Que valent nos petits malheurs vendredi 16 mai 2008

L'image la plus forte qui illustre les catastrophes naturelles ayant frappé le continent asiatique ces derniers jours est, il me semble, celle de la femme chinoise en bleu qui, agenouillée près d'un tas de fripes, pressent, puis en soulevant un linge de ses doigts fébriles, reconnaît avec certitude le visage de son enfant étendu là, sans vie... elle s'agrippe alors au bras de son mari et crie son désespoir.

Ce sont des images d'une puissance inimaginable qui m'ont ému aux larmes et qui s'intercalent encore ce soir avec celles de ma vie au quotidien. Lorsqu'on devient le témoin d'une telle souffrance, même si c'est par le truchement d'un objet aussi froid et aussi éloigné des faits qu'est la télévision, nos petits problèmes personnels sont mis en perspective, et on se dit cette chose banale mais si vrai, qu'ils ont bien peu de poids quand on les compare aux drames et déchirements qui prennent place dans le reste du monde.

Libellés :

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Brigitte , le 18 mai 2008 à 12:04  

Après les infos et la lecture du commentaire, doit- on souhaiter à
tous les plaintifs chroniques un peu de malheur pour qu'ils se rendent
compte de la chance qu'ils ont...?
Non bien sur, mais il faudrait sans doute être simplement heureux de
celle qui nous est offerte...
Mais l'être humain est sans doute ainsi fait que la main ne nous
manque que si nous en perdons l'usage...
Ce serait tout de même bien de recouvrer la vue...et le coeur...
Bon courage à tous ceux qui sont dans la souffrance...car il y en a même ici...

Brigitte

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog