Corneguerre Fete Agricole 2008 les photos samedi 23 août 2008

Vue panoramique de Corneguerre lors de la fête agricole du 9 et 10 août 2008
Vue panoramique de Corneguerre lors de la fête agricole du 9 et 10 août 2008
Le peu de lumière qui filtrait au travers des volets ce matin, donnait l'impression que nous étions déjà au plus profond de l'hiver. Le temps était tout autre voici une quinzaine lorsque Monami et moi sommes allé à un grand rassemblement de matériel agricole ancien.

En dépit d'une organisation exceptionnelle, la fête agricole située aux abords de Corneguerre, un petit village tranquille à quelques kilomètres de Tocane-Saint-Apre, a connu un succès convenable, sans plus.
Messe en plein air dimanche 10 août 2008
Le dimanche 10 août a commencé avec une messe en plein air
Corneguerre, au beau milieu d'une cuvette verdoyante et à peu de distance de la Dronne, est pour moi un havre de sérénité et de beauté pastorale. Ce jour-là, les champs de tournesols contrastaient gaiement avec le vert des prés et l'incommensurable couverture azurée du ciel. C'est ici, que je me rendais certains soirs, été comme hiver, durant les tous premiers dix-huit mois de mon installation dans la région. J'étais envoûté par les couchers de soleils qui peignaient la cime des noyers de dorures éphémères, et par les embrasements finaux qui tiraient le rideau sur un spectacle grandiose auquel ni l'Angleterre, ni même la Haute-Normandie ne m'avaient habitué. Je m'arrêtais au beau milieu de ma boucle Montagrier-Corneguerre-Montagrier et, alors que le soleil était bas sur l'horizon, je ne pouvais retenir cette exclamation : « que c'est beau ! » Une beauté qui doit sans doute beaucoup au respect qu'ont su perpétuer pour leurs terres des générations de paysans périgourdins.Paysages entre Montagrier et Corneguerre - photos prisent en 2005-6
Paysages entre Montagrier et Corneguerre - 2005 ou 2006

Vieille CitroënJe ne « viens pas de la terre » et mon intérêt pour les vieilles machines agricoles est limité à celui que j'éprouve d'ordinaire pour tout objet qui témoigne du passé et attise la mémoire collective. Aussi j'évoluais parmi les dizaines de tracteurs et voitures, supplantés depuis bien longtemps par des engins plus moderne, sans que cela exerce sur moi un envahissant pouvoir nostalgique. Mais je n'y étais pas complètement insensible et surtout il y avait là, matière à intéresser tous les visiteurs, quel que soit leur âge.Machine à faire des ballots
Machine à faire des ballots
En plus de cette exposition nous pouvions observer des chevaux (percherons ?) auxquels des charrues étaient attelées, labourer un champs, laissant des sillons droits de moins de dix centimètres de profondeurs (ce qui est paraît-il est plus sain pour la terre que les sillons profonds d'une vingtaine de centimètres que font les charrues d'aujourd'hui tirées par de puissants tracteurs). Les chevaux étaient conduits par des paysannes et paysans en habits traditionnels.Charrue tirée par des chevaux
Le snack-bar
La buvette où l'on nous a servi avec sourire et amabilité, d'excellents sandwichs, ventrèches, saucisses et frites
Dans l'après-midi du dimanche nous assistions à une curieuse course de rouleurs de barriques digne des jeux Intervilles. Quand on considère le poids de ces objets, je ne doute pas de l'entraînement qu'il aura fallu aux rouleurs pour slalomer entre les cônes sans perdre leur lourde barrique ni leur trajectoire.Course de barriques
Vide grenierPour ceux qui aiment chiner, l'ABCEL avait organisé un vide-greniers situé dans le champs accolé à celui qu'on labourait, de l'autre côté de la route. Sous un soleil qui tapait dur, les exposants s'abritaient à l'ombre de leurs parasols, car les arbres se faisaient rares. Le relatif manque de chineurs a fait quelques mécontents parmi les vendeurs qui avaient l'impression de perdre leur temps. Il est vrai que l'organisation était grandiose, mais l'évènement a attiré peu de monde. Je mets cela sur le compte d'une publicité trop modeste. Peut-être les organisateurs auraient-ils dû envoyer plus de communiqués de presse aux différents journaux de la région (français et anglophones), poster plus d'affiches aussi et effectuer plus de contact à l'avance avec des sites internet d'informations locales tels que le mien. Les périgourdins ont encore beaucoup de difficulté à adopter ce nouveau moyen de communication qu'est l'internet. C'est dommage... mais je crois qu'ils finiront par s'y mettre... quand ils y auront enfin vu leur intérêt.Annie Gruber au vide-greniers de Corneguerre 10 août 2008
Annie Gruber qui a autrefois écrit « La décentralisation et les institutions administratives » publié chez Armand Colin, a pris part au vide-grenier

Dominique Louis photographe aérien
Dominique Louis, photographe aérien. Pour voir (et/ou acheter) d'autres photos sur la fête agricole de Corneguerre, rendez-vous sur le site web de Dominique
Au soir du dernier jour, alors que notre ami Dominique Louis photographe aérien commençait à fatiguer sous le poids de son harnais attaché au grand ballon blanc sévèrement rustiné qu'il avait promené toute la journée au dessus de nos têtes, un jury a décerné le prix du plus authentique tracteur.

Le tracteur gagnant...
Le tracteur qui a gagné le concours... notez le volant accroché au dessus du signe 19
Le gagnant fut le jeune propriétaire d'un très vieux et certainement très authentique tracteur couleur jaune sale, qui ne fut aucunement apprêté ou restauré avant l'exposition (bien que le propriétaire m'ait affirmé le contraire). Si vieux était cet engin, qu'en le manœuvrant, le volant rongé par la corrosion s'est rompu au niveau de son axe...

Je disais à Serge Comte, président de l'ABCEL, combien il serait bon d'avoir chaque année un tel rassemblement à cet emplacement car je le trouve idyllique ; mais il m'a répondu que les contraintes de l'agriculture – ils devraient planter du maïs dans la plupart de ces champs l'an prochain – font que cela ne sera sans doute pas possible.
Les organisateurs de la fête agricole de Corneguerre - ABCEL
La fête agricole de Corneguerre 2008 était organisée par l'association ABCEL dont Serge Comte, élu du Grand-Brassac, est le président (au deuxième rang avec le béret sur la photo).

Visitez le site de Dominique Louis pour visionner plein d'autres photos de la fête. Vous pouvez aussi commander des tirages papier en le contactant par téléphone ou par courrier.
À titre d'indication voici les prix à la date du 23 août 2007 :
  • 10X15 = 5€
  • 15X18 = 9€
  • A4 = 13€
  • A3+ = 25€
Attention le panoramique de Corneguerre a un format particulier. Il peux le sortir en 16,5 X 48 cm (25€), ou en 32,9 X 109 cm (50€)
Autres supports ou formats possibles (posters, laminage, toile, cadres, ...)
AERO-D-CLIC Photographies aériennes par ballon captif
Dominique Louis
Le Pignier - 24460 Agonac
Portable : 06 12 17 38 02
Web : louis.balloide-photo.com

Libellés : , , , , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous beauvert , le 28 août 2008 à 15:24  

Je me souviens des battages dans les charentes maritimes lorsque j'étais gamin. Les hommes montaient des sacs de pres de 100 kg de blé au grenier par un escalier rude et étroit. Nous, gamins, étions chargés d'apporter le vin aux voisins venus aider dans les champs. Nous en buvions bien un peu..et puis, il y avait les jeunes filles et le plaisir inconnu d'un baiser dans la paille ....

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog