Musée d'Orsay Paris lundi 7 janvier 2008

Avant que je me lance moi aussi dans une rétrospective des évènements qui ont impacté l'année passée, voici un petit compte rendu de mon récent séjour dans notre capitale.

Musée d'Orsay et Tour Eiffel 30 décembre 2007J'y ai été invité par ma chère sœur (deuxième dans l'ordre de naissance d'une flopée de bambins) qui a failli me quitter, moi, la famille et cette terre en début 2007. Ce fut un choc lorsque j'appris en mars ou avril dernier qu'elle avait était victime d'une attaque cardiaque. Elle est femme et encore jeune, et selon les statistiques, cela n'aurait pas dû lui arriver... mais nous ne sommes pas maître du destin. Enfin bref, tout ceci est un peu personnel et je n'en parle à l'instant que pour la remercier une fois de plus de m'avoir permis de passer quelques belles journées en sa compagnie si prés de Paris.

L'horloge au Musée d'OrsayDe Paris même (ou plus précisément du Bouillon Chartier où j'ai déjeuné le 1er janvier) j'en parlerai dans un second billet. Aujourd'hui, je veux vous faire partager un peu de l'immense plaisir que j'ai eu à visiter de nouveau le Musée d'Orsay. Situé sur la rive gauche, vis à vis du jardin des Tuileries, le Musée d'Orsay est cette ancienne gare bâtie pour la compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, et inaugurée en 1900. C'est Valéry Giscard d'Estaing qui afin de compléter le Louvre a eu l'idée d'en faire un musée ; mais c'est en 1986, sous le septennat de François Mittérand que le musée d'Orsay a ouvert ses portes pour la première fois au public.


Musée d'Orsay Paris, intérieurQue vous y soyez déjà allé ou non, je ne peux que vous inciter à vous y rendre. Il y a une telle abondance d'œuvres exceptionnelles qu'on en ressort abasourdi : Monet, Manet, Van Gogh, Degas, Renoir, Gauguin, Matisse, Redon, Courbet*... leurs œuvres les plus célèbres sont toutes là, accrochée aux murs, si près de nous les visiteurs, qu'il suffirait d'incliner notre corps un peu vers l'avant pour que notre nez frotte contre la toile sans prix. Cela ne manque pas de m'inquiéter car il s'agit bien là d'œuvres uniques et irremplaçables. Heureusement les semonces « pas de flash » qui fusent de tous coins, sont là pour nous rappeler l'omniprésence des gardiens et leur extrême vigilance.


Musée d'Orsay Paris, intérieurJ'ai voulu accompagner ce billet de quelques unes des photos des peintures que j'ai prises avec mon Sony Cyber-shot, sans trépied et bien entendu sans flash... La plus part des photos sont ressorties floues et j'ai fait ce que j'ai pu avec Photoshop pour les rendre aussi nettes que possible. Parmi ces photos se trouve celle de l'Angélus de Millet. Seule dans une petite salle, elle a son gardien attitré. Alors que la Joconde de Vinci au Louvres parait trop petite, l'Angélus parait trop sombre. J'ai essayé de l'éclairer un peu mais je n'ai fait aucun effort pour éliminer les reflets causés par la vitre qui protégeait la toile.

Mes artistes préférés : Gauguin, Cézanne, Monet, Degas
Mes toiles préférées parmi celles ci-dessous : je n'arrive pas à me décider... Je dois dire que je suis particulièrement attiré par le portrait de Madame Lwoff par Serov (sous Gauguin), les pellerins allant à la mecque de Belly, la maison du pendu de Cézanne, les repasseuses de Degas, le Pavet de Chailly de Monet...

*Il y avait seulement un ou deux Courbet au Musée car toutes ses plus grandes œuvres (dont l'origine du monde) sont présentement exposées au Grand Palais jusqu'au 28 janvier 2008 (pour ensuite aller à New York et ailleurs dans le courant de l'année).
Cézanne, la maison du penduCezanne, les joueurs de cartesWhistler, arrangement gris et noir
Manet, le dejeuner sur l'herbeManet, Stephane MallarmeCaillebotte, les raboteurs de parquet
Van Gogh, autoportraitVan Gogh, nuit étoiléeVan Gogh, la chambre à Arles
Belly, pèlerins allant à la mecqueBurnand, Les disciples Pierre et Jean courant au Sépulcre le matin de la RésurrectionL'Angélus de Millet
Degas, dans un caféDegas, la classe de danseDegas, les repasseuses

Gauguin, autoportrait et JésusGauguin, les meules jaunesGauguin, Arearea
Sisley, la neige à LouveciennesSerov, Madame LwoffMonet, femme avec ombrelle tournée sur la gauche
Monet, Pavet de ChaillyMonet, les charboniersMonet, meule de fin à la fin de l'été
Seurat, le cirqueRedon, jeune fille au bonnet bleuEdefelt, Louis Pasteur
Rousseau, charmeuse de serpentLhermitte, paye des moissonneursRenoir, bal au Moulin de la Galette

Quelques petits conseils : si vous le pouvez, achetez votre billet à l'avance pour vous éviter de faire la queue au guichet pendant plus d'une heure (vous trouverez un guichet près de l'entrée specialement ouvert pour cela). Le billet pour un adulte coûte 7.50€. Sachez que les œuvres majeures sont dans les salles situées aux étages supérieurs. Consacrez 3 ou 4 heures à votre visite ou vous n'aurez pas assez de temps pour tout admirer. Il faut se diriger vers la sortie à partir de 17h30 car le musée ferme ses portes à 18h00.
Le site officiel du Musée d'Orsay ›

Libellés : ,

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Anonyme , le 8 janvier 2008 à 18:34  

Rien que du bonheur pour les yeux.

Commentaire de Anonymous Annick , le 8 janvier 2008 à 19:00  

Que de merveilles rapportées du Musée d'Orsay ! Ces peintures sont toutes aussi belles les unes que les autres - Monet - Gauguin - Millet, je ne m'y connais pas assez pour tous les nommer. Mes yeux incultes ne peuvent pas toujours comprendre le thème des toiles ou faire justice aux couleurs si merveilleusement assorties et qui nous font oublier le monde si gris dans lequel nous vivons. Merci à toi pour ce grand moment de bonheur.

Commentaire de Anonymous TTNE , le 13 janvier 2008 à 16:59  

Salut, bon tu sais que je n'y connais rien en peinture mais je ne suis pas indifférente aux "disciples Pierre et Jean courant au sépulcre le matin de la Résurrection" et aux "rabotteurs de parquet". Je n'ai pas encore visité ce musée mais cela ne serait tarder et vu ce que tu nous montres cela me donne encore plus envie. Biz

Commentaire de Blogger William Lesourd , le 20 janvier 2008 à 03:04  

Très bon choix TTNE, surtout Caillebotte "les rabotteurs de parquets" qui est vraiment sublime. W

Commentaire de Anonymous Anonyme , le 10 février 2008 à 21:31  

Bonsoir, bravo pour ton reportage, nous allons peut-être y faire un saut, c'est vrai que ça donne envie. A bientôt, G et B

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog