Projet Leclerc du Clos-Chassaing mardi 28 octobre 2008

[ Note (02-11-08) : si ce sujet vous intéresse, veuillez lire aussi les commentaires. W ]

Maurice Melliet - durant un vide-grenier en 2007Maurice Melliet citoyen du monde, m'a fait part de son mécontentement en ce qui concerne le projet de remplacer le petit Leclerc du Clos-Chassaing par un stade ou par une maison de retraite (c'est-à-dire que celle-ci se dresserait tout près des murs de la prison que l'on voit à droite sur cette photo). Il semblerait que notre maire, Michel Moyrand ait donné son aval à ce projet et qu'il pencherait pour la maison de retraite...

Ce serait, à mon avis, désastreux pour le centre ville si ce commerce de proximité, que vous et moi utilisons régulièrement pour faire nos courses, disparaissait.

Il n'est pas coutumier d'entendre Maurice prendre le parti d'un fleuron du capitalisme français tel que Leclerc, mais dans ce cas précis, il sait, pour être lui-même du quartier, que les gens d'ici souffriront de ne plus pouvoir faire leurs achats à des prix raisonnables aussi près de leur porte. Monoprix en centre ville n'est pas une option car c'est bien trop cher, et les autres grandes surfaces nécessitent une voiture pour s'y rendre.

Si cela devait arriver, ce serait d'autant plus dommage que le Leclerc fait, depuis quelques mois, de gros efforts pour améliorer ses prestations (bien que personnellement je trouve le prix de la viande trop élevé par rapport à celui de l'Intermarché).

Je ne sais pas où en est le projet dont m'a parlé Maurice, et pour vous dire la vérité, je n'en connais l'existence que depuis une semaine. Est-ce bien sérieux ? Si ça l'est, et s'il faut signer ou faire signer une pétition pour que le Leclerc reste en centre ville, je serai de la partie.Le petit Leclerc du Clos-ChassaingVoici ce que Maurice à envoyé à divers média et aux élus de la ville de Périgueux :

Ne jetez pas les vieux avec l'eau de la vaisselle !

Cela fait presque vingt ans que j'apprends que le « petit » Leclerc de Clos-Chassaing va se saborder dans ce vaste bocal capitaliste qui consiste à faire encore plus de fric !
Vendre du vent pour acheter du vent ! Sera-t-il plus fort ? Ce vent alimenté par un capitalisme terroriste basé sur la pauvreté des vieux et des moins vieux !

Aujourd'hui, le Leclerc du centre ville est remis en question !
Des inepties apparaissent quant à la vocation future de ce terrain laissé tellement vague
dans les esprits chagrins que l'on se demande sur quelle planète sommes-nous ?

La municipalité avec le Maire en tête annonce déjà la couleur sans se battre ! Incroyable, la gauche fait mieux que la droite ! Elle cède le terrain sans combattre !
Faire passer les vieux de consommateurs à mateurs ! Regardez la charmante auxiliaire de vie remplir les assiettes de purée et de viande hachée dans ce que sera ce nouveau lieu ! Un lieu de fin de vie !
À la porte les vieux ! Au pire dans un Parc surnaturel pour animaux vieillissants !

Et puis il y a l'autre version ! Presque aussi folle que la première ! Même un peu plus, puisque cela consiste à faire un stade en centre ville pour voir circuler quelques hommes en short se disputant un ballon même pas rond ! Et tout ça pour le pognon !

Remarquez que l'idée n'est pas innocente ! Certains spectateurs pourront voir entre deux barreaux ces gaillards taper dans un ballon en toute liberté !

De qui se moque t-on ? J'aimerais voir Monsieur le Maire faire ses courses en poussant le Caddie à la place de sa femme par simple galanterie, et pour vérifier les prix qui grimpent tellement que l'on est plus assez grand pour en distinguer les étiquettes.

Et puis, qu'il jette un regard sur la clientèle afin d'en découvrir le profil social ! La petite dame avec son auxiliaire de vie qui l'aide à faire ses courses de la semaine.

L'étudiant qui calcule parce qu'il n'a que trois euros à mettre dans le commerce de proximité pour manger sur la journée vu qu'un propriétaire de dortoirs fait des bénéfices en lui piquant 350 euros de loyer par mois.

Et puis, je vois des retraités venant à pied, qui avec la calculette additionnent des achats afin de ne pas dépasser la petite pension que la caisse de retraite croit leur offrir avec bonté !

J'ai même rencontré des SDF presque heureux parce que je leur offrais de quoi acheter un morceau de pain et une tranche de jambon parfois subtilisé en bière et autre boisson !
Même qu'une fois ce bon SDF avait préféré nourrir son chien plutôt que de se boire une bouteille en plastique pleine de faux pinard !

Voilà Monsieur le Maire, ce que l'on peut voir en ce moment à la place d'un match de je ne sais quel sport et des clients qui compte à chaque rayon pour ne pas se faire dépasser par la mondialisation !

Mais tout va bien ! les banques mondiales ont fabriqué et réussi une superbe révolution ! Se faire renflouer par les cons-tribuables par l'intermédiaire de l'État providence et qui sont aussi des électeurs à l'occasion des échéances !


Maurice Melliet
Citoyen de ma ville
et nouveau membre
du Nouveau Parti Anticapitaliste

Libellés : ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Anonyme , le 28 octobre 2008 à 20:35  

Je me permets d'apporter quelques précisions. Car si certains éléments de ce billet peuvent faire l'objet de discussions, en revanche, certaines suppositions doivent être recadrées.

Comme l'a annoncé la DL (http://www.dordogne.com/article-2026-un-stade-et-un-centre-leclerc-dans-les-cartons.html), il y a un projet de stade et un projet de nouveau Leclerc. En aucun cas il n'y a pour projet de mettre un stade en lieu et place du Leclerc de Clos-Chassaing. Notre quotidien local faisait état d’un projet de nouveau stade à la place de l’existant accompagné d’un magasin Leclerc.

Premièrement. Tout se discute, mais jusqu'à preuve du contraire, pétition ou pas pétition, on évoque une propriété privée, dont le droit protège la liberté de décision concernant la destination des biens.

Deuxièmement, pourquoi ne pas lire directement ce que le maire a proposé sur le site de la mairie: http://www.ville-perigueux.fr/sxactualites.asp?page=1&PK_actualite=731
La maison de retraite serait accompagnée d'une "galerie commerciale abritant boutiques et services". Autrement dit, le maire, conscient des besoins en commerces de proximité pour les personnes âgées, propose déjà de compenser la perte du Leclerc par d’autres commerces.

Enfin, il y a un besoin réel à Périgueux d'hébergement de vieillesse tout simplement parce qu'il y a de plus en plus de retraités, bien au-delà de la moyenne. L'idée d'une résidence pour personnes âgées n'est donc pas un pur délire quand même!
En amalgamant le projet et les aménagements nécessaires pour les services aux personnes âgées aux problèmes de finances mondiales et aux subprimes en définitive, on se trompe de colère sans être réellement constructif.

Respectueusement

__________Merci pour le commentaire________
Merci pour cette clarification

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 29 octobre 2008 à 11:39  

En réponse à la « chouette » dont je connais certains membres et dont j’apprécie également leurs engagements citoyens.

C’est à la lecture de l’article de la DL que j’ai réagi. Après que le contenu soit vrai ou pas, c’est aux journalistes de prendre la responsabilité de leurs écrits. Moi, je me suis basé sur ce que j’ai lu. Et cela était bien clair dans mon esprit.

On ne peut décider à la place d’une entreprise privée, je le reconnais volontiers ayant eu moi-même une entreprise pendant plus de vingt ans. Mais, je pense qu’une analyse plus poussée avec le propriétaire de cette moyenne surface commerciale devrait être faîte avec les élus de la ville. Car, aujourd’hui, si l’on décide d’une maison de retraite et d’une galerie commerciale accompagnant ce lieu de résidence, l’on va encore vers le haut, alors que ce sont ceux d’en bas qu’il faut aider ! Les pauvres ayant des petits revenus. Je m’explique.

Cette maison de retraite ne sera pas accessible à tout le monde ! Je ne vois pas comment une personne âgée ayant à peine le SMIC par mois pourra y avoir droit quand on connaît le coût mensuel de ce genre d’hébergement qui souvent tourne aux environs de 1500 Euros, voire plus !

Ensuite cette galerie commerciale ne pourra pas satisfaire tous les publics quand à leur niveau de vie, Je suis bien placé pour connaître les budgets des pauvres avec ma responsabilité à Emmaüs qui viennent chercher un manteau à quatre Euros et un pull à deux Euros.

Je crois que le débat public doit commencer rapidement avant que les choses soient décidées sans les gens concernés.

Les élus doivent dès maintenant consulter « la base ». Nous ne sommes pas des moutons qui votons une fois tous les sept ans sans apporter nos remarques et nos idées entre les deux échéances.

Je suis prêt pour ce débat sur ce projet et bien d’autres s’il le faut.

Soyons citoyens de notre ville avec un regard neutre mais vigilant.

Maurice Melliet
citoyen de ma ville

_________Merci pour le commentaire________
J'ai envoyé un email à notre maire Michel Moyrand afin qu'il prenne connaissance de ce débat. Je ne garanti pas qu'il le lira (l'email et/ou le débat)...

Commentaire de Blogger Périblog - William Lesourd , le 30 octobre 2008 à 13:55  

Le formulaire pour les commentaires joue encore des siennes (trop compliqué, pas fiable) et beaucoup de commentaires ne me parviennent pas.

Pour tous commentaires dorénavant, veuillez utiliser mon formulaire de contact (lien sous ma photo) ou mon adresse email si vous la connaissez, merci.

Veuillez notez que l'adresse web de la proposition de la mairie (dont parle La Chouette dans son commentaire) a changé :
http://www.perigueux.fr/SXactualites.asp?PK_actualite=746

W

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 31 octobre 2008 à 05:47  

J’ai pris connaissance avec intérêt du billet que vous consacrez à la question du possible déménagement du magasin Leclerc de Clos-Chassaing.

L’annonce du déplacement de cet établissement, sur un autre lieu dans la ville, envisagé par le propriétaire du magasin - déménagement, je le précise, qui n’est en rien certain - a en effet suscité de nombreuses interrogations parmi la population.

J’ai déjà reçu des courriers à ce sujet et j’ai répondu à ceux qui m’interpelaient. Je leur ai dit que je comprenais les inquiétudes qui sont exprimées et que je suivais cette question de très près. Je tiens également à préciser, contrairement à ce qui est suggéré dans certains commentaires de ce blog, que je n’ai pas donné un quelconque « aval » à ce projet. La raison en est simple : le choix de cet éventuel déplacement serait de l’entière responsabilité de son propriétaire. A ce niveau de la réflexion il faut quand même connaître la différence entre droit privé et compétence municipale.

En revanche, et je l’ai évoqué à plusieurs reprises lors de la campagne des élections municipales, je réaffirme que, si le magasin devait être déplacé par son propriétaire sur un autre site, je travaillerais à l’installation, sur l’emplacement laissé vacant à Clos-Chassaing, d’une résidence pour personnes âgées qui comprendrait aussi une galerie commerciale abritant boutiques et services. Des opérateurs spécialisés dans la construction et la gestion de ce type de structure m’ont déjà exprimé, par lettre et par téléphone, leur intérêt pour un tel projet, qui resterait bien sûr à affiner.

Michel Moyrand

Maire de Périgueux

Commentaire de Blogger Périblog - William Lesourd , le 31 octobre 2008 à 08:30  

Merci M. Moyrand pour votre explication.
Nous n'avons effectivement pas le droit légal de nous opposer à un éventuel projet de déplacer le Leclerc, dû au fait qu'il s'agit d'une propriété privée. Si cela devait se faire, je n'ai aucun doute que vous joueriez de votre influence pour que le meilleur choix de re-développement soit fait, afin qu'il ne pénalise pas trop la localité.

Vous comprenez qu'il serait néanmoins dommage de perdre un mini super-marché en centre ville qui offre présentement aux habitants, qui ne veulent ou ne peuvent se déplacer dans les grandes surfaces de la périphérie, le moyen de faire des courses à moindre coût (un atout vital de nos jours) dans un endroit où le choix d'articles de consommation courante mis sur les étagères n'a pas grand chose à envier à celui qu'on trouve dans les très grandes surfaces.

Sur le plan personnel, je me suis habitué aux économies que je fait au Leclerc du Clos-Chassaing, à la qualité des produits et a la proximité du magasin. Je serais ennuyé de ne plus pouvoir y faire mes courses et je ne peux pas imaginer être le seul dans ce cas.

____À La Chouette qu'est si chouette___

Effectivement, on ne pétitionne pas contre une personne privée. N'existe-t-il pas cependant un moyen d'exprimer publiquement et en grand nombre son mécontentement à la décision que pourrait prendre une personne privée, lorsque cette décision risque d'affecter négativement la vie de toute une communauté ? Il ne s'agirait pas de la forcer à changer d'avis, puisque cela n'est pas légalement possible, mais il s'agirait d'exposer les difficultés que sa décision causerait, et surtout de faire appel à son sens moral, en espérant qu'elle trouve une solution plus acceptable ou revienne tout simplement sur sa décision.

Mais bon, c'est sans doute une question de gros sous contre laquelle nous ne pouvons rien, et nous sommes loin encore du jour où les gens nantis sacrifieront tous un peu de revenu pour le bénéfice des gens moins fortunés.
W

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 31 octobre 2008 à 09:16  

Je ne suis pas trop concerné par ce déménagement. Quelques petits commerces ne seraient ils pas favorables à cette machine à fric qu'est le monstre Leclerc...

____Merci pour le commentaire____

Les petits commerces sont inexistants (ou presque) dans ce quartier, et pour cause...

Donc toute mon attention est tournée vers ceux du quartier et d'ailleurs dans la ville qui n'ont pas à faire des kms en voiture pour profiter de prix relativement bas comme seul un supermarché tel que "le monstre" Leclerc peut les pratiquer. W

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 31 octobre 2008 à 13:16  

En premier lieu il s'agit d'un projet de déplacement d'une surface commerciale privée.
1. Propriété privée = liberté de choix
2. Déplacement veut dire que le "malheur" des uns fait le "bonheur" des autres, ce ne serait donc pas si négatif pour une autre partie de la population, pas plus riche au demeurant.
3. Surface commerciale porte bien son nom. La fonction est de créer de la richesse, pas de se préoccuper des questions de morale.
4. Avant de crier haro sur le baudet et s'engager dans un rapport de force pétitionnaire par exemple, il serait possible de voir comment les pouvoirs publics, en partenariat avec le propriétaire et les riverains pourquoi pas, envisagent la restructuration de cet espace. Pour cela il faut laisser le temps de travailler et attendre des propositions concrètes.

Ce n'est pas le projet que je défends, c'est la prise en compte de certains principes de réalité, bons ou mauvais à chacun d'en juger. Je pense en tout cas qu'il y a plus intérêt à d'abord chercher des solutions, démarche constructive et positive, avant de foncer sabre au clair et ouvrir un rapport de force sans avoir tous les éléments du dossier.

Je ne vois pas en quoi un petit Leclerc serait plus favorable que des commerces de proximité à couts et produits équivalents. Prendre la défense de Leclerc pour dénoncer les injustices de traitement humain et financier dans la société, me semble étrange, lorsqu'on connaît les habitudes commerciales de ce groupe financier, qui est un prédateur en matière de valeur ajoutée au détriment des producteurs dépouillés par ses centrales d'achats. De même que oui il faut intervenir en faveur des plus démunis et bien plus que cela est fait. De là bloquer un projet de maison de retraite parce qu'elle ne serait pas accessible à toutes les bourses, me semble être un nivèlement de principe, délétère et aussi injuste que dans le cas inverse. Ce n'est pas les maisons de retraite qu'il faut empêcher de se faire, c'est donner les moyens à ceux qui en ont besoin d'y accéder.

Cordialement

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 2 novembre 2008 à 09:34  

En réponse à Monsieur Moyrand, Maire de Périgueux et au pseudo monsieur « Beauvert » Messieurs,
Vos idées et vos opinions sont louables autant que celles des autres intervenants sur ce problème. Mais il faut aller un peu plus loin dans cette réalité ! Comment une personne âgée pourra prétendre s'installer dans un tel établissement pour des milliers de retraités et avoir accès à des magasins avec une retraite ne dépassant pas 600 ou 800 Euros par mois ? Et ceci n'est pas un minimum ! Parfois, c'est beaucoup moins que ça ! Quand vous observer une petite dame au rayon boucherie qui remue toutes les barquettes pour trouver un prix qui correspond à son faible budget alimentaire sans tenir compte du poids, de la qualité et parfois au détriment de sa santé ! Alors comment faites-vous ? Ce n est pas une maison de retraite inaccessible et des magasins dits de « luxe » en galerie marchande qui vont lui fournir l'essentiel pour vivre correctement Moi, j'ai observé ce phénomène assez souvent pour en être vraiment conscient ! Donc vos grandes idées sociales sont bien loin de la réalité. On ne refait pas un monde parfait sans en voir étudier les inconvénients et sans en appréhender les vérités. Aujourd'hui, on laisse la place à la marchandisation au détriment de la sensibilité humaine. Une ville comme Périgueux se doit de prendre en charge le bon et le malheur.

Monsieur le Maire, je ne mets pas en doute votre volonté d'aider les plus démunis puisque c'est logiquement la vocation d'un parti de gauche, mais je pense que vous vous devez d'aller voir de plus près les réalités afin de mieux en réduire les effets négatifs. Je ne me mets pas en valeur parce que je suis bénévole à Emmaüs et que je participe à la maraude l'hiver dans Périgueux, mais je crois être au cœur du sujet pour en dénoncer cette réalité qu'il nous faut réduire au maximum afin d apporter plus de bonheur aux êtres humains qu'ils soient SDF, petits retraités, malades et autres conséquences de notre société à l'envers.

Monsieur Moyrand, je pense que vous réagirez à ce courrier, et je me tiens prêt à une concertation avec vous où avec vos adjoints concernés. Croyez bien que cela n'a en aucune façon, le but d'être en opposition avec votre politique mais seulement d'être en accord avec notre rôle d'aider les plus démunis avant toute autre considération partisane. Je suis un citoyen du monde, donc de ma ville au même titre que vous.

Maurice Melliet

Commentaire de Blogger Périblog - William Lesourd , le 2 novembre 2008 à 18:17  

Réponse à La Chouette (commentaire ci-dessus).
1. Propriété privée = liberté de choix : c'est clair, reçu 5 sur 5...
2. Si le Leclerc est déplacés cela fera des heureux ailleurs, je n'en doute pas... mais ceux qui s'approvisionne régulièrement dans cette grande surface et qui se retrouveront à devoir faire leur courses dans des galeries commerciales ou le choix sera moins grand et les prix plus élevés (c'est un fait), feront grise mine. Donc effectivement le malheur des "uns", c'est à dire le notre, fera le bonheur des "autres", ceux près de qui le Leclerc s'installera.
3. Là, nous parlons de Leclerc qui, quoi qu'il arrive fera toujours des bénéfices substantiels. Si le propriétaire anticipe un accroissement très important de son revenu en délocalisant, soit, qu'il le fasse sans aucuns remords, et tant pis pour nous (et tant mieux pour les autres). Sinon, nous en appelons au propriétaire pour qu'il laisse son magasin là où il fait des heureux. Ce serait une décision morale qui peut-être, s'avérerait être la meilleure financièrement. Je peux comprendre que ceux qui vont faire leurs achats en périphérie ne soient pas très convaincu par ce que Maurice et moi disons. Il faut être client dans ce Leclerc, profiter, et voir profiter les autres des prix raisonnables, du grand choix et de la gentillesse des employé(e)s, pour comprendre ce qui nous motive.
4. Ce sont les gens qui crient haro sur le baudet qui réveillent les consciences. S'ils peuvent suggérer des solutions aux problèmes qu'ils exposent, tant mieux, mais ce n'est toutefois pas leur rôle. Bien informés ou pas, ils lancent les débats, dénoncent les injustices ou les inepties. N'est-ce pas en soit quelque chose de salutaire ?

Comme toi, je pense que Leclerc, comme Carrefour, Intermarché et les autres dépouillent les producteurs, et qu'ils devraient faire de gros efforts pour payer aux producteurs un prix juste, tout en maintenant un prix de vente que nos bourses peuvent s'offrir. C'est à dire qu'ils doivent réduire leur marges de profit. Cela n'empêche pas que Leclerc en particulier a montré c'est derniers temps un visage un peu plus humain ; Michel-Edouard Leclerc est-il entré dans l'âge de raison, ou est-ce tout simplement du marketing ?... en attendant de le savoir, je trouve que l'on devrait prendre note de ce semblant d'humanisme et, sinon montrer de la reconnaissance, villipender avec plus de retenue. Reconnaitre les bonnes actions, aussi petites soient-elles, est la meilleur façon d'encourager les cancres à devenir de meilleurs élèves ou les tyrans à devenir des chefs d'état magnanimes.

Pour ce qui est de la maison de retraite, je suis de nouveau de ton avis (ce que dit Maurice n'est pas faux pour autant) ; mais je ne m'engagerai pas dans ce débat duquel je suis, de par mon âge, encore un peu éloigné. Personnellement, je pense qu'il serait plus naturel de la bâtir sur les bords du canal plutôt qu'en centre ville, au milieu de toute cette circulation, et sous les hauts murs d'une prison...

Amicalement, W

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 2 novembre 2008 à 18:19  

Comme d'habitude, il y a amalgame entre maison de retraite et foyer logement et ici de quoi parle-t-on? : Une maison de retraite (ce terme tant à disparaître pour être remplacé par EHPAD) reste un lieu de vie ouvert où les résidents, même malades, ont envie et besoin de sortir acheter des pommes de terre pour "faire la soupe". Un foyer logement est une habitation non médicalisée où des personnes âgées ont des appartements "normaux". Ces lieux de résidence et de vie sont une nécessité dans une région vieillissante telle que la notre; et même si cela reste chère, des aides existent. Quelqu'un parlait de personnes âgées du quartier venant faire leur courses dans le Leclerc; ces mêmes personnes âgées seront peut-être contentes, un jour, de trouver une formule d'habitat adaptée à leur vieillissement, à leur handicap et qui leur permettra de rester dans leur quartier. Bien évidemment, je suis d'accord quant à l'utilité de magasins de proximité qui sont essentiels à la vie de quartier et à la vie tout court.
Je suis Périgourdine d'origine et j'ai toujours entendu dire que cette "moyenne" surface devait fermer (même au temps de COOP si mes souvenirs sont bons quant au nom de l'avant Leclerc) donc, je me demande si tout ceci n'est pas une tempête dans un verre d'eau.
Biz
TTNE (animatrice en EHPAD)
________Merci pour le com________

Tu apportes des éléments intéressants dans cette discussion. Si l'on écarte un instant le sujet de la délocalisation du Leclerc, Maurice Melliet, M. Moyrand, La Chouette, ou TTNE, vous arrivez tous à un même constat : la population vieilli et il faut trouver de nouvelles méthodes efficaces et peu onéreuses pour venir en aide à ceux qui sont démunis et qui bientôt ne pourront plus se prendre en charge. Ce sera, avec la recherche d'une alternative au pétrole, la surpopulation etc, un des grands défis de notre siècle. W

Commentaire de Anonymous Anonym , le 22 juillet 2010 à 14:30  

En fait ce n'est même pas un "petit" Leclerc qu'il faut dans le centre ville mais de vrais magasins, à taille et à visage humains

Saint-Front de Perigueux lundi 27 octobre 2008

Saint-Front de Périgueux - la salle principale
Saint-Front place de la Clautre
La cathédrale St Front est inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, au titre d’étape majeure du Pèlerinage de St Jacques de Compostelle.
Je décidais, samedi après-midi, d'aller rendre visite à l'abbé Roberto RAMOS-PERTUS sur son lieu de travail... la cathédrale Saint-Front ! Bel endroit, éclairé, grand, pas encore trop froid. Nous avons papoté quelques minutes avant qu'il aille baptiser un nouveau né. J'ai remarqué une affiche en sortant de l'édifice, qui disait que le 25 octobre était le jour de fête du saint patron de l'église. J'avais semble-t-il choisi mon jour, ou plutôt quelqu'un la haut l'avait choisi pour moi... Vous trouverez le texte de l'affiche recopié en bas de ce billet. Bonne lecture à tous, que vous soyez croyant ou pas.

Saint-Front - sous l'entrée principalePère Roberto RAMOS-PERTUS à l'intérieur de l'église Saint-Front
[1] Saint-Front de Périgueux - coté entrée place de la Clautre [2] L'abbé Roberto RAMOS-PERTUS
Voyez ici une bien jolie visite virtuelle de l'intérieur de la cathédrale sur le site du Pèlerin/La Croix ›

Vitrail de l'église de Saint Front

Saint Front de Périgueux

Fêté le 25 octobre

Saint-Front patron du diocèse et de la ville de Périgueux

Vitrail montrant la tête de Saint Front« Ton histoire se mêle à la légende. Il semble bien que tu sois né sur l'actuelle commune de Lanquais, probablement au VIe siècle de notre ère.
Ton histoire se perd dans la nuit des temps et nul ne peut dire avec certitude ce que fut ta vie !
La dévotion populaire, portée par bien des légendes apocryphes, a fait de toi un saint. Le premier de la longue lignée de ces hommes et de ces femmes qui ont témoigné de l'Évangile sur la terre du Périgord !
De la nuit des temps, tu te dresses porteur de la lumière de l'Évangile, animé du désir de nous aider à l'accueillir pour en témoigner en paroles et en actes.
De la nuit des temps, tu nous rappelles que cette Parole est un feu dévorant capable de tenir en échec tous nos démons intérieurs et d'ouvrir dans nos cœur si souvent fermés, une brèche d'où peu jaillir la source intarissable de l'amour de Dieu, manifesté en Jésus-Christ, et répandu en nous par l'Esprit-Saint. »

Abbé Thierry Nicot, curé de la paroisse Saint-Front Les Cadouin


En Dordogne, bien des communes se sont placées sous sa protection :
  • Saint Front d'Alemps
  • Saint Front La Rivière
  • Saint Front de Padoux...
Sa célébrité reste aussi vive en Italie – où il serait passé – en laissant des traces de son ministère à Bolsène – il est présent dans la légende de Sainte Catherine –, mais aussi à Frontone où il est représenté sur un vitrail de l'église, ou encore à Sanfron.

Diocèse de Périgueux & Sarlat Faire un don
Monsieur l’Économe diocésain
38 avenue Georges Pompidou
BP 5064
24005 Périgueux Cedex
Tel :05 53 08 37 61
Fax :05 53 54 03 25
En savoir + sur le diocèse de Périgueux et Sarlat http://catholic-dordogne.cef.fr/ ›
(Cliquez sur Arts sacrés dans le menu de gauche du site pour en savoir plus sur la cathédrale Saint-Front)

Libellés : ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Frank K W Allen Retrospective Perigueux

Frank K W Allen peintre (1941 - 2007)
Frank K W Allen peintre
(1941 - 2007)
Le journal Sud-Ouest disait de lui qu'il parlait peu mais, attentif à tout, tutoyait l'infini du bout de son pinceau un peu fou. C'était un chevalier des couleurs...

Lui, c'était Frank K. W. Allen un artiste peintre onirique que je connais mal pour ne l'avoir vu qu'une fois auparavant, mais dont les peintures aux sujets tarabiscotés se sont enroulées dans ma mémoire. Je m'étais rendu au théâtre de Périgueux sans savoir que Pénélope Allen y avait organisé, du 10 au 19 octobre, une rétrospective autour des œuvres de son défunt mari. Ainsi j'ai pu les admirer le jour même où l'exposition fermait ses portes, et j'ai bien sûr pris quelques photos que voici.
Frank K W Allen - deux peintures / two paintingsFrank K W Allen - déménagement
Penelope Allen devant une peinture de Frank K W Allen
Pénélope Allen (à gauche) devant une des peinture de Frank K W Allen
Des personnalités de la région qui l'ont mieux connu et compris que moi en parlent ci-dessous :
Selon Jean-Claude Allard, Président de la Société des Beaux-Arts du Périgord : « Frank K. W. Allen constituait une école à lui tout seul. Ce bourlingueur parti des hauteurs de Manchester pour finir par jeter l'ancre à l'ancienne gare de Valeuil, a développé un style à lui, mêlant avec humour, fantastique et bucolique, mythes et exotisme, jolies filles et démons.
Il avait même créé son propre matériau, le « mixed media » à base de peinture à l'huile, d'encre de Chine, de tempéra, de glacis et de gouache pour mieux fixer, dans de folles sarabandes, châteaux célestes, piranhas cruels, dragons bleus et gardénias multicolores. »
Frank K W Allen deux peintures - photos envoyée par Marcel Pajot
Ces deux photos et celle illustrant le poème m'ont été envoyées par M. Pajot
Quant à Marcel Pajot, célèbre peintre périgourdin, voici ce qu'il dit en termes lyriques :
« Les œuvres de Frank Allen évoquent pour moi des cartes de géographie ; géographie du cerveau pour les plus matérialistes d'entre nous, géographie de la pensée, des émotions et de l'intelligence pour les humaniste. Les mystiques y verront un grand atlas de l'âme humaine. »
S'en suit un poème qui décrit admirablement le peintre et ses œuvres :
Frank K W Allen peintre

Frank K W Allen

(1941—2007)
Sous le chapeau de Frank
il y avait la tête de Frank
et dans la tête de Frank
il y avait des volutes et des méandres
des arbres et des toits
des crocs et des cornes
des filles aux seins nus
des masques et des heaumes
des griffes et des tentacules
des poissons ailés et de hauts châteaux forts
des portes de granges ouvertes sur les champs
et des villes roses aux dix-milles fenêtres.
Il y avait des cris et des pleurs
des bouches qui rient et des gueules hurlantes
des yeux noirs et des trous vides.
Il y avait des dragons bleus
des paysans repus
et des femmes légères…
Des méduses et des chimères...
Je ne pourrai plus regarder la Dronne sans imaginer que sur ses eaux mouvantes la lumière dessine encore, volutes et méandres, des silhouettes ondines aux cheveux d'argent.
Et Pénélope, au bord de la rivière, tisse et défait sans cesse le fil scintillant du souvenir.

Marcel Pajot


J'espère que vous avez apprécié ce que vous venez de lire et de voir.

Libellés : , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Le Bartola soirees boeuf samedi 25 octobre 2008

Bernard Lamoure au BartolaEn début de semaine je rencontrais une amie qui avait dans les mains une affiche sur laquelle il était fait la promotion d'une soirée « Boeuf » au Bartola.

Le Bartola Périgueux extérieur

Il y a trois dates, dont la première est ce soir.

Je connais le Bartola seulement de nom. Peut-être est-ce une occasion pour moi d'aller voir un de ces trois soirs à quoi ressemble ce bar (et d'écouter de la bonne musique et de bonnes chansons).
le bar du Bartola PérigueuxLe Bartola Périgueux intérieur
Photos du bar © Bartola

Le Bartola - Perigueux
17 cours Fenelon
Tél : 08 77 58 51 83

Libellés :

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Bassillac 19eme Salon de la BD vendredi 24 octobre 2008

En Dordogne, l'été indien c'est vraiment quelque chose !... la journée était splendide dimanche dernier, comme elle l'a été une bonne partie de cette semaine. J'avais décidé d'aller me prélasser à la terrasse du café de la Place, avec un grand-crème-croissant posé sur la table et le journal Sud-Ouest dans les mains. Bien sûr les informations n'étaient pas toujours réjouissantes, mais la chaleur des rayons du soleil rendaient la pilule plus facile à avaler.

Journée des Métiers d'Art

Journée des Métiers d'Art Périgueux 2008Je pensais visiter la Journée des Métiers d'Art dont les tentes se dressaient sur la place du Marché au Bois, mais je les ai trouvées vides... et pourtant l'affiche, encore collée à l'entrée disait bien que la journée se terminait le 19 octobre (nous étions le 19). La promotions de cette journée avait été bien menée : l'affiche nationale était attrayante (bravo à l'artiste), les sponsors nombreux, l'emplacement plutôt bien choisi... Je ne sais pas ce qui s'est passé. Les organisateurs auraient pu au moins laisser une affichette expliquant pourquoi l'évènement avait été écourté. [ En savoir + sur le site national des journées des métiers d'art ]

Frank K. W. Allen, Rétrospective

Frank K W Allen autoportraitAprès le café, je décidais d'aller voir s'il se passait quelque chose du coté du théâtre. Sur l'esplanade, une tente, vide elle aussi. J'entrais dans l'enceinte du théâtre ; un théâtre aussi laid à l'intérieur qu'à l'extérieur et qui a subi un incendie cette semaine (encore une armoire électrique comme au Monoprix) . Dans une des salles au sous-sol avait lieu une exposition du peintre Frank K. W. Allen (1941 - 2007). Je parlerai de cette visite dans un prochain billet.

Au cours de ma visite, je recevais un coup de fil de l'ami Francis me proposant de l'accompagner au salon de la BD à Bassillac.

19ème Salon de la Bande Dessinée à Bassillac

Le 19ème Salon de la bande dessinée de Bassillac19ème Salon de la BD à Bassillac 2008Salon de la BD à Bassillac près de Périgueux en 2008N'étant pas personnellement un amateur de bandes dessinées, je n'ai pu qu'apprécier l'ambiance bon enfant qui régnait dans le hall où étaient réunis les scénaristes, les dessinateurs et les visiteurs de tous âges. Parmi les professionnels de la BD, j'ai reconnu Pascal Rabaté, président de cette édition, que j'avais vu deux jours auparavant aux côtés de Benoît Delépine lors de la première de « Louise Michel ». [ voir ce billet ]

José Correa à Bassillac au 19ème Salon de la BD
José Correa à Bassillac au 19ème Salon de la BD
Un chat peint par José Correa pour le recueil de poèmes : Le Chat dans le texte
Ceci n'est pas ponpon - José Correa
Au détour d'une table, je rencontrais José Correa qui dédicaçait quelques uns des livres qu'il a illustrés. J'ai lu hier soir « Le Chat dans le texte » un recueil de poèmes sublimes, dont le chat enveloppé de mystère est le sujet. José Correa l'avait illustré et partiellement écrit après qu'il avait gardé durant les vacances, Mimi une siamoise de toute beauté qu'il s'était empressé de renommer, pour des raisons personnelles, Ponpon. Il s'est épris d'elle et durant un mois la croquée avec son crayon et ses brosses durant des heures jusqu'au jour où les voisins sont revenus et, par la loi de la propriété, Ponpon est redevenu Mimi... puis de nouveau Ponpon, car les chats se foutent des loi et des conventions, et elle s'était entichée de cette autre charmante maisonnée si près de son foyer principal.

José Corréra est le sujet d'un reportage au journal de 13h sur TF1 (2008)
Je m'arrêtais aussi à la table de Mariane Eskenazi (photo ci-dessous), une très jolie jeune parisienne d'à peine trente ans et vivant dans le 11ème, qui venait de publier « Le maillot rouge », son premier album... j'ai aimé le dessin net et joliment coloré, et l'histoire : le parcours initiatique d'une jeune fille qui découvre la passion et s'ouvre à la sexualité lors de vacances en bord de mer, plaira sans doute aux adolescentes et aux adolescents. [ En savoir + sur le blog de Mariane ]
[1] Pascal Rabate [2] Mariane Eskenazi à Bassilac
[1] Pascal Rabaté [2] Mariane Eskenazi

Esperanto - GROUPE ESPERANTISTE PERIGOURDIN
Le Groupe Espérantiste Périgourdin
Vers la fin de la visite je m'attardai au stand de l'espéranto afin de m'informer sur cette langue universelle. J'ai été séduit par la simplicité de cet instrument de communication. Logiquement structurée, l'espéranto est très facile à assimiler. Mais réussira-t-il un jour à détrôner l'anglais qui est aujourd'hui la langue du commerce et de la communication utilisée un peu partout dans le monde ? C'est à en douter.

Et voila... le soleil était bas sur l'horizon lorsque j'ai franchi ma porte. Belle journée, non ?Soleil couchant sur Périgueux le 23 octobre 2008
Je triche un peu en publiant un couché de soleil capturé le 23 octobre...

AMICALE LAIQUE DE BASSILLAC - SALON DE LA BANDE DESSINEE
Vice-Président chargé du salon de la BD : Matthieu DRUILLOLE
4 impasse Limogeanne
24000 Périgueux
Tel : 06.85.82.70.02
En savoir + sur le salon de la BD à Bassillac http://www.bd-bassillac.com/ ›

Groupe Espérantiste Périgourdin
17, lot. de l'Aérodrome
24330 Bassillac
Tel : 05 53 54 49 71
Portable : 06 88 74 94 78
En savoir + sur l'espéranto en Aquitaine http://esperanto-panorama.net/francio/akvitanio.htm ›

Libellés : ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Anonyme , le 25 octobre 2008 à 11:26  

Nous n'avons pas reçu d'infos ou de pub au sujet de ce salon pourtant intéressant !

ce devrait être le rôle des offices de tourisme de publier toutes les manifestations auprès des loueurs de gîtes ! nous sommes les promoteurs et moteurs pro du tourisme !

Je me suis renseigné au sujet des noix ! elles sont traitées comme les autres fruits (champignons, tavelure, bébêtes...) on doit donc trouver des noix bio...

et pour finir merci pour le com sur le blog de "nos" américains.
Chez moi les photos agrandies sont très correctes ! cela dépend peut être des photos ; certaines ayant davantage de pixels que d'autres ?

____________Merci pour le commentaire___________
[1] Vous n'êtes pas le premier, ni serez le dernier à vous plaindre du manque d'information de la part des organismes supposés nous informer comme l'Office du Tourisme... Les informations qu'il distribue en été par exemple sont loin d'être satisfaisantes. Mais cela peut être la faute des organisateurs de certains évènements qui font, eux aussi, un mauvais boulot de communication.
[2] Je pensais que les cerneaux étaient suffisamment protégés par la coquille et le brou (enveloppe verte)
[3]Je viens de regarder de nouveau les photos de vos amis américain (http://marcomagnifico.blogspot.com/). Non, ce n'est vraiment pas très piqué. C'est l'appareil photo ou bien c'est dû à une mauvaise utilisation du logiciel.

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 25 octobre 2008 à 15:28  

Périgueux recevra les 14/15/16 Novembre le salon du livre gourmand !
Cette année l'Alsace sera à l'honneur. La famille Schunck dédicacera son livre ' les repas sous l'occupation". leur précédent ouvrage sur l'exode des alsaciens en Dordogne (1940) m'a instruit et énormément ému.

http://www.livre-gourmand.fr/

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 25 octobre 2008 à 22:16  

Bonjour, Habitant à Paris depuis près de 3 ans, mais ayant résidé près de Périgueux pendant plus de 20 ans, je reviens encore régulièrement chez mes parents qui habitent Boulazac. Je m'y suis rendu la semaine dernière et quelle ne fut pas ma surprise lorsque je suis sorti dans le centre ville vers 20h00 de ne voir personne : personne en voiture, dans les rues, les bars, les restaurants ou si peu. Que se passe-t-il ? La ville est-elle vraiment morte et dédiée uniquement à ceux qui veulent y passer une retraite paisible ? Qu'en pensez-vous ? Rémi (parigourdin).

___________Merci pour le commentaire__________
J'étais aussi de cet avis, jusqu'à cet été, durant lequel je ne savais plus où donner de la tête, tant ça bougeait dans la plupart des quartiers de la ville. Malheureusement, dû à un manque de cohésion entre les différentes associations, certains weekend étaient lents comme un dimanche de Toussaint alors que d'autres étaient totalement hectiques. Alors pour quelqu'un qui vit ici et qui a suivit les évènements d'assez près, je trouve que ça ne bouge pas mal, et j'ai été surpris de voir que cela a continué même après la période estivale. Seulement il faut être à l'affût de l'action car celle-ci n'est pas toujours visible.
Je trouve que Périgueux devient de plus en plus dynamique, grâce en grande partie à la nouvelle génération et à ceux qui ont immigré ici. Mais il ne faut tout de même pas un excès d'activité sauf en été pour préserver l'atmosphère sereine qui règne ici. W

Commentaire de Blogger Unknown , le 27 octobre 2008 à 14:38  

Bonjour

Je serai plus modéré sur l'activité régnante à Périgueux.
Effectivement en été, il se passe des choses.

L'animation que l'on perçoit est avant tout celle induite par l'action municipale, expos, concerts, visites, évènements, etc.

C'est une activité sous perfusion publique, car si vous l'ôtez, il n'y a plus rien. C'est ce qui est décrit par Rémi et que je constate aussi. En dehors des cadres institutionnels, l'impression de désert est patente. Sortez un mardi de novembre à 19h30 et vous verrez le désastre.

C'est tout le malaise de cette ville qui ne vit qu'en été, stimulée par les touristes et leurs devises, mais qui, en dehors d'un balisage évènementiel précis retombe illico dans sa léthargie.

C'est une ville que l'on choisit pour une retraite paisible, pas pour son essor économique et culturel. L'absence d'une réelle vie étudiante, des classes moyennes addictes à la zapette, des lobbys de retraités militant pour le silence, etc.

C'est le quotidien d'une petite ville rurale qui regarde vivre les métropoles et les capitales de Régions.

A Périgueux, on se repose, on contemple les vieilles pierres, on aime sa cathédrale et son petit commerce, et on fait la fête le 14 Juillet.

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 10 novembre 2008 à 13:42  

Je suis d'accord que Périgueux n'est pas particulièrement active, ses habitants manquent de curiosité culturelle, ce qui conduit à un cercle vicieux : j'ai dû fermer mon atelier d'artiste peintre après neuf ans d'existence par manque de visiteurs. Et toutes les galeries qui ont essayé d'exister à Périgueux ont fermé leurs portes les unes après les autres...
Pour permettre à ceux curieux de suivre l'activité de l'atelier, j'ai créé ma galerie virtuelle DECO-TABLO. Un lieu en moins, un site virtuel de plus ! Dommage, les deux auraient pu co-exister et contribuer à animer une ville qui s'endort.
______Merci pour le com______
Une pub déguisée, mais le commentaire n'est pas faux. W

Vernissage Expo Skateboardeur samedi 18 octobre 2008

Dieu comme le temps passe vite !... Je n'ai même pas encore parlé de l'exposition qui se tient à l'App'Art depuis presque deux semaines... (billet écrit samedi 18 octobre)

L'exposition se termine ce soir aussi je m'empresse de vous en parler.

Je me suis rendu au vernissage. Que dire?... que dire ?
Vernissage pour Expo Skate à l'App'ArtPluie battante... Martine La Vertu, comme elle désire se faire appeler depuis qu'elle est devenue propriétaire du café La Vertu, était là, débordante d'énergie et de jeunesse. Elle profitait d'une dernière période de congé avant de reprendre son travail à la mairie le mois prochain. Pablo terminait une de ses performances en directe dont le thème reste pour l'instant des visages colorés aux yeux expressifs.
Vernissage les planches et invitésNotre ami Marc Mounier, peintre dont tout le monde me loue le génie, semble être en train de remonter allègrement la pente... Joël Olivier, directeur de la culture à l'Espace Mitterand était là aussi. C'est un personnage sympathique qui a su rester humble en dépit de la fonction qu'il occupe. Je l'ai rencontré lors d'un évènement dont je parlerai prochainement.
Pablo a fini sa peinture
Pablo a fini sa performance
[1] Pablo à gauche, Marc Mounier en discussion [2] La nougatine et les petits choux à la crèmeNicolas Lux, photographe, écrasant de personnalité passait d'un invité à l'autre comme il est naturel de faire en ce genre d'occasion. Kristof Guez, autre photographe renommé, est venu accompagné de Sandrine, sa charmante compagne, organisatrice d'évènements musicaux.
Belinda Back, mère écossaise de Tom Penny, skateboardeurPuis j'ai fait la connaissance de Belinda Bach, peintre vivant depuis douze ans dans la région et dont le fils Tom Penny est, selon Wikipédia : « un skateboardeur professionnel né en 1977 originaire de Oxford, Angleterre. Il est connu pour son style calme, fluide et nonchalant ; et aussi pour sa maîtrise du frontside 180 Kickflip. »

Daniel Faure peintre en résidence à l'App'Art était là bien sûr. Il y avait enfin Francis Aviet un des membres actifs de l'association l'App'Art qui a aidé à organiser cette exposition sur les skateboardeurs et le vernissage. Francis est aussi éditeur du blog de l'App'Art (voir adresse plus bas). Un vernissage que j'ai particulièrement apprécié car pour une fois la moyenne d'âge était tombée bien en dessous de la quarantaine...


par William Lesourd (Gaugu1n)

Quant à l'exposition elle intéressera plus particulièrement ceux qui, à un moment ou un autre de leur vie, ont grimpé sur une planche à roulettes. Ce qui n'est pas mon cas. Il y a cependant des choses intéressantes à voir pour tout le monde, et si vous voulez connaître un peu mieux l'histoire de ce sport qui est apparu dans les années 50 (eh oui... une bonne cinquantaine d'années), vous n'avez plus que quelques heures pour en profiter.

L'APP'ART
1 Place Daumesnil
24000 Périgueux
Tél : 05 53 46 61 91
Le blog de l'App'Art http://galerieappart.canalblog.com

All Boards Family
Espace Jules Verne
Av du Gl de Gaulle
24 660 Coulounieix-Chamiers
Tél : 09 77 99 70 65
Portable : 06 13 84 71 46
Fax : 05 53 45 60 31
Le site officiel de All Boards Family http://www.allboards.fr
Le site de All Boards Family sur MySpace www.myspace.com/allboards

Libellés : , , , , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Anonyme , le 22 octobre 2008 à 23:25  

Bravo William pour ce travail complet d'information et ...de formation. On a envie de tirer ces articles sur papier journal!

Benoit Delepine au Cap cinema de Perigueux

Vendredi 17 octobre par exemple, Dominique Louis m'informait que l'on pouvait retirer des billets gratuits pour une première qui allait avoir lieu le soir même au Cap Cinéma. Les évènements gratuits ne courant pas les rues, je suis allé en chercher un pour moi et trois autres pour des amis à qui je venais de téléphoner. À l'heure de la première nous n'étions pas moins de huit personnes à nous retrouver dans le foyer du cinéma...
Benoît Delépine à Périgueux et foule attendant d'entrer en salle
[1] Benoît Delépine en conversation devant le Cap Cinéma de Périgueux (on aperçoit Pascal Rabaté, auteur d'Ibicus, et d'un album de bandes dessinées inspiré du film [2] spectateurs avant
d'entrer en salle
Qui parmi vous sont grolandais ?...
[1] Benoît Delépine devant le Cap Cinéma de Périgueux [2] Qui parmi vous sont grolandais ?...
C'est la Dordogne Libre notre journal régional (le journal auquel, avec parfois le Sud Ouest, je me réfère quand je veux savoir ce qui se passe dans la région) qui avait organisé cette première du film de Benoît Delépine intitulé « Louise Michel ». Monsieur Delépine que certains d'entre vous connaissent aussi sous le nom de Michael Kaël, le Grand Reporter du journal satirique Groland qui, sur Canal+, met à jour le ridicule sous-cutané des sujets d'actualités. Je viens de regarder pour la première fois des épisodes de cette série sur internet. J'adore les noms donnés aux journalistes... mes préférés sont, pour l'instant : Solutrichine Turlute ou bien Sandra Dra, plus simple mais qui, selon la gravité du sujet traité, a une résonance comique indéniable.

Louise Michel, le film

Les employées d'une usine se retrouvent un matin devant un atelier dépouillé durant la nuit de toutes les machines de production car leur patron a décidé de délocaliser en Europe de l'Est. Elles décident d'utiliser l'argent de leur indemnité pour louer un tueur et faire la peau du patron...

Je devrais toujours m'efforcer d'écrire mes billets, deux ou trois jours au plus, après l'évènement, lorsque ma mémoire est encore fraîche... mais cela n'est pas toujours possible. Pour en revenir au film et à ce dont je me souviens : j'ai aimé. Dans le registre comédie noire, on a fait pire... mais on est assez loin tout de même de retrouver ici la finesse dans le script et dans l'interprétation qui existe dans les films des frêres Cohen et notamment « Fargo » un film que je vous recommande de voir et qui relate la cavale de deux tueurs ineptes, de leur commanditaire et d'une femme policier.

Fargo un film des frères CohenC'est arrivé près de chez vous, un film de Benoît PoelvoordeL'humour n'est pas sans me rappeler celui que l'on trouve dans le film qui a fait connaître Benoît Poelvoorde : « C'est arrivé près de chez vous ». Benoît Poelvoorde fait d'ailleurs dans « Louise Michel » une brève apparition dans la peau d'un individu psychotique qui aurait, selon moi, trop regardé l'irregardable sur internet. Les images folles qu'ont peut trouver sur la toile, auraient créé chez lui des phobies extrêmes, et l'aurait aidé à développer une théorie très personnelle du complot des deux tours du 11 septembre. Cette théorie n'est guère moins crédible que celle, un jour épousée par Marion Cotillard. Il n'est pas du tout question d'internet dans ce film, mais de quelle autre manière le caractère joué par Poelevoorde pourrait-il acquérir de telles idées ?...

Yolande Moreau, actriceYolande Moreau, disgracieuse à souhait, et que je me souviens avoir vue dans « Germinal » et « Le fabuleux destin d'Amélie Poulain » porte le film sur ses massives épaules. Mais est-ce suffisant ? Le film, en dépit de deux ou trois gemmes d'hilarité, manque un peu de souffle à divers moments du scénario.

Benoît Delépine disait que ceux qui connaissent Groland, percevront dans ce film un humour semblable. Je ne connais pas la série aussi intimement que vous, donc je ne me permettrais pas d'en juger.

Deux dessins de Pascal Rabaté inspiré du film Louise Michel
Voici deux dessins réalisés par Pascal Rabaté, inspiré du film de Delépine
Recommanderai-je ce film malgré tout ? Sans doute... En dépit des quelques défauts que j'ai cité ci-dessus, l'histoire n'est pas banale, le film ne manque pas d'humour (noir) et surtout il traite de sujets d'actualité : les relocalisations et les paradis fiscaux.Benoît Delépine dans la salle de cinéma présentant son film
Benoît Delépine durant la présentation du film. Connaissez-vous les deux autres personnes sur cette photo ?
« Louise Michel » sortira dans les salles de cinéma le 24 décembre. En avons-nous eu de la chance !?...


Benoît Delépine interviewé par canalmoins.net

Voici l'interview que la DL a fait de Benoît Delépine :

« Tous les Grolandais comprendront ce film »

Propos recueillis par Nicolas Guiraud de La Dordogne Libre.

C ’EST L’HISTOIRE d’un patron qui décide, une nuit, de vider son entreprise pour la délocaliser en Chine. Le lendemain, les ouvrières se réunissent et mettent l’argent de leurs indemnités dans un projet commun : faire buter ce patron voyou par un professionnel. Mais encore faut-il mettre la main sur ce tueur, et retrouver le vrai patron de l’usine, qui appartient à une multinationale ? Lire la suite de l'interview ›
(1) Louise Michel, 20€, chez Danger Public. Sortie le 16 octobre 2008.

Louise Michel, l'anarchiste


Louise Michel anarchisteLouise Michel, née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte et morte le 9 janvier 1905 à Marseille, alias Enjolras, est une militante anarchiste et l’une des figures majeures de la Commune de Paris. Première à arborer le drapeau noir, elle popularise celui-ci au sein du mouvement anarchiste. Source Wikipedia

Libellés :

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Anonyme , le 18 octobre 2008 à 09:23  

Et point de drapeaux noirs ????
Décidément, tout se perd !!!!

Le Jazz Club invite Yonathan AVISHAI au Paradis mercredi 15 octobre 2008

Nous étions en face du Paradis (galerie verbale) sur la place Faidherbe ; la nuit tombait doucement, la température et mes cheveux aussi. Pour se réchauffer, des enfants jouaient à s'attraper ; quant aux adultes, ils bavardaient placidement un verre à la main, alors que juste à côté d'eux, le Grand Ordinaire, un ensemble de jazz amputé, pour diverses raisons, d'une bonne moitié de ses musiciens, nous jouait du bon jazz de rue. J'ai eu, en cette occasion, le plaisir de retrouver Christian Arnould au saxo soprano que je n'ai pas cessé de croiser cet été. Ce n'est pas un reproche, car ce joueur à du rythme et là où il se trouve, ça bouge !

À l'occasion de l'apéritif offert par le comité du quartier Saint-Georges, en l'honneur du tout premier rendez-vous musical de l'année donné par le Jazz Club (de l'association Jazzogène), j'ai fait la connaissance d'un grand gars venu de Hollande voici quelques décennies : il s'agissait de Hanz Kuijper, le trésorier du Jazzogène. Je lui ai posé quelques questions et j'ai pris des notes que je suis aujourd'hui bien incapable de relire... qu'il me pardonne. Je me sentais un peu guilleret, et je crois que cela était la faute au Lillet, ce délicieux apéritif bordelais que je goûtais pour la première fois, et dont on m'a servi un ou deux verres de trop. À l'instar de mon écriture, ma perception auditive s'en est ressentie ; positivement cette fois-ci. Et ce n'est pas la part de pizza que m'a servie la jolie Petrollie (drôle de nom que ne suis pas sûr d'épeler correctement) qui aurait pu empêcher ce début d'ivresse. Lire la suite plus bas...
Apéritif offert par le commité de quartier
À la nuit tombante, le comité du quartier Saint-Georges a organisé un apéritif devant les portes du Paradis (galerie verbale) pour célébrer la décision du Jazz Club de donner des rendez-vous mensuels dans cette galerie devenue pour l'occasion club de jazz (la fumée et le bourbon en moins)

Le Grand Ordinaire (quelques membres seulement)
Quelques musiciens du Grand Ordinaire ont déambulé dans le quartier Saint-Georges, puis ont joué jusque 20h30, heure à laquelle nous avons dû prendre nos places dans la salle, avant que le concert commence

Apéritif et enfants jouant devant un panneau du Jazzogène
Photo du Grand Ordinaire parue dans le journal Sud Ouest le 06 octobre 2008 - Photo d'Arnaud LOTH - Article de Julie MARTINEZ
Photo du Grand Ordinaire qui a accompagné un article de Julie MARTINEZ dans le journal Sud Ouest - photo © Arnaud LOTH. Je me tiens tout à fait à droite sur cette photo... je m'inquiète car je perds mes cheveux à la vitesse grand V en ce moment et ça se voit

Yonathan Avishai ainsi que Nicolas Mirande à la guitare et Bertrand Noel à la batterie
L'orchestre sans nom est mené par Yonathan AVISHAI, un pianiste d'origine israélienne établi dans le Périgord. Il était accompagné, en première partie, par Nicolas MIRANDE à la basse et Bertrand NOËL à la batterie

Nicolas MIRANDE à la guitare et Bertrand NOËL à la batterie
[1] Nicolas MIRANDE, [2] Bertrand NOËL
Les spectateursC'est mon ami Francis qui avait fait mention de cet évènement le soir même, et je n'avais pas réservé de place pour le concert gratuit qui débutait à 20h30. Bien que la salle fut pleine, on m'a laissé entrer. Je me suis assis le long du mur, près d'un gars à l'allure étrange qui portait sur la tête un genre de chéchia et n'applaudissait jamais... je pensais que c'était peut-être par snobisme.

Mais dès que Yonathan Avishai, d'origine israélienne, s'est assis à son piano, que Nicolas Mirande s'est saisi du long manche de sa guitare et Bertrand Noël de ses baguettes, toute mon attention s'est portée sur la musique qui émanait de leur instruments respectifs, et plus rien autour de moi ne m'intéressait. Mes pieds, mes mains, ma tête, mon cœur, tout mon être battait la mesure... l'acoustique, dans la petite salle du Paradis est tout bonnement fantastique !... ceci a contribué, j'en suis certain au bonheur que j'ai ressenti à écouter l'ensemble jouer. À la fin de la première partie, j'avais le sentiment d'avoir vécu un grand moment musical... mais en dépit des nombreux concerts auxquels je suis venu en tant que spectateur, je dois avouer être encore aujourd'hui un profane dans l'art de la musique et de la chanson, et je ne doute pas que mes jugements, influencés par une sensibilité exacerbée, puissent parfois sembler naïfs et exagérés.

Pour la seconde partie, mon voisin à la chéchia n'était plus à mes côtés... et pour cause, Bachir Mouhali était assis derrière des tumbas rouges, large tambours cubain aux longs fûts légèrement renflés (congas). Déjà exalté par ce que j'avais entendu une demie-heure auparavant, il m'en fallait peu pour ressentir de semblables, sinon de plus fortes émotions. Yonathan Avishai jouait magnifiquement, mais avec le jeu de la guitare de Nicolas, et les battements de Bertrand ou de Bachir en deuxième partie, c'était tout simplement divin. Une soirée que je n'oublierai pas de sitôt.
Yonathan Avishai et Bachir Mouhali
Yonathan AVISHAI est ensuite accompagné en deuxième partie par Bachir MOUHALI, percussionniste

Yonathan Avishai et Bachir Mouhali saluent les spectateurs
La fin du concert

Siège social de l'association Jazzogène à Sarlat (Il est question de transférer prochainement l'association à Périgueux).
Association Jazzogène
Atelier d'improvisation - Fanfare - Programmation de concerts - Club de jazz - Collaboration à la programmation Jazz des centres culturels
Siège social : Mairie - 24200 SARLAT ☎ 05 53 31 53 31
Président : M. Claude FORTIN ☎ 05 53 29 65 73
Secrétaire : M. Michel FAVARD ☎ 05 53 08 20 48
Trésorier : M. Hans KUIJPER ☎ 05 53 06 99 98
Personne à contacter pour tous renseignements : M. Claude FORTIN
Un blog pas souvent mis à jour http://jazzogene.blogspirit.com/

Le Paradis « galerie verbale »
8 Place Faidherbe
24000 Périgueux
Tel : 05 53 35 20 93
Fax : 05 53 06 04 29
www.theatre-leparadis.org ›

Libellés : , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Anonyme , le 16 octobre 2008 à 19:37  

j'ai eu l'occasion d'écouter Yonathan et Bachir , un soir d'été au bord de la Dordogne ...
Soirée pleine de sensibilités. Bachir sort des sons exceptionnels de douceur de ses instruments à percussion.
J'ai eu égalemnt le bonheur d'écouter Yonanthan avec Charlie Miller de New Orleans( trompette et chant).

Fan , je suis ....

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 3 novembre 2008 à 17:46  

Bonsoir William, Juste une petite erreur sur un nom à propos du concert de jazz d'octobre dernier au Paradis. Le saxophoniste s'appelle Christian ARNOULD.

À bientôt, Michel Favard, Jazzogène

__________Merci Michel__________
C'est corrigé, W

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog