Le Cathe fait son cine avril 2008 jeudi 17 avril 2008

Du cathé au ciné

Abbé Thomas Magimel, Directeur des Pèlerinages
abbé Thomas Magimel, Directeur des Pèlerinages, un des principaux acteurs de cette manifestation sympathique à laquelle ont participé près de 521 têtes blondes et les catéchistes et parents qui les accompagnaient
Ah, si j'avais eu un professeur de catéchisme comme l'abbé Thomas Magimel !
Ce n'est pas que mon curé mettait ses mains ailleurs que sur ma tête – pour la tapoter quand j'étais sage ou sur mon épaule pour me secouer quand je ne l'étais pas –, mais Thomas Magimel est un prêtre comme les gens de ma génération ont du mal à l'imaginer ; un prêtre, on le sent, qui vous ferait aimer le catéchisme... bien sûr, même avec un tel enseignant, je ne ferais pas plus appel à «notre père qui es aux cieux » qu'à présent, c'est-à-dire seulement lorsque l'existence me joue un tour pourri, mais Dieu que j'aurais ri en préparant ma communion... l'effet que crée la stature imposante du père Magimel – aidé par un léger embonpoint –, encore plus impressionnant, j'en suis sûr, aux yeux d'un enfant de trois ou quatre pieds de haut, est vite estompé par son humour et sa bonhomie. C'est lui qui un jour en traversant la place Francheville, s'est aperçu que les allées dessinaient le contour d'un poisson, un symbole majeur du christianisme primitif. Cette vision divine inspirée de Dieu, du fils ou du Saint Esprit lui a donné l'idée, avec l'appui de ses collègues et l'approbation des parents, de créer « Cathé fait son Ciné » : un rassemblement bi-annuel dont le premier a eu lieu en 2006, et où sont conviés les enfants apprenant leur catéchisme dans les paroisses de Périgueux et de l'agglomération.

Le film

Le thème de cette année était le 150ème anniversaire des apparitions de la Vierge Marie à Bernadette Soubirou, et le film s'intitulait, vous vous en doutiez, « Bernadette » : une production réalisée par Jean Delannoy en 1988 dans laquelle les rôles principaux sont joués par : Sydney Penny (connais pas), Jean-Marc Bory (connais pas) et Michèle Simonnet (connais pas). Ce n'était pas « Alvin et les Chipmunks », mais ça nourrit l'esprit et puis, c'est de circonstance.

L'association a fait appel à l'ami Dominique Louis, photographe professionnel spécialisé dans la photo aérienne grâce à un ballon captif.

Info supplémentaires : Le poisson est un symbole qu'utilisaient les premiers chrétiens afin de ne pas être reconnus. Aujourd'hui c'est un code plus lisible qui permet d'afficher ses convictions religieuses.
Pourquoi le poisson ? Il est possible que ce soit parce que les lettres du mot poisson (ICHTUS en grec ancien) forme l'acronyme de noms attribués à Jésus :
I = Jesus, Χ = Christ, Θ = de Dieu, Y = fils, Σ = sauveur
On peut résumer cette formule par « Jésus Christ le sauveur et le fils de Dieu »*.
Le mot, ou acronyme ICHTUS est parfois présent à l'intérieur du poisson. Ne pas confondre avec INRI qui est inscrit sur la croix et qui signifie « Jésus le Nazaréen, roi des Juifs »...
*voir wikipedia pour plus de précisions ›

le 'es' de «notre père qui es aux cieux » s'écrit bien ainsi, c'est-à-dire sans 't' depuis les années 60.
Le cathé fait son ciné - Tous les mains en l'air !
Cliquez sur les deux photos ci-dessous pour les élargir.
Abbé Thomas Magimel et Monseigneur Michel Mouîsse, évêque de Périgueux et Sarlat sur la place Francheville
L'abbé Thomas Magimel et Monseigneur Michel Mouîsse, évêque de Périgueux et Sarlat sur la place Francheville
Le poisson, puissant symbole de l'Église Catholique vu des cieux, place Francheville
© Dominique Louis
Le poisson, puissant symbole de l'Église Catholique vue des cieux, place Francheville. Il faut, pour cette superbe photo, rendre grâce à Dominique Louis et son ballon captif.

Paroisse Sainte Thérèse Diocèse de Périgueux-Sarlat
Abbé Thomas Magimel Directeur des Pèlerinages

Presbytère Saint Georges
44, rue Béranger
24000 PÉRIGUEUX
Tel :05 53 53 25 75
Fax :05 53 07 16 79

Dominique Louis son ballon et quelques intéressés
AERO-D-CLIC Photographies aériennes par ballon captif
Dominique Louis
Le Pignier - 24460 Agonac
Portable : 06 12 17 38 02
Web : louis.balloide-photo.com

Libellés : , ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Maître Capello , le 23 avril 2008 à 19:29  

Bonjour,
Je rebondis sur votre remarque "Notre père qui ES aux cieux" : l'orthographe n'est pas erronée, comme vous le soulignez à juste titre.
Par contre, il me semble que l'indication temporelle "depuis les années 60" n'a pas de sens. Pour moi, cette orthographe était et est toujours valable car la suite de la prière est "que TON nom soit sanctifié, que TON règne vienne, etc", ce qui indique ostensiblement que l'on s'adresse à Lui directement en le tutoyant (respectueusement bien sûr !), d'où le "ES" (=Notre père, toi qui es aux cieux).
Autre chose n'ayant rien à voir, mes "préférences diocésaines", si on peut les appeler comme cela, vont au Père Roberto qui est un modèle de sympathie, de disponibilité et de modernité, ce qui est assez rare pour le signaler !
Bonne continuation à ce blog et à son auteur

Commentaire de Blogger William Lesourd , le 25 avril 2008 à 08:55  

Merci Maître...
disons que ES a été utilisé plus communément que EST depuis le milieu des années 60 (selon mes recherches). Excellente contribution de votre part en tout cas.
J'ai passé un moment avec l'abbé Roberto Ramos Pertuz à la terrasse du café Errel l'autre midi et il est, c'est vrai, un modèle de sympathie. C'est lui qui était à l'origine du populaire concours de crèches qui avait eu lieu à Périgueux durant les fêtes de fin d'année. Il m'a surpris en commandant un thé alors qu'il vient d'un pays, la Colombie, où le café est tant apprécié...
Pour ce qui est du « Cathé fait son Ciné », la journée appartenait un peu plus à l'abbé Magimel ; et je suis certain que l'abbé Roberto ne me contredira pas sur ce point.

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog