Le Perigord sous la neige et O Delices Kumpir mercredi 7 janvier 2009

En descendant en ville lundi matin, je me suis aperçu qu'il y avait un nouveau troquet en face du lycée Laure Gatet : Ô Délices Kumpir.
Ô Délices KumpirÔ Délices Kumpir
Je connais un peu le patron pour avoir occasionnellement bu le café avec lui sur la place du Coderc. C'est un homme charmant d'origine turque, parfaitement intégré. Il sert des plats simples typiques de son pays, que les lycéens et autres clients, peuvent aller manger accompagnés d'une boisson, s'ils le désirent, dans la salle du haut où sont posés de nombreux poufs et tables basses (ainsi que quelques tables pour y faire les devoirs). La salle est claire et confortable et sera sans doute un endroit fort agréable où il fera bon papoter ou travailler quelle que soit la saison.

Le baklava qui est offert (voir le menu sur la première photo) est un dessert traditionnel des anciens pays dominés par l'Empire ottoman. C'est un met assez sucré et constitué de pâte phyllo, de sirop de sucre (remplacé par du miel en Grèce) et, selon les recettes, de pistaches, de noix ou de noisettes (sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Baklava).

Grand froid à Périgueux

Périgueux sous la neige le mardi 6 janvier 2009Mardi matin, Périgueux, comme tout le reste de la région s'est levé sous un fin manteau de neige et un froid qui, au fil des heures, est devenu de plus en plus glacial.

Pensons aux plus démunis

J'en profite pour vous signaler le numéro à appeler si vous rencontrez des personnes avec ou sans domicile fixe dans des situations qui prêtent à croire qu'elles passeront la nuit dehors ou mal abritées et sans chauffage.
Le numéro à appeler en cas d'urgence est le 115

l'« Association de Soutien de la Dordogne » a été créée pour leur venir en aide. Elle organise des « maraudes », c'est-à-dire des circuits effectués dans l’agglomération périgourdine par une vingtaine, je crois, de professionnels de la santé, chacun accompagné d'un bénévole. Ils ont aussi un véhicule identifié « veille sociale 115 ».

Que pouvons NOUS faire ?

Un grand nombre d'entre nous qui n'avons jamais accompli un acte solidaire conséquent de notre vie, ne pouvons rester pour toujours indifférent à ce genre de situation. La pauvreté et la vulnérabilité sont partout autour de nous, il suffit pour s'en persuader, de détacher les yeux de son nombril.

« Solidarité » sera, dans les médias, un des mots les plus fréquemment utilisés dans le courant des années à venir. Donnons à ce mot un sens véritable et, apprenons à l'accompagner dès à présent d'actions concrètes. Enseignons-le aux enfants aussi, qui sont trop souvent, par la faute des parents et de la télévision sans doute, esclaves des modes technologiques ou vestimentaires et n'ont pour unique ambition que celle de s'enrichir vite et de surconsommer, ajoutant ainsi aux maux d'une planète déjà bien malade. Loin de moi l'idée de jouer au moralisateur ; ce qui peut paraître comme une leçon de morale à l'égard des lecteurs s'adresse avant tout à moi-même.

Bonne journée et couvrez-vous bien.

Libellés : ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Beauvert , le 17 janvier 2009 à 14:57  

Bonjour William,

J'ai lu votre commentaire sur le blog de Boguy au sujet de la truffe.
Bien sûr les gens associent facilement la truffe au prix colossal rapporté au kilogramme.
On peut trouver une belle truffe pour le prix d'un paquet de cigarettes...
à chacun ses plaisirs !

_________Merci pour le com____________
Ceci est en réponse à un billet sur un autre blog (Boguy) qui parlait de la fête internationale de la truffe à Sarlat. Je disais qu'elles étaient naturellement bien trop chères pour moi.
Une belle truffe pour 5 Euro ? Il faudra me la montrer. puis me dire quoi en faire afin de ne pas la gâcher...

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog