Revue de films au CAP Cinema de Perigueux dimanche 30 mars 2008

L'orphelinat, un film d'épouvante à voir

Il m'est arrivé, récemment de critiquer le programme des films présentés au cinéma Cap de Périgueux ; et pour de bonnes raisons je crois...
L'Orphelinat de Juan Antonio Bayona avec Belen RuedaJe viens de regarder, chez moi, un film espagnol sous-titré en anglais (les sous-titres défilaient à une vitesse débridée), et je constate que celui-ci est projeté au Cap en ce moment. Voila un film que je peux vous recommander d'aller voir si vous n'avez pas peur d'avoir PEUR.

Le film reprend le thème ressassé des maisons hantées, où le couple parfait s'obstine à vouloir rester en dépit de l'atmosphère oppressante qui y règne ; mais ce film offre plus que ce dont on a l'habitude de recevoir, et la fin est vraiment surprenante – même si à mon avis, on aurait pu la rendre plus choquante, genre Stephen King, si on avait coupé les deux ou trois dernières minutes. 1, 2, 3, touchez le mur... (un jeu que jouent les enfants dans l'orphelinat)

Ah, j'allais oublier de souligner la superbe prestation de Belen Rueda – c'est un des rares films d'horreur où l'on a pas envie de mettre des claques aux protagonistes.

Je n'ai rien vu d'autre qui soit au programme du Cap (sauf Astérix), mais il me semble que les films suivants vaillent la peine d'être vus :
3 h 10 pour Yuma (une reprise d'un vieux Western)
Sophie Scholl et quelques autres, comme le super-médiatisé Bienvenue chez les ch'tis.
Quant à Asterix: c'est à éviter absolument à moins que vous y alliez pour les gosses, et encore je ne vois guère ce qu'ils y trouveront de drôle...)

Le programme de ces jours-ci est le meilleur que j'ai vu depuis l'ouverture du Cap. Il semblerait qu'on se soit enfin rendu compte qu'il n'y a pas que des garçons et filles de quinze ans qui aiment aller au cinéma, mais qu'il y a aussi des adultes, jeunes et moins jeunes qui, jusqu'alors, ont été découragés par la futilité de la majorité des films mis au programme... Espérons que cette amélioration perdure.

Et pour finir la citation de la semaine

Toit de la Casa Mila à Barcelone par Antonio Gaudi : Copyright William LesourdAlex F. Osborn, chercheur et théoricien américain
Pour celles et ceux qui désirent en savoir plus sur Antonio Gaudi, architecte de la Casa Mila et de bien d'autres choses à Barcelone , vous pouvez regarder cette vidéo dirigée par Hiroshi Teshigahara
Excellente semaine à toutes et à tous.

Libellés :

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Owen , le 4 avril 2008 à 21:04  

N'oublions pas la (toujours) excellente programmation de l'association Ciné-Cinéma, qui nous a - entre autres - permis de voir l'excellent film de Sean Penn "Into the wild" (en VO comme toujours), qui est pour moi l'un des meilleurs (voire LE meilleur) film(s) depuis le début de l'année, sans parler du merveilleux "La graine et le mulet" et de nombreux autres!

Commentaire de Blogger William Lesourd , le 13 avril 2008 à 17:11  

Je suis tout à fait d'accords avec toi Owen et je suis d'ailleurs surpris que personne d'autre n'en ai fait mention dans un commentaire... cependant Ciné-Cinéma montre trop souvent des films qui sont encore dans le circuit et devraient de droit être programmés sur un des 14 écrans. Into the wild (voir les archives de mon blog pour février 2008) et La graine et le mulet qui a reçu de formidables critiques, mais que je n'ai pas vu, en sont deux.

Présenter de tels films au programme principal rehausserait sa qualité. Malheureusement il arrive qu'il y ai 11 ou 12 films (sur 14) qui visent les gosses et qui sont considérés comme des navets par les critiques, même dans leur pays d'origine.

C'est dommage de constater qu'un film comme Into the Wild soit passé inaperçu de ceux qui ne sont pas abonnés à Ciné-Cinéma. Les jeunes n'ont pas tous (loin de là) des petits poids qui leur servent de cervelle, contrairement à ce que la personne qui s'occupe de la programmation des 14 écrans semble croire.

Ma suggestion est que l'on commence à programmer une plus grande proportion de films dit semi-intello (en version originale ou pas) sur les écrans principaux et que Ciné-Cinéma recouvre enfin son véritable rôle qui est de montrer des films qui ne sont plus (même depuis récemment) dans le circuit, les rétrospectives, les films en V.O sous-titrés (car il ne faut pas oublier nos visiteurs et expats anglophones qui sont nombreux dans cette région) etc.

Ciné-Cinéma fait en somme trop bien les choses... W

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog