Anne-Gaëlle Burban explique l'art contemporain mercredi 22 avril 2009

Premier module : Virgule de l'éphémère

Comprendre l'art contemporain et plus particulièrement l'art conceptuel ou abstrait, est une de mes quêtes intellectuelles les plus pressantes.

Anne-Gaëlle Burban à la Visitation le 7 avril 2009En dépit de tous mes efforts, je reste perplexe devant cette tâche de lumière sur un grand fond noir, ces trainées de peinture qui s'enchevêtrent pour former l'indicible, cette séquence jouée en boucle d'un homme endormi... cela ne me parle guère et en plus, c'est rarement beau. Je suis de ceux qui pense que l'art doit vouloir avant tout signifier quelque chose, avoir demandé un certain effort, être harmonieux en couleur et en forme. Hors je sais que j'ai tort, qu'il s'agit là d'une croyance de béotiens, puisque les plus grands esthètes de ce monde sont sensibles à ces choses et investissent des millions dans des Soulage, des Pollock, des Duchamps, des Hirst... en somme, ces formes d'art ne me plaisent pas, parce que je n'ai pas encore appris à analyser la démarche des artistes qui s'y livrent.Pierre Soulage, Jackson Pollock, Andy Warhol

Andy Goldsworthy
Andy Goldsworthy artiste anglais disait : « Pour qu'il soit d'abord le fait d'une expérience, c'est à dire qu'il soit véritablement compris, l'éphémère exige de s'impliquer dans un temps relationnel. »
C'est pourquoi, lorsque j'ai lu l'excellent article de Marie Deshayes sur la Dordogne Libre au sujet d' Anne-Gaëlle Burban une passionnée d'art contemporain et, que j'ai appris par ce biais que cette dernière allait tenter d'ouvrir notre esprit ankylosé à la compréhension de l'art contemporain, j'ai presque sauté de joie... on prend son pied comme on peut.

Cela se passait le 7 avril à 20h00, dans une des salles au deuxième étage de la Visitation, rue Littré. Au son à peine perceptible d'un harmonium et des chants d'une chorale fusant au travers des parois bétonnées, Anne-Gaëlle s'est lancée dans une présentation claire et passionnante. Elle ne lisait pas le texte sur ses visuels, mais les accompagnait d'anecdotes enrichissantes, ce qui est la marque d'une vraie pro de la présentation. Comme toujours lorsque je vais à une conférence, je n'y ai pas mis toute la concentration requise pour bien comprendre le sujet débattu, mais il m'est resté tout de même quelques bribes et je n'ai absolument pas eu l'impression d'avoir perdu mon temps.Anne-Gaëlle Burban parle de l'éphémère dans l'art contemporain
Anne-Gaëlle Burban parle de l'éphémère dans l'art contemporain - ici une œuvre de Krzysztof Wodiczko artiste polonais surtout célèbre pour ses projections sur des monuments. En 1988 Wodiczko écrivait : « À notre époque plus encore qu'avant, le sens que prennent nos monuments dépend du rôle actif que nous jouerons pour en faire des lieux de mémoire, d'évaluation critique de l'histoire que des sites de discours et d'actions publiques. »
Je reste conscient que si un jour l'art contemporain n'avait plus de mystère pour moi, il resterait des œuvres qui ne me parleraient toujours pas. Car si je finis par percevoir un esthétisme au-delà de l'horreur ou de la discordance que perçoivent mes yeux et mes oreilles, je sais que l'art est un moyen d'expression et que dans toutes formes d'expression il n'est pas exclu que l'artiste parfois bredouille, soit incohérent, ou qu'il dise, délibérément ou pas, tout simplement des conneries.Pierre Huyghe - Chantier Barbès Rochechouart, Paris
Pierre Huyghe - Chantier Barbès Rochechouart, Paris. Huygue disait en 1996 : « Je repère ainsi des mini-situations dans la vie ordinaire, dont je sais qu'elles vont se répéter avec le temps. L'image en elle-même n'a pas d'importance, mais c'est son rapport à la réalité qui fait sens : c'est une image reliante. »

La prochaine discussion sur le sujet de l'art contemporain aura lieu le 19 mai à 20h00 au même endroit. Le thème sera « les couleurs du temps » ou comment les artistes nous amènent dans une expérience esthétique de la durée. Il s'agira du dernier module de la série.

Libellés : , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Blogger catherine , le 28 avril 2009 à 11:30  

Je suis, moi aussi une passionnée de l'art contemporain, et je vous l'accorde, il n'est pas toujours facile à appréhender. C'est pourquoi l'année dernière j'ai crée un blog qui par le biais de l'actualite, à pour but d'aider à la compréhension de cet art.
Je le remodèle en ce moment, dans le but d'être plus proche de l'attente de mes lecteurs.
Voici le blog:
Le Blog de Catherine Membre

Commentaire de Blogger Brigitte , le 18 mai 2009 à 13:09  

Je ne suis pas moi même passionnée par l'art contemporain ...... je préfère que l'on parle de transmission de sensations bonnes ou mauvaises.....à chacun de percevoir selon sa sensibilité et ses capacités....
En figuratif nous avons une réflexion directe , en abstrait ,seul à mon avis le ressenti compte....c'est une autre démarche....
Mais d'une manière générale l'Art doit rester entier, le figuratif n'a pas encore tout dit et l'abstrait n'est pas forcément un aboutissement de tout.....alors restons modestes...et l'esprit ouvert sur tout ce qui peut être bon pour chacun selon sa propre sensibilité...

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog