Cher Monsieur Bird, une si belle cité, avec des projets d’aménagements - même contestables - ne doit pas vous laisser penser que ce serait une bonne chose de laisser les lois de la nature économique faire le tri...
La nouvelle zone ne sera qu’un lieu de passage, de transition, une halte comme on en trouve sur les autoroutes. Quand les achats auront été réalisé les utilisateurs poursuivront leur route vers l’Océan ou la Montagne ou encore le Périgord noir. Sauf si une grande politique touristique est menée... Mais ceci reste encore en chantier. Non, Périgueux n’est pas une destination. C’est une simple aire d’autoroute. Mais ça peut changer.
Pascal SERRE

Commentaire de Blogger Périblog , le 7 juin 2010 à 10:41  

Périblog c'est plus qu'un diffuseur d'articles qui émoustillent les méninges... À première lecture, certains billets traitant de politique périgordine peuvent paraître insipides surtout aux yeux des néophytes tels que moi-même. Mais un commentateur qui l'aura sans doute lu une seconde fois (second, voire troisième degré oblige) en aura perçu la vraie portée et communiquera avec intelligence sa pensée. Un autre commentateur participera à la discussion qui se sera engagée, puis un autre... et de fil (de l'Isle) en chas d'aiguilles bien affutées, un débat passionnant se déroulera devant nos yeux.
En tant qu'administrateur et simple lecteur de ce blog, je tiens à remercier l'auteur des billets (Pascal Serre en l'occurrence) ainsi que tous les commentateurs en plein accords ou non avec ce qu'il expose et, qui nous permettent de nous former une opinion juste et balancée sur des sujets plus ou moins sérieux (comme la perte des petits commerces et l'uniformisation de nos centre-villes), que l'on a tendance sinon, à trop vite oublier. W

Commentaire de Anonymous Pierre , le 7 juin 2010 à 10:51  

Qui a laissé partir les trois chambres consulaires à l'extérieur de la ville ? Il me semble que l'ancienne municipalité n'a rien fait, à l'époque, pour conserver dans la ville ces 600 agents. Il est aujourd'hui difficile de s'opposer à la construction d'une nouvelle zone commerciale. Oui, c'est malheuresement l'appât du gain qui structure nos périphériques urbains et vide nos centre-ville. Mais comment ne pas stigmatiser l'erreur politique majeure de l'ancienne majorité et en rester à analyser la seule situation actuelle qui ne peut s'expiquer que par des décisions prises dans le passé.

Commentaire de Anonymous JEAN-CHRISTOPHE , le 7 juin 2010 à 17:51  

Décidément ce blog est bien celui de tous les débats comme on les aime mais on ne voit pas de solution... C'est tjours sympa d'enfoncer des portes ouvertes mais quand même les élus bossent ! Non ? D'accord il y a des choses de couloirs que l'on ne comprend pas toujours, des questions d'argent ou de "je te donne ça et tu me laisse ça". Je voudrais que nos élus soient plus blanc que blanc. Payé au smic avec une simple voiture et pas de champagne ni retro commission. Une toge blanche qu'ils seraient seuls à porter et notre dévotion. Il n'y a pas que le fric et le pouvoir alors commençons ici à Périgueux. Ok Messieurs Moyrand et Cornet ?

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 7 juin 2010 à 17:55  

Pour le départ des compagnies consulaires ce sont les commerçants et artisans eux-mêmes qui ont voté ! D'autant qu'elles vont être supprimées dans deux ou trois ans. Qu'est ce que l'on va faire des bâtiments et des sous engagés ? Ils se sont tirés une balle dans le pied. Bravo. Darcos et Moyrand ont trainé les pieds mais se sont laissé faire comme des gosses

Commentaire de Anonymous Philippe , le 10 juin 2010 à 11:39  

Cher M. Serre,

Puisque vous sollicitez mon aide pour vous informer de sujets brulants et urgents, en voici quelques-uns qui, j'en suis sûr, mobiliseront votre plume aiguisée.

- le quartier de la gare de Périgueux laissé à l'abandon de tout développement ou de toute rénovation d'ensemble.

- les difficultés financières de l'AOL, chargée de la restauration scolaire à Périgueux, et qui a besoin d'aide et de mobilisation de tous si nous ne voulons pas que des sociétés de restauration industrielle nourrissent nos enfants.

- l'annonce de la fin programmée des subventions à des associations culturelles périgourdines car les caisses de la région, du département et de la ville sont vides depuis que l'état refuse de transférer les fonds correspondants aux attributions qui leur ont été allouées...

plus anecdotique :

- l'attitude détestable des propriétaires de chiens qui continuent à laisser leur canidés souiller les trottoirs de Périgueux.

- l'attitude de certains cyclistes qui prennent la voie verte pour une piste de vitesse au mépris des promeneurs

- un bilan sur l'activité de l'Agence Culturelle de Dordogne et sur la cohérence de ses actions depuis sa création (personnellement, j'ai du mal à voir ce que cela apporté de plus à la vie culturelle périgourdine...)

Espérant lire votre point de vue sur ces sujets,

Cordialement,

Philippe de Périgueux

Commentaire de Anonymous Chantal , le 12 juin 2010 à 15:38  

Périgueux change mais pas en bien.
C'est vrai que les commerces ferment les uns après les autres. Malheureusement,maintenant, pour pouvoir trouver son bonheur il faut aller dans les zones commerciales qui se trouvent autour de la ville.

Une nouvelle zone commerciale risque effectivement de faire du mal à Périgueux et aux commerces du quartier St Georges qui va se trouver très proche de cette zone.

Il va falloir en faire beaucoup à la municipalité et aux commerçants de Périgueux pour pouvoir continuer attirer la clientèle.
Et ce ne sera certainement pas en faisant une journée piétonne que cela changera la donne.

Le mal est fait et le pansement ne va pas cacher la plaie dejà infectée.

Commentaire de Anonymous Philippe , le 13 juin 2010 à 14:43  

Cher Chantal,

Une fois encore, habitant le quartier Saint Georges, j'aimerais que vous m'expliquiez en quoi l'ouverture d'une zone commerciale à environ 5 kilomètres de notre quartier va faire du mal à ses commerçants...
Vous pensez réèllement que les habitants de Saint-Georges vont aller acheter leur pain, leurs timbres, leurs cigarettes, leurs fleurs, leurs médicaments, etc... dans la nouvelle zone commerciale alors qu'ils disposent de boulangerie, d'une poste, de bureaux de tabacs, de fleuristes et de pharmacies à côté de chez eux ?

Il faut arrêter de nous prendre pour des imbéciles... Si de nouvelles offres commerciales devaient faire fermer les commerces du quartier St Georges, alors cela ferait belle lurette qu'il n'y aurait plus un seul commerce dans ce quartier avec le centre ville regorgeant de commerces à Périgueux et ce, à moins de 10 minutes à pieds de ce quartier.

Plus généralement pour éviter que les commerces ferment à Périgueux intra-muros, il faudrait peut-être que les commerçants fassent quelques efforts tant au niveau des prix qu'ils pratiquent (en saison il y a de trop nombreux commerçants qui abusent et qui dissuadent les périgourdins, qui refusent de se faire arnaquer comme les touristes, de retourner dans leur établissement une fois la saison passée)qu'au niveau de l'accueil.
Si les habitants de Périgueux font leurs courses dans les zones commerciales périphériques ce n'est pas par amour de ces zones déshumanisées mais parce qu'elles n'ont pas les moyens d'acheter dans les magasins du centre-ville. Bien sur, je vous entend déjà dire que c'est la faute aux taxes et aux impôts, mais là encore, il vous faudra être précise car un commerçant qui avait son échope au centre-ville et qui maintenant se trouve dans une de ces galeries marchandes m'avouait récemment que le loyer de son local plus les "taxes" prélevées par l'hypermarché lui revenaient plus cher que les taxes et impôts locaux en centre-ville. Seule l'affluence de clients potentiels lui permet de mieux vivre.

Philippe de Périgueux

Commentaire de Anonymous Chantal , le 15 juin 2010 à 06:36  

Cher Philippe,

Je réside depuis une semaine sur le quartier St Georges.
Avant je résidais Place de La Clautre.

Pour répondre à votre commentaire, je peux avancer que les gens sont comme des moutons et sont attirés par les zones commerciales.
Je m'en rend relativement compte en voyant le nombre de voitures qui circulent sur la route de Limoges et sur la route de Bordeaux ; ces routes menant à de grandes zones commerciales.
Une nouvelle zone est comme le miel qui attire les abeilles et les mouches.

J'essaye d'ironiser en mettant ces termes mais c'est véridique.

je suis parisienne d'origine et je peux dire que là bas, ils vont dans les zones même le week end.
C'est un programme sortie.
Quel plaisir d'aller s'enfermer dans des magasins plutôt que d'aller se promener dans la nature !!!

Enfin ... c'est comme ça ... pour dire que nos petits commerces sont vraiment menacés et qu'il faut voir la réalité en face.

La poste ne craint rien ni le marchand de journaux et la boulangerie mais le boucher et le petit magasin de proximité, eux, risquent de voir leur chiffre faire un saut vers le bas.

Ce n'est que le point de vue d'une Périgordine sans permis ; qui ne compte que sur les petits commerces de proximité pour faire ses courses et qui à horreur des grandes surfaces.

Monsieur Philippe de Périgueux ai je répondu à votre question ?

Commentaire de Anonymous Philippe , le 17 juin 2010 à 16:57  

Chère Chantal,

Bienvenue dans notre quartier Saint-Georges. Vous vous rendrez très vite compte que ce quartier jouit d'une certaine singularité. Quasiment tout ou presque est sur place. Vous découvrirez son Intermarché qui désemplit rarement que cela soit en semaine ou le samedi, et ce malgré la présence de 2 hypermarchés (Trélissac et Boulazac) pas très loin. Vous y découvrirez son SPAR, seule épicerie ouverte le dimanche qui attire un monde fou. D'ailleurs en passant, vous remarquerez aussi qu'aucun hypermarché n'est ouvert le dimanche dans l'agglomération et que le samedi est, hélas, le seul jour que nombre d'actifs peuvent consacrer au ravitaillement de leur famille (faire ses courses le samedi est rarement un choix).

Vous pourrez acheter votre viande de qualité chez notre boucher qui a repris le fond de commerce il y a 3 ans et qui se porte bien malgré tous ses concurrents autour du Coderc. Peut-être achèterez des fleurs chez nos deux fleuristes ou irez-vous vous restaurer dans nos 5 restaurants. Bref, chère Chantal, vous vous rendrez très vite à l'évidence que s'il est évident que bon nombre d'habitants du quartier Saint Georges se rendent dans les zones commerciales de Trélissac ou de Boulazac pour faire leurs "grosses" courses, l'immense majorité fréquentent naturellement ces commerces que l'on dit à l'agonie si une nouvelle zone devait s'installer à Cré@vallée.

Bref, j'ai beau faire preuve du pire pessimisme qui soit, mais je ne vois toujours pas ce que peuvent craindre les commerçants du quartier Saint Georges de cette nouvelle zone commerciale. Ils ont survécus aux trois présentes zones commerciales donc pourquoi la quatrième les mettrait à mort ?

L'argument ne tient pas la route et j'ai du mal à comprendre pourquoi Pascal Serre et l'opposition municipal vont se fourvoyer dans ce genre d'arguties.

PS : j'ai discuté de cette nouvelle zone commerciale avec un commerçants du quartier qui, selon votre analyse, devrait voir fondre son chiffre d'affaire. Il m'a confié qu'il s'en fichait comme de l'an 40 car on lui avait prédit la même chose lorsqu'une grande enseigne directement concurrente de la sienne s'était installée il y a quelques années à moins d'un kilomètre à vol d'oiseau de son magasin. Son chiffre d'affaire a certes baissé pendant quelques mois, mais il est toujours là, avec une clientèle fidèle et une autre renouvelée et chiffre d'affaire plus élevé qu'à l'époque...

Philippe de Périgueux

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog