SOCIETE GENERALE fraude - qui escroque qui ? samedi 26 janvier 2008

Je comprends maintenant pourquoi ma banque prélève toutes ces pénalités (plus on est démuni et plus on court le risque d'émettre un chèque sans provision ou de râter l'échéance d'un prélèvement automatique et donc d'être pénalisé par la banque à des taux très élevés, que mon conseiller justifie comme dissuasif... Comme si les gens à court d'argent avaient le choix).

Fraude a la Société Générale
Vous voyez quoi, une main qui donne ou une main qui prend ?...
Je suis rassuré de savoir que ces pénalités servent à quelque chose, puisqu'après avoir accusé une perte phénoménale de 7 milliards d'Euros pour 2007, la Société Générale enregistrera tout de même un profit de 700 947 millions d'Euro (plus ou moins quelques dizaines de millions).

Aujourd'hui le nom Société Générale est associé au terme fraude, mais qui est escroqué, elle ou bien la majorité des petits clients que ses pénalités sévères et souvent injustifiées plongent dans des situations encore plus difficiles et parfois inextricables ?...

Puisque Nicholas Sarkozy parle d'accroître notre pouvoir d'achat, comment se fait-il que le gouvernement ne soit pas encore intervenu pour empêcher un tel abus de la part des banques ? Ne serait-il pas préférable que l'argent soutiré ainsi, reste sur notre compte afin que nous puissions le dépenser nous-même dans les commerces – et aider par ce biais à la relance de l'économie française –, plutôt que d'être misé par les banques sur les tables des « casinos » financiers internationaux pour ne profiter, lorsque la mise remporte le jack-pot, qu'aux actionnaires ?...

Je n'ai rien contre le capitalisme. Il est nécessaire. Mais ne trouvez-vous pas indécent qu'une banque puisse dire qu'elle a subit 7 milliards d'Euros de perte (causée par le Subprime Américain et la fraude présumée, ou plutôt l'acte désespéré de Jérôme Kerviel) et générer néanmoins autant de profit ?

Il faut sans plus attendre, que les banques (et pas seulement la Société Générale), arrêtent de pénaliser à ce point celles et ceux (les petits chefs d'entreprise, les salariés moyens, les S.M.I.C.ars et autres R.M.I.stes), qui n'arrivent qu'à grand mal à boucler leurs fins de mois.

Je ne discute pas le fait qu'une banque puisse vouloir demander des compensations à celles et ceux qui émettent fréquemment des chèques sans provision ou qui n'honorent pas leurs paiements à temps, afin de couvrir les frais qu'occasionnent les rejets, mais je m'oppose aux pénalités et à leur montant « dissuasif ». Je me dresse aussi contre le manque d'humanité manifesté par les banques, n'affichant leur magnanimité qu'en de très rares occasions, et pénalisant leurs clients même si les circonstances sont commandées par une situation pécuniaire fragile, ce qui est forcément le cas pour des personnes honnêtes en état de précarité.

Ce billet apparaît aussi dans Envie d'entreprendre, un site de partage et de connaissances concernant le monde de l'entreprise.

Libellés :

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Anonyme , le 26 janvier 2008 à 19:13  

Je cherchais un site pour que mon paternel puisse passer un bon moment dans le périgord (c'est un fin gourmet), et j'ai trouver votre blog. Concernant votre remarque sur la SG j'ai été MDR, que des vérités mais les banques sont toutes jumelles dans les procédures on n'a pas le choix mais on continuera de raller. Tous les honnetes gens que nous ommes sont taxés par ces enf...de banquiers. Bref, j'ai aussi découvert que le 2eme CE en france (le 1er étant la CGT-EDF) est la BNP Paribas étonnant non ?

bon courage

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 26 janvier 2008 à 19:25  

Voilà un discours que je tiens depuis des années. Comme je suis très généreux, j'associe les assurances aux banques.
A force de dénonciations, on finira peut-être par faire entendre la voix de la raison.

Commentaire de Anonymous TTNE , le 28 janvier 2008 à 11:29  

En fait au lieu de râler, on devrait tous réagir et faire comme nos grands-parents : On laisse sur le compte le minimum pour couvrir les frais obligatoires et le reste on le retire en totalité dès que le salaire (ou autre) est déposé et l'argent, hop, sous le matelat !!! Biz

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog