Les troubles affectifs saisonniers - TAS - SAD samedi 8 décembre 2007

Ceux qui ont étudié l'anglais, savent que le mot « sad » veut dire « triste », ainsi : « I am sad » ce traduit par « Je suis triste ». Mais ces trois lettres forment aussi l'acronyme « SAD », et dans ce cas précis, SAD signifie « Seasonal Affective Disorder » ce qui n'est d'ailleurs pas sans rapport, avec la tristesse ou la mélancolie.

En français nous disons « TAS » (troubles affectifs saisonniers) : un acronyme bien moins « heureux » que son équivalent anglophone. Ce qu'on appelle TAS est une dépression saisonnière qui atteint un grand nombre d'entre nous, dès que les jours diminuent ou quand l'ensoleillement se fait rare. Lorsque l'été est médiocre et l'automne « automnal », comme c'est le cas cette année dans le Périgord et partout ailleurs en France, les symptômes du TAS se font plus pesants qu'à l'ordinaire et affectent plus de personnes aussi. Si épisodiquement ou à l'arrivée de l'hiver vous vous sentez léthargique, sans grand appétit pour la vie ou le travail, enclin à vous laisser aller et à remettre au lendemain les tâches que vous devriez accomplir aujourd'hui, à dormir de trop ou à vouloir dormir plus qu'à l'ordinaire, à vous recroqueviller dans votre cocon sans désir de vous mêler au monde extérieur, et bien les chances sont que vous souffrez de dépression saisonnière, du TAS.

C'est bon à savoir ; et ce qui est rassurant c'est que cela n'est ni très grave ni sans solution. Il existe plusieurs remèdes qui ont fait leur preuve et donneront de bons résultats dans la majorité des cas :

Luminotherapie lampeLe premier remède sert à faire baisser le niveau de mélatonine (hormone dite du sommeil) dans le cerveau, et demande à ce que vous suiviez des cures de luminothérapie : vous vous asseyez pendant 30 minutes par jour à une soixantaine de centimètres d'une lampe de très forte luminosité spécialement conçue à cet effet. La cure dure environ 5 jours et elle aide à remplacer, littéralement, le soleil qu'il n'y a pas dehors. Certains médecin ont une telle lampe dans leur cabinet, mais vous pouvez vous acheter la votre (environ 200-300€ (un peu cher pour quelques néons... Et je ne sais pas si c'est remboursé par la Sécurité Sociale.)) et l'utiliser chez vous chaque fois que les symptômes font leur apparition.

Un autre remède (pas aussi efficace) nécessite que vous rendiez visite à votre médecin généraliste et que vous lui décriviez votre problème. Parlez lui d'antidépresseur inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine. les ISRS sont une classe d'antidépresseurs qui n'induisent qu'une légère dépendance de courte durée. Ils opèrent dans le cerveau afin d'augmenter le taux de sérotonine, une molécule qui joue un rôle important dans les changements d'état émotionnel.
Notez que la pratique régulière d'un sport augmente la sécrétion naturelle de sérotonine ;-)

Enfin, voici une méthode qui peut s'ajouter aux deux premières, et qui s'utilise sous la supervision d'un médecin psychiatre ou un médecin généraliste reconverti dans cette science moderne qu'est la Thérapie Cognitive et Comportementale. La TCC vise à faire prendre conscience des dialogues intérieurs qui précèdent un comportement contre lequel on veut lutter (rougissement, évitement (temporisation, procrastination), crises d'anxiété, etc.) pour se donner les moyens de le modifier. La méthode est simple : vous prenez des notes sur un carnet décrivant ce que vous ressentez lors de la manifestation du comportement gênant. Le thérapeute lira vos notes et vous guidera ou suggérera des exercices écrits qui finalement vous aideront à contrecarrer les tendances néfastes. Simple, mais parait-il efficace.

Si rien de tout cela ne vous tente, vous pouvez attendre patiemment la venue des beaux jours.

Voila, je n'ai pas voulu entrer dans trop de détails, mais vous pouvez en savoir plus en cherchant les mot suivants sur Internet et surtout en allant voir votre médecin qui saura mieux que moi vous informer et vous conseiller :
  • troubles affectifs saisonniers
  • luminothérapie
  • therapie cognitive et comportementale
  • sérotonine
  • mélatonine
Les TAS affectent environ une personne sur quatre dans l'hémisphère nord. Il y a de fortes chances qu'autour de vous, un collègue, un ami ou un proche en souffre en ce moment.

Attention : Les symptômes décrits ci-dessus peuvent aussi être associé à des types de dépression plus sérieux. Vous ne le saurez que si vos troubles cessent ou persistent après l'arrivée des jours longs et ensoleillés. Les symptômes ne doivent pas êtres si contraignants qu'ils commencent à rendre votre existence invivable. En cas de doute, il est préférable de consulter votre médecin.

Pour commenter les billets, veuillez cliquer sur le bouton rouge ci-dessous à droite ↓
Les commentaires, analyses et autres opinions qui paraissent dans Périblog, n'engagent que leur auteur.







Commentaire de Anonymous Anonyme , le 11 décembre 2007 à 03:43  

Que serions nous sans le soleil?
J'ai appris beaucoup, merci

Commentaire de Anonymous Brigitte , le 14 décembre 2007 à 17:40  

Mieux vaut avoir du soleil dans la tête ou dans le cœur car sa lumière n'illumine chacun d'entre nous qu'en fonction de nos vies...mais en attendant ça ne gâterait rien qu'il fasse un effort... On arrive au jours les plus courts... Courage à tous ceux qui ont le moral en berne ... après l'hivers reviendra le printemps.

 

Découvrez (ou redécouvrez) Périgueux capitale administrative de la Dordogne à travers les archives de Périblog